En ce moment

    23/03/2012

    Les Puppetmastaz sortent un nouvel album lundi prochain

    Les Puppetmastaz : «Angela Merkel est une pomme géante»

    Par Elodie Font

    Sur Streetpress, les célèbres marionnettes allemandes discutent de leur nouveau départ, de la lune, d'électro et de vieilles chansons traditionnelles. Amis non-bilingues, StreetPress a même traduit l'interview !

    Dans un couloir de la Bellevilloise, deux des marionnettes du groupe allemand Puppetmastaz nous attendent. Dans deux heures, elles seront sur scène pour un concert disjoncté, comme à leur (vieille) habitude. Mais avant, pour la sortie de leur nouvel album « Revolve and step up ! » – qui n’aurait jamais vu le jour si le groupe ne s’était pas rabiboché au début de cette année – ces drôles de personnages nous ont dédicacé un freestyle. Ouais ouais. Et on a même eu droit à des chants traditionnels allemands – faites gaffe, ils restent très longuement en tête (on vous aura prévenu).

    Angela la sorcière Première règle d’or avec les Puppetmastaz : ne jamais discuter politique. Parce que ça leur rappelle de mauvais souvenirs.

    « On n’aime pas ça, la politique divise les gens. On n’a jamais aimé ça, on n’aimera jamais. Ça n’a jamais aidé personne, c’est même pour ça qu’on s’est séparés en 2010. Tous les politiques ont quelque chose de mauvais. »


    Les Puppet en concert à Bruxelles, en 2009. Photo de Kmeron

    Pour mémoire, leur avant-dernier album, baptisé « The Takeover », causait politique et coup d’Etat (des marionnettes). Sauf que le monde humain avait été bien plus fort, que la révolution des marionnettes sur Terre avait gravement échoué, et les Puppetmastaz, déçus, s’étaient séparés dans la foulée. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le coup d’Etat était un peu loupé. Ils en gardent un regard… disons assez amer sur le monde des humains :

    « Si Angela Merkel était une marionnette, ce serait une pomme géante. Une pomme qui dit des trucs stupides. »

    Dans les étoiles Le groupe s’est reformé début 2012, et depuis, ce sont eux qui l’avouent, leur « monde est différent. » Du coup, sans qu’on s’en rende vraiment compte, en quelques secondes, on s’est retrouvés propulsés dans l’espace. Accrochez-vous, les marionnettes sont assez perchées.

    « Frogga (une des marionnettes phares du groupe) nous a quitté, nous voulions aller sur Mars, mais il est allé ouvrir un hôtel sur la Lune, et notre mission a été de le retrouver. On est retournés dans l’espace pour aller le chercher parce qu’il est la colonne vertébrale du groupe, sans lui on est perdus. Sur le chemin, on a eu plein d’aventures, pour devenir ce qu’on est aujourd’hui. On est revenus sur Terre pour vous apporter cette expérience. »

    Et là, on est sur Mars ou sur Terre ? Ou sur la Lune ?

    Premier extrait de leur nouvel album, avant de le découvrir lundi prochain :


    Puppetmastaz – Innerself Respect [Official Video] par Discograph

    Revolve and step up Et puis, on a causé musique. Un nouvel album électro rock, donc, après deux ans d’absence. « Pour nous, un nouvel album est toujours meilleur. Surtout en concert, c’est très différent, un spectacle n’est jamais identique à un autre, c’est génial – sinon, on s’ennuierait. »

    En tout cas, à Streetpress, on leur conseille d’ajouter à leur spectacle de vieilles chansons traditionnelles allemandes, rien que pour voir le public chanter très fort chabadabada (voir la vidéo).

    Déjà l’heure de se quitter et, un rien irascibles, les Puppet n’ont pas voulu de nos baisers d’adieux. Bon, et ben tant pis, on garde nos baisers pour le monde des humains !


    Les Puppet en concert à Bruxelles, en 2009. Photo de Kmeron

    Nouvel album “Revolve and step up”, disponible le 26/03 en digital et le 02/04 en digipack.
    Concert à la Gaîté Lyrique, le 14 avril prochain.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER