En ce moment

    09/03/2010

    Critique: Boris Vian, j'avais 20 ans en 1940 de Claudine Plas

    Par Maxime Jacquet

    Demain, Boris Vian aurait eu 90 ans. Comme cadeau d'anniversaire, Claudine Plas, lui a offert une biographie. Un cadeau empoisonné pour Maxime Jacquet: à l'heure qu'il est, Boris Vian doit faire des looping dans sa tombe.

    De l’affect et des tripes

    La critique que vous lisez est le fruit d’une plume très subjective: j’adore Boris Vian. Ses écrits comme ses disques sont, selon moi, pleins d’affect et de tripes. La façon qu’il a de jouer avec la langue française, m’amuse presque autant qu’un bon volume d’Astérix.

    Ici, le projet est simple: faire une biographie de Vian, pendant les plus sombres heures que la France contemporaine ait connu, la Collaboration.

    Fiche Technique:

    Boris Vian, j’avais 20 ans en 1940, de Claudine Plas
    Editions: Au Diable Vauvert
    Nombre de pages: 195 pages
    Origine: France
    Résumé : Biographie de Boris Vian à 20 ans sous Vichy. Il s’interroge sur l’engagement dans la Résistance. Le thème de l’engagement sera au centre de son œuvre.

    Une biographie froide et sans saveur

    Et on perd tout le style, l’humour, la qualité du verbe de Vian. S’attaquer à un tel sujet est un sacré challenge, le rendre chiant en est un autre. On s’emmerde, et seul mon professionnalisme m’a poussé à finir ce truc. A vouloir trop intellectualiser le propos, on en perd l’essence. Ici, on parle de Vian, l’auteur de « L’écume des jours » et de « Fais-moi mal, Johnny ». Un mec marrant, qui met du cœur et de la blague dans des textes d’une qualité littéraire indiscutable. Ce n’est pas le cas de l’ouvrage présent: très richement documenté mais horrible à lire.

    Une jolie couverture, qui cache une belle arnaque. Les déficients visuels l’apprécieront avec les grosses lettres bien roses. Mais le mec qui claquera 12 euros pour une daube pareille, ne pourra que se dire que c’est malhonnête.

    Making-off de la critique

    Prix: 12 euros
    On est allé jusqu’à la page: 195 sur 195, dans la douleur
    Prix par page: 0,06153846 euro
    Où le lire ? Dans un fauteuil club très confortable, avec un excellent thé au jasmin, et un fabuleux Coltrane.
    Temps pris pour arriver à la page 155: 1heure 32 minutes, qui m’ont gâché mon thé jasmin et mon Coltrane
    A qui l’offrir ? A ton pote « je suis un érudit, je suis en fac de lettres ».
    Satisfaction: I can get no

    On a aimé: Le toucher sensuel de la couverture

    On n’a pas aimé: La lourdeur du style

    Extrait : « Lecteur des Thibault, il a pu retenir par exemple le caractère vain du combat pacifiste de Jacques, tout comme l’équivalence des deux camps adverses renvoyés dos à dos et que Roger Martin du Gard stigmatise dans sa correspondance. »

    Source: Maxime Jacquet / StreetPress

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER