En ce moment

    30/03/2011

    FN: Fabien Engelmann hué par la CGT

    Par Sully Bidois

    Lundi 28 mars à Montreuil le syndicaliste Fabien Engelmann avait rendez-vous au QG de la CGT pour expliquer sa candidature FN au 1er tour des cantonales. Sous les huées des militants, la brebis galeuse est repartie la queue entre les jambes.

    Instrumentalisé La brebis galeuse de la CGT s’appelle Fabien Engelmannn. Cet ancien responsable CGT s’est présenté au premier tour des cantonales, jusque là rien d’anormal. Le hic est qu’il le faisait pour le FN. Un petit détail qui n’est pas passé auprès des militants du premier syndicat de France.

    « J’ai expliqué que le FN n’était ni raciste ni xénophobe. Ils m’ont ensuite dit que j’étais instrumentalisé par le Front national et que je m’étais servi du sigle CGT, ce que je n’ai jamais fait.» expliquait Fabien Engelmann.

    Huées Convoqué lundi au siège de la CGT pour s’expliquer sur son comportement, l’ancien responsable de la CGT est arrivé avec son avocat comme annoncé et quelques partisans de sa campagne aux cantonales. Il a été accueilli par près de 300 militants et syndicalistes CGT, sous les huées et les insultes. Il restera près d’une heure dans le siège en discussion avec ses pairs. Une attente rythmée par les slogans anti-Front National des 300 manifestants

    « Le FN en veut à la CGT ! », « A bas le Front National ! Et F comme fasciste, et N comme nazi ! »

    Conférence de presse A la sortie de son entretient il devait donner une conférence de presse devant le siège de son syndicat. Au dernier moment; un membre de la CGT a annoncé le renvoi de Fabien Engelmann de la CGT et l’annulation de sa conférence:

    « Monsieur Engelmann est sorti de l’autre côté. De façon à na pas lui permettre de faire une conférence de presse à côté d’un haut lieu de la lutte ouvrière. »

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER