En ce moment

    16/02/2010

    Certains sportifs peuvent masquer leur anomalie cardiaque

    Par Coisne Arnaud

    Régulièrement des athlètes de haut niveau disparaissent d'un arrêt cardiaque. Pour Streetpress, Jacques Mansourati, cardiologue au CHU de Brest, et Bruno Sesboüe, médecin sportif au CHU de Caen, donnent leur point de vue sur ce phénomène.

    Jacques Mansourati, cardiologue au CHU de Brest :

    Concrètement, c’est quoi un arrêt cardiaque?

    Dans la majorité des cas, c’est un trouble du rythme ventriculaire. L’autre possibilité, c’est que l’électricité au niveau du cœur ne fonctionne plus…

    Est-ce que cela touche un certain type de personne?

    Les personnes qui ont des problèmes d’artériosclérose, donc liés à des facteurs de risque comme le cholestérol, le tabac, l’hypertension artérielle, l’obésité et le diabète.

    Et les sportifs dans tout ça?

    Après 35 ans, c’est souvent lié à un problème coronaire( artères liées au coeur). Avant 35 ans, c’est plutôt lié à des maladies héréditaires du muscle cardiaque, ou d’anomalies au niveau du rythme et de l’électricité du cœur.

    Faire du sport, ca peut devenir dangereux?

    Ça devient néfaste chez les gens dont on ne sait pas s’ils ont une cardiopathie car il arrive qu’ils ne le disent pas… En plus si on prend des produits illicites, cela aggrave encore plus les conséquences des tachycardies sur le cœur.

    Jacques Mansourati

    Cardiologue


    “Certaines personnes préfèrent cacher leur problème pour continuer à faire des compétitions”

    Les sportifs peuvent-ils masquer des éventuelles anomalies au niveau du cœur et ce pour exercer en paix?

    Certaines personnes, pour qui le sport c’est leur vie, vont avoir tendance à cacher cela pour pouvoir continuer la compétition. Ils peuvent faire des arrêts cardiaques à tout moment.

    Le sportif peut s’arranger avec le médecin alors?

    S’il a vu que le médecin n’était pas d’accord, il peut s’arranger pour cacher ce certificat. Il arrive que des certificats soient malheureusement faits sans un examen complet, en particulier avec un électrocardiogramme.

    En 2007, un footballeur de 22 ans (Antonio Puerta) a fait cinq arrêts cardiaques en quelques minutes avant de décéder le lendemain… Comment expliquer ce phénomène chez un si jeune athlète?

    C’est l’exemple type d’une maladie du muscle cardiaque qui évolue sans aucuns symptômes et, qui à l’occasion d’une activité physique, entrainent des tachycardies ventriculaires. On aurait du lui interdire la compétition purement et simplement.

    Les sportifs de haut niveau ne sont donc pas plus touchés par les maladies cardiaques…

    C’est même plus rare! Mais quand cela arrive, ce sont des sportifs qui ont soit négligé une cardiopathie, soit qu’ils ne le savaient pas… Chez les sportifs, on constate 500 à 2000 arrêts cardiaques contre 50.000 chez les non sportifs et rien qu’en France.

    Bruno Sesboüe, médecin sportif au CHU de Caen :

    Est ce que les sportifs doivent tous sans exception faire un examen cardiologique avant de commencer ?

    En France chaque sportif est soumis à une visite médicale qui doit donner lieu à un certificat de non contre – indication à la pratique du sport en compétition.

    En pratique comment cela se passe pour les sportifs de haut niveau?

    Ceux qui sont inscrits sur la liste officielle, il y a un suivi médical obligatoire qui est défini par décret qui comporte, un électrocardiogramme tous les ans, une échocardiographie en débutant la carrière sportive, et une épreuve d’effort tous les 4 ans.

    Si on détecte une anomalie, peut-on lui interdire d’exercer?

    Si c’est une anomalie très grave, on interdit. Sinon, cela peut nécessiter des examens complémentaires avant de savoir si on interdit ou si on autorise la poursuite. Dans certains cas, l’anomalie est curable et donc on va traiter le patient pour qu’il puisse pratiquer.

    Il arrive que des sportifs mentent sur d’éventuels problèmes de santé?

    Il y a des choses qu’ils peuvent cacher et d’autres choses qu’ils ne peuvent pas cacher. Puis, Il y a des arrêts cardiaques qui ne sont pas détectables. On ne peut pas faire une écho-cardiographie à tous les sportifs. En terme de temps et de coût c’est inimaginable. Tous les sportifs de haut niveau en France sont pris en charge et c’est déjà un gros progrès.

    Bruno Sesboüe.

    Medecin du sport

    “Il y a un suivi médical obligatoire, définit par décret”

    Exemple de problème cardiaque :

    Yannick Dago-Nodji, 17 ans, joueur d’Arras Football s’est effondré le 23 Janvier sur le terrain du stade Degouve, victime d’un arrêt cardiaque. Les secours ont tenté de réanimer, en vain, le jeune footballeur qui est décédé dans l’enceinte sportive.

    Steve Savidan, ex-attaquant de Caen, a du mettre un terme à ca carrière en raison de malformations cardiaques. « Suite aux différents examens réalisés dans le cadre du bilan médical d’embauche, il a été mis en évidence une anomalie cardiaque d’apparition récente, Il est aujourd’hui hautement probable que les médecins ne me laisseront pas poursuivre ma carrière », a t-il expliqué le 4 juillet 2009.

    Dans le cas d’Antonio Puerta, comment cela se fait qu’on ait pas su détecter ses problèmes cardiaques manifestes?

    S’il a fait un électrocardiogramme, il y avait sans doute des signes évocateurs mais pas forcément des signes de certitudes. Lors de l’examen médical, on recueille les antécédents, et s’il y a des des antécédents de mort subite, par exemple dans la famille, et que le sportif n’en parle pas, on perd cet élément là.

    Donc, il peut arriver qu’un médecin passe à côté d’une grosse anomalie…

    On peut passer à côté d’une grosse anomalie parce que les signes ne sont pas toujours évidents.

    Si les sportifs n’effectuent pas ce bilan, que se passe-t-il?

    L’organisateur doit normalement leurs interdire la participation à la compétition. Pour les sportifs de haut niveau, il leurs est impossible d’y échapper.

    Quid du secret médical? Les sportifs peuvent s’arranger pour que le médecin ne dévoile rien…

    Il y a toujours un secret médical bien entendu! Le médecin qui examine le sportif va lui dire quels sont les problèmes qu’il a décelés, mais on ne délivre pas de certificat de non contre-indication à ce moment là.

    Le médecin légiste qui a examiné Gaines Adams, mort le dimanche 17 janvier 2010, a annoncé que le joueur des Chicago Bears (Foot US) avait été victime d’un arrêt cardiaque, dont la cause serait un accroissement de la taille de son cœur.

    Nicolas Vogondy sera-t-il dans le peloton cette année? Rien n’est moins sûr. A 32 ans, le néo-coureur de l’équipe Bbox Bouygues Telecom souffre de problèmes cardiaques. Ceux-ci ont été révélés lors de tests d’efforts en marge du renouvellement de sa licence. Il souffre d’extrasystoles. Ce problème cardiaque est provoqué par une contraction d’une des cavités du cœur. (test effectué le mercredi 27 janvier 2010, parut dans le Figaro)

    Le vendredi 27 juin 2008, Lilian Thuram, ex-joueur de l’équipe de France, n’a pas pu signer au Paris Saint-Germain car les médecins ont détecté chez lui une malformation cardiaque. L’ancien défenseur a du mettre fin à sa carrière.

    Source : Arnaud Coisne / StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER