En ce moment

    23/02/2011

    Tunisie: Slim Amamou sur Twitter et la censure de Ben Ali

    Par Respect Mag

    Slim 404 (son pseudo sur Twitter) est un blogueur tunisien et depuis le succès de la révolution, secrétaire d'Etat à la jeunesse et au sport.

    Interrogé par nos partenaires de Respect Mag Mag pour savoir s’il est un héros de la révolution? Slim Amamou répond en mode LOL: “Je ne me considère pas du tout comme un héros mais j’y travaille. Et je pense être sur le bon chemin pour le devenir dans 30 ou 40 ans.” 

    Slim, dès le premier conseil des ministres, vous rendez compte instantanément des débats sur Twitter. Vous allez continuer?

    Pas exactement de cette manière ! La première fois, j’étais un peu pirate dans le sens où je n’ai pas demandé la permission. Au second conseil des ministres, on m’a gentiment demandé d’attendre la fin pour twitter. Donc dorénavant, c’est que je vais faire.

    Pourquoi?

    J’écoute. Les autres ministres m’ont convaincu que ce n’est pas une bonne stratégie de communication. Des erreurs peuvent être faites et nous n’avons aucune marge pour rectifier. Bref, cela pouvait être source de désinformation.  

    En Egypte, Moubarak a coupé le pays d’Internet. Ce que, curieusement, Ben Ali n’a pas fait ?

    Ben Ali s’est fait avoir. La censure pensait toujours avoir la maitrise de l’information sur le web. Or nous avons appris à maitriser la censure. Nous savions la déjouer et se retourner contre elle.

    Le péril islamiste ?

    Il n’existe pas en Tunisie . La révolution l’a prouvé. Les islamistes ont été inexistants durant toute la révolution. Avant, on avait peur; mais aujourd’hui avec tout ce qui s’est passé, je suis tranquille.  Maintenant, le jeu démocratique est ouvert. Nous n’allons plus exclure aucun camp.  Que le meilleur gagne !

    Lire la suite de l’entretien sur Respect Mag

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER