En ce moment

    09 / 02 / 2011

    Avec leur reprise de I wanna be loved by you les deux mecs d'Ava montrent une « féminité » plus prononcée que celle de Beyonce

    Ava: « Des hommes qui se mettent au service du discours féminin »

    Par Noémie Toledano

    Ils ont été remarqués dans le film Poupoupidou dans lequel ils assurent la BO avec une reprise de Marylin. « J'ai une voix androgyne, je ne l'ai pas choisie. » Ça tombe bien: Jérémy le chanteur « aime chanter à la place d'une femme ».

    Salut les gars ! Je vous laisse vous présenter ?

    Jérémy: Je m’appelle Jérémy !

    Dimitri: Et je m’appelle Dimitri, et on forme le duo Ava ! Ava c’est de la pop sensible…

    Jérémy: …mélancolique…

    Dimitri: …très intimiste et parfois orchestrée.

    Jérémy: Et puis on a eu la chance de participer à la BO du film Poupoupidou réalisé par Gérald Hustache-Mathieu et en salle depuis le 12 janvier.

    Dimitri: La BO est également disponible en téléchargement légal depuis le 18 et en format CD le 31 janvier.

    Jérémy: Je te préviens, on a prévu de suivre le protocole à la lettre !

    C’est bien, on ne va pas s’emmerder ! Dans Poupoupidou vous chantez I wanna be loved by you, ça fait quoi de reprendre Marilyn ?

    Jérémy: Ça fait peur déjà ! On s’attaque à une icône ! Tout le monde connaît ce morceau, tout le monde l’a déjà entendu. En plus c’est un morceau très arrangé qui évoque immédiatement Marylin. Le seul moyen pour nous de le reprendre c’était de le réarranger.

    Dimitri: De le dépouiller…

    Jérémy: De s’éloigner vraiment de cette version là. Et puis on a essayé, tout en gardant cette sensibilité et cette féminité qui est forcément lié à Marylin, de masculiniser ce morceau pour faire une passerelle entre le personnage de David Rousseau (Jean-Paul Rouve) et de Candice Lecoeur (Sophie Quinton). I wanna be loved by you, c’est un discours qui leur va très bien à tous les deux. Ce sont deux personnages qui sont en quête de reconnaissance permanente et qui on envie d’être aimé simplement pour ce qu’ils sont au fond. On est content d’avoir ce petit bout clé du film.

    Dimitr: Tu as vu le film ? Tu en as pensé quoi ?

    Pour être honnête, si je ne vous rencontrais pas, je ne serais pas allé le voir. Je suis une très grande fan de Marylin et j’avais peur du côté réincarnation. Mais en fait c’est fin et plutôt intelligent

    Jérémy: Et en tant que fan, tu penses quoi de la reprise ?

    Je la trouve juste sexy comme il faut

    Jérémy: Sexy mec, sexy !

    Dimitri: C’est toi qui es sexy, c’est toi qui chantes avec ta voix de femme !

    Comment est-ce qu’on fait pour s’approprier le glamour d’une chanson qui symbolise Marylin quand on est un mec ?

    Dimitri: En cassant la musique originale sans vouloir lui porter préjudice. C’est toujours l’idée première qu’on a en tête en reprenant une chanson surtout celle-là. On s’est tout de suite dit qu’il ne fallait pas détériorer son œuvre. Et là tu vas répondre Jérémy parce que je suis perdu !

    Jérémy: J’adore reprendre des morceaux chantés par des femmes et à fortiori des femmes fortes comme Marylin. C’est quelque chose qui dérange les garçons en général. Pas moi. J’aime le discours féminin, j’aime que ce soit une femme qui le chante et j’aime que ce soit un homme qui chante à la place d’une femme. Le côté sexy, il vient de là. C’est homme qui se met au service du discours féminin.

    Cette féminité, elle ressort aussi dans ce que vous écrivez en dehors de ce que vous avais fait pour le film Poupoupidou ?

    Dimitri: Oui, d’ailleurs c’est pour ça qu’on a décidé de s’appeler Ava au-delà du fait qu’il y’a une vraie symétrie et que pour un duo ça collait plutôt pas mal. Pour la petite histoire, c’est un nom que Jeremy a trouvé au moment où le montage du film se faisait. Il fallait qu’on donne un nom à la production.

    Jérémy: Il y a deux démarches différentes. Ava ça renvoie effectivement à Ava Gardner qui incarne la féminité. Dans le film on essaye de matérialiser les pensées et les sentiments de Candice à travers les chansons. Et il y a une autre démarche qui est complètement différente qui est celle qu’on a à travers nos morceaux où il y a ce spectre féminin qui se balade d’une chanson à l’autre et qui fait le lien entre les titres.

    Pourquoi Ava Gardner en particulier ?

    Dimitri: C’est une personnalité qui, au même titre que Marylin, contribue à une certaine image, à une époque à Hollywood, de la féminité. C’est la beauté, c’est la grâce. Cette sensibilité et cette féminité, Jérémy, il en transmet beaucoup. C’est ce que je me suis dit en écoutant le premier titre sur lequel on a travaillé ensemble. Il a la chance d’avoir cette voix qui peut être qualifiée d’androgyne. Il y a un contraste entre sa voix et ses textes où il se situe vraiment comme le mec qui peut être déçu par l’attitude d’une fille. C’est ce qui est intéressant. Il tient bien son rôle et dans sa voix, il transmet autre chose. Il peut parler pour l’homme et pour la femme !

    Jérémy: C’est beau ce que tu viens de dire !

    Dimitri: Note le putain, il faut pas qu’on oublie !

    Il y a finalement peu de chanteurs qui assument leur part de féminité aujourd’hui…

    Dimitri: C’est vrai qu’à part Brian Molko et Indochine, vous êtes peu nombreux vous les chanteurs… !

    Jérémy: J’ai l’impression qu’il y en a beaucoup.

    Dimitri: T’as des exemples ?

    Jérémy: Oh mais y en a pleins.

    Dimitri: Beyoncé par exemple !

    Jérémy: Ça ne me dérange pas du tout de dire qu’il y a cette sensibilité qui se dégage de notre musique, que les gens disent que j’ai une voix androgyne. Je ne l’ai pas choisie mais je trouve ça très cool !

    Dimitri: Gerald [ le réalisateur de Poupoupidou, ndlr ] voulait au début intégrer des titres de Christophe dont il est très fan dans la BO. Quand il a commencé à écouter notre musique, il y a retrouvé quelque chose de Christophe, cette voix qui est souvent dans l’aigue. Ca l’a séduit !

    Jérémy: Je lui dirais les mots bleus, les mots qu’on dit …

    Dimitri: C’est encore plus aigu que ça !

    Jérémy: Je lui dirais les mots bleus… Attends on dirait Lara Fabian mec !

    Popoupidou – La bande-annonce

    La suite des aventures d’Ava, c’est quoi ?

    Dimitri: On ne nous l’a pas encore posé comme question !

    Jérémy: On part à l’aventure ! Viens on prend un avion et on se tire au Mexique !

    Dimitri: J’ai l’hélicoptère de Balavoine qui m’attend sur le toit !

    Jérémy: La suite pour nous, c’est de continuer à écrire pour pouvoir présenter un album bientôt. Et peut-être qu’on se reverra à cette occasion si tu veux bien !

    Je veux bien !

    Le MySpace de Ava

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress