En ce moment

    25/02/2011

    ONG et partis politiques sont plutôt favorables à une intervention ... sauf le Nouveau Centre

    Libye: Faut-il intervenir ?

    Par Anaïs K.

    «Intervenir par tous les moyens possibles» «être tout à fait ferme» «envoyer les casques bleus». ONG et partis politiques sont d'accord. Mais attention à ne pas conforter «Kadhafi dans son idée de complot international» rappelle HRW.

    HUMAN RIGHTS WATCH –  Jean-Marie Fardeau, directeur France

    « Je regrette que même les choses les plus simples n’aient pas été faites comme, geler les avoir et instaurer une interdiction de voyager. Il est temps que le Conseil de Sécurité de l’ONU prenne des décisions fortes. Mais il y a fort à parier que la Russie et la Chine invoquent le principe de non-ingérence, c’est-à-dire, celui du chacun chez soi. Toutefois, les forces américaines ne devraient pas intervenir. Ce serait une très mauvaise idée car cela conforterait Kadhafi dans son idée de complot international ».

    « Il ne faut pas attendre que Kadhafi tombe pour appliquer des sanctions»

    AMNESTY INTERNATIONAL – Michel Fournier, responsable de la Région Moyen Orient

    « Il faut être tout à fait ferme. Que ce soit le conseil de sécurité de l’ONU ou la CPI. Il faut demander une enquête afin de voir si les actes peuvent être jugés par la CPI. L’Organisation de l’Unité Africaine doit aussi absolument se manifester. Elle peut envoyer des missions. La communauté internationale devrait déposer un embargo, en particulier sur les armes. Pour l’instant elle fait tout ce qui est possible pour éviter que le massacre ne prenne plus d’ampleur, en mesurant ses gestes. Elle est la seule à pouvoir mettre fin au massacre. La France, membre du conseil de sécurité, a un grand rôle à jouer. On ne peut pas se contenter de déclarations. »

    « La communauté internationale est la seule à pouvoir mettre fin au massacre »

    MOUVEMENT DES JEUNES SOCIALISTES – Victor Vidilles, secrétaire général

    « La où des vies humaines sont en jeu, la communauté internationale doit intervenir. Nous sommes contre le droit d’ingérence mais nous en défendons le droit d’ingérence humanitaire. Face à la barbarie, il faut utiliser la légitimité de l’ONU. Il faut qu’elle dépose un mandat, que les casques bleus interviennent.
    La France est un peu embêtée depuis Sarkozy, elle pense qu’il vaut mieux un bon dictateur qu’un mauvais démocrate. Quand on a laissé Kadhafi planter sa tente une semaine chez nous, c’est difficile après de soutenir les mouvements populaires. La France doit retrouver l’essence universaliste qu’elle avait. »

    « Face à la barbarie, il faut utiliser la légitimité de l’ONU »

    JEUNES CENTRISTES – Jérémy Coste, président

    « Une révolte ça part du peuple, c’est à eux de s’insurger. Par contre, la communauté internationale doit prendre des sanctions, être très ferme. Elle doit arrêter de vendre des armes. Des avions qu’on a vendu sont en train de bombarder les gens.
    En ce qui concerne l’immigration en Italie, je comprends les italiens qui ont déjà du mal à faire face à l’immigration. La situation est très grave et on ne peut pas refuser ces populations là. Il faut être solidaire. Mais dès que la révolution sera terminée, il faudra les accompagner chez eux dans leur processus démocratique. »

    « Je ne suis pas favorable à une intervention de la communauté internationale car pour moi c’est de l’ingérence »

    JEUNES ECOLOGISTES – Marie Toussaint, co-secrétaire fédéral

    « Elle doit intervenir par tous les moyens possibles. Ce matin, les États-Unis ont déclaré qu’une intervention de l’ONU serait la meilleure chose à faire. Les pays doivent arrêter leurs exportations d’armes. La France pourrait aller plus loin, encourager ses camarades. Notre position est aussi une réaction par rapport à ce qui c’est passé avant. Quand on a accueilli des criminels et passé des accords avec eux, c’est difficile de revenir dessus.
    Après on ne demande pas une ingérence complète. Il faut mettre en place des structures d’accueil pour la population. On peut comprendre la réaction de l’Italie, ils n’ont pas à gérer les populations migrantes tous seuls. On est une communauté européenne et chacun doit prendre sa part. »

    « La communauté internationale doit intervenir par tous les moyens possibles »

    JEUNES RADICAUX DE GAUCHE – Sandra-Elise Reviriego, présidente

    « Je suis dubitative quant à une éventuelle intervention de la communauté internationale. Si la population lance un appel à l’aide, alors y faudra y aller. Pour le moment, il faut se cantonner à une intervention pacifiste. Je ne suis pas pour que l’on envoie l’armée. Il serait préférable d’envoyer des casques bleus. Il ne faut pas oublier qu’il y a des enjeux économiques, notamment liés au pétrole, il faut faire attention à ce que l’on fait. Concernant, la vague d’immigration vers l’Europe, je pense qu’il  est nécessaire de rapidement mettre en place une collaboration et une politique migratoire adaptée plutôt que fermer les frontières. Avec toutes ces révolutions dans le monde arabe, on est face à la création d’un nouveau monde. Il faut s’y préparer ».

    « Sur le principe de la dignité humaine, tous les moyens doivent être mis en œuvre pour accueillir les migrants »

    JEUNES POP

    Il semblerait que les Jeunes Pop ne se soient pas encore posé la question de la Libye. Ils devaient certainement être trop occupés par la dernière affiche du MJS

    « Ouais je vous rappellerai si y’a un truc »

    Edit: Samedi 14h: Correction – Jérémy Coste n’est pas président des Jeunes du Modem, mais des Jeunes Centristes (Le Nouveau Centre).

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER