En ce moment

    13/04/2021

    « Soulagée que les choses avancent enfin »

    Les habitants de l’aire d’accueil voisine de Lubrizol pourraient enfin être relogés

    Par Léa Gasquet

    La Métropole de Rouen annonce qu’une aire d’accueil temporaire devrait ouvrir dans l’année à venir, en remplacement de celle située à proximité de l’usine Lubrizol.

    En janvier, Street Press allait à la rencontre des familles de voyageurs de l’aire de Petit-Quevilly (76). En 2019, ses habitants avaient été intoxiqués par les retombées de l’incendie de l’usine voisine de Lubrizol. Et un an et demi après, ils étaient cette fois menacés d’expulsion. Après la parution de notre article, nous apprenions que la métropole Rouen Normandie se désistait de sa requête d’expulsion. Mieux, la métropole vient d’annoncer qu’une solution de relogement des familles allait être proposée :

    « Suite à l’incendie du 26 septembre 2019 nous travaillons à un déplacement de l’aire de Rouen / Petit Quevilly. »

    Dans le détail, la métropole lance une phase de concertation avec les familles et les structures associatives qui les accompagnent, afin d’identifier leurs besoins. Elle doit aboutir à la création de terrains ou de logements adéquats. En attendant qu’une solution pérenne ne soit mise en place, la métropole précise :

    « Face à l’urgence, nous avons identifié un terrain à Petit-Couronne pour permettre la réalisation d’une aire d’accueil temporaire. »

    Joint par téléphone, Joël Bigot, maire de la ville de Petit-Couronne et élu en charge de l’accueil des gens du voyage à la métropole nous a donné quelques détails : « L’urgent était de trouver un terrain. C’est chose faite puisque je l’ai proposé sur le territoire de ma commune. Il s’agit d’un terrain situé non loin du Parc Expo, à 300 mètres des transports en commun. Nous nous sommes fixé un délai de six mois à un an pour modifier les réglementations d’urbanisme nécessaires et construire les infrastructures en vue d’accueillir les familles. »

    Vanessa Moreira, devenue porte-parole des habitants de l’aire, se dit « satisfaite d’avoir enfin des réponses concrètes et très soulagée que les choses avancent enfin », malgré quelques craintes sur la tenue des délais. « J’ai conscience que les choses ne peuvent pas se faire du jour au lendemain, mais nous avons déjà beaucoup attendu », rappelle-t-elle.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER