En ce moment

    10/04/2012

    Le travail, c'est la santé, ne rien faire, c'est la garder

    Dossier : l'emploi et les jeunes

    Par Robin D'Angelo

    Des centaines de milliers de jeunes sans emploi et StreetPress n'y avait pas encore consacré un dossier. Alors suis avec nous des décrochés scolaires, viens discuter de la valeur travail, de réseautage et des jobs étudiants devenus des métiers.

    21,7%. C’est le taux de chômage des moins de 25 ans en France publié en février 2012 par Eurostat, l’institut des statistiques européennes. Et c’est beaucoup ? « Euh oui… » « Ou non, si tu compares à l’Espagne … » «Mais en fait oui, parce qu’on peut pas comparer » « Ouais mais en 1999, il y avait déjà le même taux de chômage » « Oui mais non… »

    Vous reprendrez bien une louche de statistiques Insee ? Ou si vous préférez, suivez ce débat entre Xavier Bertrand et Pierre Moscovici sur LCP : ils s’envoient des chiffres à la figure comme si c’était des parpaings. Avec tous ces taux abstraits, toi devant ta télé tu crois que le jeune qui cherche un emploi, c’est un nombre à deux chiffres. Alors qu’en fait, c’est plutôt le 138ème numéro anonyme après la virgule.

    Décrochés scolaires Les jeunes chômeurs, ce sont par exemple les décrochés scolaires de la mission locale de Juvisy, dans l’Essonne (91). Sans formation et avec pas mal de problèmes perso, ils seraient très contents de trouver un job de cariste, de secrétaire, d’animateur ou de puéricultrice. Mais même accompagnés par une équipe de travailleurs sociaux, ce n’est pas toujours facile. Surtout quand ils doivent revoir leurs ambitions à la baisse, comme Fatoumata.

    Chômeur de la semaine Il y a aussi Pierre-Henri l’ingénieur. Sauf que pour lui, être au chômage, c’est « un idéal de vie ». Après avoir grandi à Marne-la-Vallée, le jeune homme s’est installé en Mayenne avec sa copine où « il passe plus de temps à bricoler, à jardiner, à nourrir [ses] poules qu’à chercher du boulot. » « C’est génial de vivre comme un retraité ! »

    Jobs alimentaires ? Maxime, Morgan, Emilie et Hélène ne sont pas au chômage. Mais ils vivent d’un métier qui au départ ne devait qu’être temporaire. 5 ans après, ils y démarrent une carrière, avec le sourire et certainement pas par contrainte. Comme Morgan, responsable des caisses Scan Express dans un supermarché Leclerc de Toulouse : « J’ai commencé comme caissier, ça peut paraître bizarre mais j’ai aimé ça ! Le contact avec les clients … c’est vraiment un métier, ça s’apprend. »

    Réseaux Et si tu crois que c’est parce que tu n’es pas franc-maçon que ne trouve pas d’emploi, jette un œil à notre top 10 des vrais réseaux pour trouver un boulot.

    > A lire dès mardi

    Les dreamjobs des décrochés scolaires
    « Ne plus être au chômage, c’est renoncer à mon idéal de vie »

    > A lire dès mercredi

    10 vrais réseaux pour trouver un boulot
    Transformer son job alimentaire en métier : et si ce n’était pas la lose ?
    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpres

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER