En ce moment

    04 / 04 / 2011

    Vidéo: 1664 en mode Christian Lacroix

    Par Sully Bidois

    Jeudi 31 mars, Kronenbourg présentait lors d'une soirée privée le nouveau design de la gamme 1664. Christian Lacroix s'est chargé de redonner une jeunesse abstraite au « goût à la française ».

    Art et bière Quel lieu Kronenbourg a-t-il bien pu choisir pour servir à volonté sa bière tricolore ? Et bien c’est l’école des beaux arts de Paris qui s’est refait une beauté en bleu, blanc, rouge pour accueillir la « jet set bibineuse » et les journalistes. Aussi design qu’une 1664, l’intérieur du bâtiment était méconnaissable. Entre des hôtesses renversantes et des drapeaux géants de 1664 sur tous les murs, il était difficile de se rappeler qu’on se trouvait dans un des hauts lieux de la culture française. Les statues qui rappellent sans cesse aux apprentis artistes ce qu’est l’art ont soit été cachées, soit éclairées aux couleurs de la bière. La vénus de Milo aux couleurs de la Marianne.
     

    Le discours Comme tous les vrais buveurs de bières le savent, une vraie soirée bière ne peut décemment pas se faire sans un discours. Hélas pour les amateurs de drôleries alcoolisées, le discours était plutôt…sobre. Thomas Amstutz, PDG des brasseries Kronenbourg depuis 2009, a fièrement accueillit son nouveau designer pour l’interroger lui-même sur ses choix artistiques. Christian Lacroix lui avouera avec beaucoup de modestie :
     

    « Je devrais dire que c’est la marque qui m’a choisi. » avant de se rapprocher de son associé et de son public « je suis un grand amateur, un grand buveur de bière. »
      

    Quatre dessins pour des bières à volonté, on comprend mieux. La soirée s’est poursuivie avec un live de SomethingALaMode, que la Jet Set a pu apprécier en sifflant toutes sortes de 1664. Pourtant même le buffet et la bière à volonté n’ont pu convaincre le ponte de la mode de rester. Il s’est enfuit après sa présentation.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress