En ce moment

    09/05/2012

    5 questions à la dir' marketing de ton flan préféré (quand t'avais 12 ans)

    « Non, on n'enverra pas de Flanby à l'Élysée ! »

    Par Elodie Font

    Avec Hollande comme président, la marque Flanby vient d'en prendre pour 5 ans. La marque assure n'avoir « rien orchestré » et regarder toute cette agitation « avec le sourire. » « Difficile de savoir si cela a un effet sur nos ventes. »

    François Hollande aka Flanby : le parallèle entre le flan dégoulinant de caramel et le nouveau président de la République est décliné à toutes les sauces depuis des années. Et, évidemment, surtout depuis quelques mois. Le flan de ton enfance a-t-il tout à y gagner ? Cinq questions à Catherine P., de la direction marketing des produits frais du groupe Lactalis-Nestlé, pour savoir si on peut réellement se casser les dents sur un Flanby et si la marque projette d’en envoyer des caisses à l’Élysée.

    Est-ce que le surnom de notre nouveau président fait progresser vos ventes ?

    Catherine P. : Honnêtement, c’est difficile à dire, j’ai trop peu de recul. On en saura plus dans un ou deux mois. Mais personne ne s’attend à une progression vertigineuse : pour que les ventes augmentent réellement et dans des proportions impressionnantes, il faut que le buzz autour de la marque soit très très important.

    C’est quand même un gros coup de pub, non ?

    Ce qui est bénéfique pour nous, c’est que les gens entendent ou lisent très souvent le nom de notre marque. Avec un peu de chance, ils gardent ensuite le nom de la marque à l’esprit… Oui, ça, c’est bénéfique. Après, de là à penser qu’une fois arrivés dans un magasin, les gens vont se dire «tiens, j’ai entendu parler de Flanby, je vais en acheter », c’est un peu exagéré…

    Ce qui est drôle, c’est qu’ on n’a aucune prise sur tout ça, et ce n’est pas la première fois que ça arrive à Flanby. Des gobeurs ont déjà fait le buzz, par exemple, sans qu’on leur demande quoi que ce soit. Je pense que c’est aussi parce que la marque a une image plutôt sympa.

    En même temps, dans le cas de François Hollande, la marque est présentée sous un angle plus flasque que sympa…

    C’est vrai que là, le parallèle est discutable. C’est toujours le risque, dans un buzz, il peut être négatif ou positif…

    Bon, ceci dit, si jamais les attaques contre la marque ou contre la personne visée avaient été vraiment violentes, on aurait peut-être lancé une opération. Mais ce n’était pas le cas.

    Est-ce que vous allez envoyer des Flanby à l’Élysée pour le remercier du coup de pub gratos ?

    Non, non ! Honnêtement, on ne peut pas se permettre de prendre un parti pris politique, donc on laisse faire, on observe de loin. On n’a rien orchestré du tout. Je reçois beaucoup de mails plus ou moins rigolos autour de notre marque en ce moment, mais on se contente d’en sourire ou d’en parler entre nous.

    Est-ce qu’on peut réellement se casser les dents sur un Flanby ?

    Haha, non, on ne peut pas ! Vous en avez déjà mangé ? Ça a la consistance d’un flan, c’est quand même dur de se briser les dents dessus… Et heureusement pour les gobeurs de Flanby d’ailleurs !

    Ce qui est bénéfique pour nous, c’est que les gens entendent ou lisent très souvent le nom de notre marque.

    on se contente d’en sourire

    bqhidden. Ça a la consistance d’un flan, c’est quand même dur de se briser les dents dessus…

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER