En ce moment

    02 / 02 / 2012

    « C'est pas un sujet ! D'abord elles sont interdites en France ! »

    A combien évaluez-vous les rétro-commissions sur le contrat des Rafales ?

    Par Robin D'Angelo

    Des retro-commissions sur le contrat de 12 milliards de dollars avec l'Inde pour les avions Rafales ? «Vous êtes payé pour poser des questions aussi pertinentes ?» clash l'UMP Lionnel Luca. Depuis le Karachigate ça nous semblait une bonne question.

    Les faits:

    Mardi 31 janvier le fabriquant d’armes français Dassault a remporté le plus gros appel d’offre militaire jamais lancé par l’Inde. Le constructeur français va empocher 12 milliards de dollars en échange de 126 avions de chasse de type Rafale. Cocorico !

    Le contexte:

    Frégates de Taîwan , Karachigate , contrat « Sawari II» … Beaucoup d’affaires de corruption de ces dernières années sont liées à de gros contrats d’armement signés avec des puissances étrangères. Bras armé de la corruption: les rétro-commissions . Des bakchichs versés à des intermédiaires pour faciliter la signature des contrats militaires et qui retournent en partie dans les poches de ceux qui les versent.

    Dans son dernier livre La République des mallettes, le journaliste Pierre Péan affirme que les rétro-commissions sur les grands contrats militaires permettent aux hommes politiques de « constituer un ‘‘trésor de guerre’‘, en vue de la campagne présidentielle suivante ». Tiens on est en 2012 ?

    C’est une question très intelligente … Vous êtes payé pour poser ces questions ? 

    La question de StreetPress:

    A combien évaluez-vous les rétro-commissions sur le contrat des Rafales ?

    La réponse des députés

    Les faux-naïfs:

    Nicolas Dupont-Aignan: « J’ose espérer que c’est fini ! Non, non sincèrement ! Quand on sait ce qui s’est passé par le passé … Non faut poser ça aux gens de l’UMP. La question ce n’est pas la loi, c’est est-ce qu’elle est appliquée. Je l’espère. »

    Hervé Mariton – UMP – Drôme: « Il y a une convention de l’OCDE qui est passée par là il y a quelques années »

    Bernard Debré – UMP – Paris: « Vous imaginez des retro-commissions sur le Rafale ? Déjà ils ont été obligés de diminuer leur prix ! »

    Jacques Myard – UMP – Yvelines: « Moi je ne crois pas les fantasmes des journalistes et des médias de second ordre. Apportez des preuves, arrêtez les insinuations, où sont les preuves ? »

    Christian Jacob – UMP – Seine-et-Marne: « Bouuuf qu’est-ce que vous voulez que je réponde ?! C’est pas un sujet ! D’abord elles sont interdites en France ! »

    Vous imaginez des retro-commissions sur le Rafale ? Déjà ils ont été obligé de diminuer leur prix " />

    Ces pratiques existent c’est une évidence. A chaque fois on nous met le secret défense

    Les plus circonspects:

    Roland Muzeau – PCF – Hauts-de-Seine: « Alors là vous posez une question par anticipation. Ces pratiques existent c’est une évidence. A chaque fois on nous met le secret défense. Demandez à Serge Dassault, peut-être qu’il a une idée là-dessus »

    Jean Mallot – PS – Allier: « Je n’en ai aucune idée mais il doit y avoir beaucoup de zéro après le un. Il n’est pas exclu que les commissions soient légales »

    Christophe Caresche – PS – Paris: « Peut-être qu’il faut un contrôle parlementaire là-dessus. Pourquoi pas. »

    Patrick Bloche – PS – Paris: « Je suis incapable de vous affirmer qu’il n’y a eu aucune rétro-comission »

    George Pau-Langevin – PS – Paris: « Dieu seul sait. On le saura dans quelques années. »

    Les pro de l’esquive:

    Patrick Ollier – UMP – Hauts-de-Seine: « Vous avez de l’humour vous ! »

    Lionnel Luca – UMP – Alpes-Maritimes: « C’est une question très intelligente … Vous êtes payé pour poser ces questions ? »

    Jean-Paul Garraud – UMP – Gironde: « Parce que vous avez des éléments par rapport à cela ? »

    Valérie Rosso-Debord – UMP – Meurthe-et-Moselle: « Je leur demanderai »

    Apportez des preuves, arrêtez les insinuations, où sont les preuves ?

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress