En ce moment

    05 / 04 / 2011

    Et si Marc Lavoine se présentait en 2012 ?

    Top 5: Michel Martelly, ses meilleurs tubes

    Par M G

    Michel Martelly, dit "Sweet Micky", le chanteur populaire de musique « compas » vient d'être élu président d'Haïti, selon les premiers résultats du scrutin. Retour en clips sur une carrière prolifique à défaut d'être politique. Vazy Micky V

    1 “Cocorico”

    Le détail qui tuerait n’importe quel président: Le slip moulax et le bide qui ressort. C’est interdit. Surtout quand au même moment, Obama montre ses abdos sur les plages d’Hawaï.

    Le détail qui présageait que Micky serait président: Les Raybans. C’est select les Raybans.

    2 “Galope”

    Le détail qui tuerait n’importe quel président: La casquette rose à l’envers et le clin d’oeil de lover… en 2011 ça passe bof.

    Le détail qui présageait que Micky serait président: Galoper sur un cheval, ça fait très chef d’état.

    3 “San Ou”

    Le détail qui tuerait n’importe quel président: Faire semblant de jouer de la guitare.

    Le détail qui présageait que Micky serait président: La grosse montre en or au poignet. “Qui n’a pas de Rolex a raté sa vie.”

    4 “Fragile”

    Le détail qui tuerait n’importe quel président: Le titre: “Et je voudrais toucher son corps”.

    Le détail qui présageait que Micky serait président: Accompagner une femme côté passager et lui fermer la porte, ça c’est très gentleman.

    5 “Pa Manyen”

    Le détail qui tuerait n’importe quel président: Faire du collé-serré avec une jeunette, quand on a 48 ans. C’est officieux ces choses là. Sauf en Italie, à la rigueur.

    Le détail qui présageait que Micky serait président: 48 ans. Il était temps de changer de carrière.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER