En ce moment

    25/07/2023

    Victime de la crise de l'eau en Guadeloupe

    La vraie vie de Nathalie, maman guadeloupéenne sans eau courante

    Par StreetPress

    En Guadeloupe, Nathalie, maman d'un bébé de trois mois, n'a de l'eau courante que quelques heures par semaine. À cause d'installations vétustes, de nombreux Guadeloupéens subissent des coupures d'eau quotidiennes.

    Depuis plusieurs décennies, la Guadeloupe est confrontée à une crise de l’eau majeure. Sur « l’île aux belles eaux », seulement 40% de l’eau prélevée dans les sources arrive au robinet d’après un rapport publié en 2022.

    À cause d’un système de distribution vétuste et non conforme, de nombreux Guadeloupéens subissent des coupures d’eau quotidiennes. C’est le cas à Trois-Rivières, au sud de la Basse Terre, où habite Nathalie, une maman d’un bébé de trois mois.

    Puisqu’il est impossible de fournir de l’eau à tout le monde en même temps, des rotations ont lieu selon un calendrier précis mais pas toujours bien respecté. Ces coupures, aussi surnommées « tours d’eau », ne sont donc pas aléatoires, mais organisées et programmées.

    Dans ce reportage, Nathalie témoigne de ses galères et montre ses techniques pour ne pas gaspiller l’eau : le bain de son bébé qu’elle donne dans le lavabo, le repas préparé pour deux jours pour limiter la vaisselle, les factures qu’elle ne paye même plus… Et alors que sa sœur lui apporte des packs d’eau achetés au supermarché, Nathalie évoque aussi le chlordécone. Malgré sa dangerosité pour la santé, cet insecticide longtemps utilisé dans les bananeraies, a contaminé les sols et les cours d’eau de Guadeloupe et de Martinique.

    Vidéo réalisée par Bénédicte Jourdier.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER