En ce moment

    01 / 03 / 2011

    En direct de l'hôtel El Andalous de Marrakech, StreetPress interview les touristes au bord de la piscine

    A Marrakech : « Tout ce qu'on nous a dit c'est que Mohammed VI était un gentil roi »

    Par david-Julien Rahmil

    Que pensent Corinne, Anaïs ou Roger du mouvement de contestation en cours au Maroc ? StreetPress a dépêche son envoyé spécial à l'hôtel El Andalous de Marrakech. Témoignages sans concession, entre transats, crêpes et jus de fruits.

    Roger

    « Depuis la France on n’avait pas entendu information inquiétante et de toute façon le Maroc a la réputation d’être calme par rapport aux autres pays du Maghreb. À notre arrivée, on a voulu se rendre sur la place Jemaa El Fna mais deux européens nous ont dit de faire demi tour car il y avait des manifestations un peu partout. Malgré ça, on se sent plus en sécurité ici que chez nous. D’après ce que l’on entend des Marrakchis, le roi il est plutôt proche du peuple et assez aimé. Je ne pense pas que ce soit un dictateur. »

    Didier

    « On a appris le lendemain de notre arrivée qu’il y avait eu des manifestations et quelques heurts. J’ai bien sûr suivi les infos sur le Maghreb avant de partir et j’ai eu un petit doute en prenant l’avion mais le statut du régime marocain faisait que l’on ne se posait pas trop de questions. Honnêtement je ne connais pas vraiment la situation politique au Maroc. Il me semble que le Mohamed VI est bien aimé et qu’il a un statut particulier car il serait le descendant de Mahommet (NDA : Les membres de la dynastie des Alaouites sont effectivement considérés comme les descendants du prophète). Par contre, on reste informé pendant nos vacances sur ce qui se passe en Libye. Pour une fois les Etats-Unis et le Conseil européen devraient se décider à bouger malgré les intérêts pétroliers. »

    Corinne

    « On est arrivés dimanche et on savait depuis la France qu’il y avait une manifestation. On nous a dit une fois sur place qu’il y avait des affrontements dans le Guéliz et sur la place Jemaa El Fna à cause de jeunes casseurs. D’habitude, on se tient au courant des infos mais bon là on est en vacances alors forcément on est moins informés de ce qui se passe au Maghreb. Par contre je ne sais pas trop comment ça se passe au niveau du régime politique du Maroc. Tout ce qu’on nous a dit c’est que Mohammed VI était un gentil roi. »

    Notre restaurant a baissé les volets métalliques et on a mangé dans le noir et en silence

    Véronique

    « Juste avant de partir je savais qu’il y aurait des manifestations au Maroc et une fois sur place, la propriétaire du Riad nous a demandé de ne pas sortir. Bien entendu, on s’est posé la question de venir au Maroc avant de prendre l’avion mais on s’est dit que l’on ne prenait pas de gros risques. Bien sûr on est moins tranquilles que d’habitude mais les taxis nous ont rassurés en nous disant qu’il ne s’agissait que de quelques casseurs. Je sais que Mohammed VI est plutôt un réformateur mais je sais aussi que le pays ne peut pas se démocratiser en quelques jours. Il faut attendre plusieurs années pour que ça se fasse. De plus une révolution n’est pas forcément la bonne solution car si le peuple accède à la liberté on sait aussi qu’ouvrir les vannes d’un seul coup peut amener à d’autres extrémismes. »

    L’hôtel El Andalous, c’est où ?


    Afficher Marrakech sur une carte plus grande

    Anaïs

    « Je suis arrivée vendredi dernier en étant persuadée que ça ne bougerait pas. Dimanche on est allés se balader à la place Jemaa El Fna sans savoir qu’il y avait des manifestations. D’ailleurs on a passé la grande majorité de la journée sans rien voir hormis le fait que la plupart des magasins du souk étaient fermés. Le soir en allant au restaurant on s’est alors rendu compte que des jeunes s’affrontaient avec la police. Notre restaurant a baissé les volets métalliques et on a mangé dans le noir et en silence ! Après ça j’ai cherché à comprendre un peu plus ce qui se passe au Maroc. Je ne savais pas qu’il y avait autant de soucis malgré le fait que ma mère soit marocaine. Au final le lendemain, tout était redevenu normal et les vacances ont pu continuer. »

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER