En ce moment

    06/04/2011

    L'ex-leader du groupe indie « Lift to experience » sort un album solo

    Josh T. Pearson : « N'achetez pas mon album, piratez-le! »

    Par Etienne Gin

    Sur StreetPress, Josh T. Pearson explique pourquoi il fait de la country «vraiment très triste». Son porte bonheur : le chiffre 10. Sa «barbe a dix ans», et il n'a «que 10 fans» en France. 10 ans aussi qu'il n'avait pas sorti d'album.

    Bonjour Josh. Tu viens du Texas, tu peux nous en parler ?

    Chaud. Il fait chaud.

    Pour définir ta musique actuelle, c’est plutôt folk ou country ?

    Pour moi c’est de la country. Ca raconte une histoire, c’est un récit à la première personne. J’ai fait du 1,3,4 avec ma guitare custom, j’appellerais pas ça de la folk. Non, je ne pense pas qu’on puisse l’appeler ainsi. No folking way ! (Il regarde par la fenêtre) Continue, désolé les filles sont jolies par ici. Il y a des jolies filles à Paris. Là il y avait « une jeune fille très belle ». (Il le dit en français) Comment se fait-il que ton anglais ne soit pas meilleur ? Tu parles anglais ?

    Oui, j’essaye de m’améliorer.… Donc pourquoi votre premier groupe, Lift to Experience, a-t’il fini par se séparer ?

    Ca ne faisait pas rentrer assez d’argent tout simplement!

    J’ai lu sur internet que tu avais la pression de sortir un album aussi bien que celui que tu as sorti. C’est la vérité ?

    Non, pour « Last of the country gentlemen» , je suis tout seul, donc il n’y avait pas de pression dans mon groupe. En fait, j’avais des choses plus importantes à faire. J’ai eu besoin d’être seul pendant quelques années. Je me suis acheté une maison au Texas en plein milieu de nulle part, pour 10.000 dollars. Je suis resté là bas pendant 4 ans environ. J’ai écrit, écrit, écrit encore plus à la recherche d’un moyen pour sauver le monde. Et j’ai trouvé un moyen, mais c’est vraiment très difficile. Donc j’ai décidé de voyager un moment et de quitter la campagne. Je suis venu en Europe. J’y suis depuis cinq ou six ans. J’ai fait Berlin, Londres, quelques mois en Italie. Ca fait à peu près deux ans que je suis à Paris, mon français est toujours « terrible ». Donc je vais apporter ma contribution pour aider les Français à apprendre l’anglais.

    Et si ton nouvel album se vend mal, et que ton producteur te demande de te couper la barbe et d’aller chez le coiffeur pour en vendre plus, est-ce que tu le ferais ?

    Oui, bien sûr. Aucun problème. Je me fais couper les cheveux et je me rase la barbe pour avoir plus d’argent. Ce n’est pas grave, les cheveux ça repousse. Ma barbe a presque dix ans. Je viens de m’en souvenir, elle a dix ans. « Mon barbe, je suis un barbu. » (en français)

    Ok et donc maintenant que tu vis à Paris, que penses-tu de la ville ?

    Paris, c’est pas cher. (Il explose de rire) Non, c’est pas donné ! C’est une très belle ville, c’est un peu comme de vivre dans un très gros gâteau. Le plus gros gâteau du monde. Moi, j’ai grandi dans une banlieue pauvre du Texas. Au Texas, il n’y a rien à faire, on tourne en rond. Alors c’est très romantique d’être ici. La ville lumière. La pierre, j’aime bien la pierre. Il y a des chaussures. Des jolies filles avec des jolies chaussures. Et ça ne pose problème à personne. (Il rigole) Et puis les fleurs, les néons roses, le fleuve est magnifique. J’aime l’accent parisien aussi, c’est très agréable à entendre.

    Tu as deux concerts prévus le 16 avril : à 14h00 au Café de la Danse à Paris et à 19h00 à la Chapelle du conservatoire de Rennes. Tu vas faire deux concerts le même jour ?

    Le même jour ? Pour le 16, j’ai vendu environ 6 tickets. Quoi, deux fois le même jour ? (Il appelle son manager) Je pense que l’on a fait une gaffe sur mon MySpace, ce site est complètement bousillé, je ne comprends pas ce qui se passe sur ce site. Il faut qu’ils remettent de l’ordre dans ce bordel. Je ne pense pas que ce soit le même jour, c’est une erreur de ma part. Je pense que l’un à lieu le 15 et l’autre le 16. A quelle distance, Rennes est d’ici ? Pas très loin, bien sûr que non. La France est un petit pays!

    Est-ce que vous auriez un mot à dire aux anciens fans de Lift to Experience ?

    Mon conseil : ne retenez pas votre respiration. (Il rigole) Ah bon, il nous reste encore des fans en France ?! Non je ne pense pas. Mais peut-être, vu que je suis monté plusieurs fois sur scène, il y a quatre ou cinq ans en France. Je pense que je n’en ai pas beaucoup et qu’ils sont environ 10. J’ai 10 fans et je les connais tous: Max, Greg, Erwan, qui d’autres ? Ah oui, Pierre aussi. Pierre, il a les cheveux frisés.

    Qu’est-ce que tu as à dire aux gens pour qu’ils achètent ton nouvel album ?

    (Il explose de rire) N’achetez pas cet album, piratez le ! Non, non, je n’ai pas dit ça : écoutez-le, il faut acheter cet album, j’ai des factures à payer.

    Mais finalement, quels sont les thèmes abordés dans cet album de country « triste » ?

    Bon j’essaye de réfléchir à une réponse. En fait au début, je n’avais pas l’intention de mettre ces enregistrements en vente. Mais comme j’espère que ça pourra aider certaines personnes. En effet, c’est un album vraiment très triste. (Silence) Oui, j’ai vraiment rien à dire. (Il rigole) Si il vous plait, achetez-le et s’il ne vous plait pas ne l’achetez pas, voilà. Que Dieu vous bénisse, et toi améliore ton anglais. Parce que les gens des pays de l’est sont en train de débarquer et leur anglais est excellent.


    Visiblement, Josh ne croit pas en Dieu

    Paris, c’est un peu comme vivre dans un très gros gâteau.


    Finalement c’est une star comme les autres…


    Josh adore poser

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER