En ce moment

    07/06/2011

    Après les profs lundi, le directeur de la Maison des Examens répond à StreetPress

    Fraudes aux exams: Les 2.500 étudiants de BTS auront-ils tous 20/20 ?

    Par Thomas Bringold

    Contactés par Streetpress lundi, les professeurs de BTS dénonçaient une triche massive des élèves. Pour Vincent Goudet, directeur de la Maison des Examens, il est hors de question de mettre 20/20 à tout le monde. « Une enquête » a été ouverte.

    Hier, StreetPress révélait qu’après avoir constaté des triches massives dans l’académie de Paris-Créteil-Versailles aux épreuves d’un BTS, les professeurs ont décidé lundi d’attribuer la note de 20/20 à tous les élèves : « Quitte à ce qu’il y ait des fraudes et des copies qui n’ont pas de sens, autant frapper un grand coup pour inciter l’académie à réagir », explique un professeur qui préfère garder l’anonymat.

    « équité » Joint par StreetPress, Vincent Goudet, le directeur de la Maison des Examens de Villepinte, même s’il ne souhaite pas rentrer dans les détails confirme ces fraudes présumées : « Nous avons ouvert une enquête administrative après avoir été informés par les professeurs de cette affaire. » Néanmoins, pour lui il n’est pas envisageable d’attribuer la note maximale à tous les candidats : « Il faut veiller à l’équité entre les élèves ! C’est pourquoi je n’ai pas souhaité leur transmettre les copies »

    Les résultats de l’enquête administrative seront divulgués le 16 juin.

    CORRUPTION? Les 9, 10 et 11 mai dernier, les 2.500 élèves de l’académie de Paris Créteil Versailles passaient les épreuves du BTS Négociation et Relation Clients à la Maison des Examens de Villepinte.

    Contactés par StreetPress hier, les enseignants rapportent que les élèves auraient « corrompu » les quatre surveillants intérimaires employés pour l’occasion et se seraient échangés les brouillons et servis de leurs smartphones pour piocher les réponses sur Internet. Vincent Goudet, lui, infirme totalement cette information : « Il y avait 72 surveillants pour 2.500 élèves ! Nous avons procédé comme d’habitude en recrutant des vacataires et des intérimaires avec qui on a l’habitude de travailler ! »

    « C’est une rumeur à grande échelle qui a pris du sens parce que ces informations ont été relatées dans différents établissements par un public différent », détaille sûr de lui le professeur, qui travaille dans un lycée de l’Essonne.

    Aucune preuve Malgré une pétition qu’ils ont faite remonter au service inter académique des examens et concours, les professeurs n’ont pas réussi à convaincre l’Académie au motif que leurs preuves étaient insuffisantes: « Le problème, c’est que les surveillants n’ont pas fait de procès verbaux pendant les épreuves. »

    Une réunion mercredi Et c’est justement ce manque d’éléments matériels qui pousse le directeur à « utiliser tous les moyens nécessaires pour résoudre cette affaire. » A commencer par une prochaine réunion mercredi entre les professeurs et l’administration de la Maison des examens de Villepinte : « Je souhaite que les enseignants corrigent les copies dans les règles, ainsi on déterminera s’il y a ou non des similitudes entre elles. » déclare Vincent Goudet.

    Les enseignants veulent, quant à eux, que l’Académie prenne des engagements en vue des examens de l’année prochaine : « Nous voulons que ce soient des professeurs qui surveillent les épreuves. » Il souhaite donc résoudre cette affaire « dans les formes » et en a d’ailleurs informé le Ministère de l’Education nationale.

    Edit du 8.06.11 à 14 heures: La date des résultats de l’enquête est maintenant connue et portée au 16 juin.

    Quitte à ce qu’il y ait des fraudes et des copies qui n’ont pas de sens, autant frapper un grand coup pour inciter l’académie à réagir

    Il faut veiller à l’équité entre les élèves!

    bqhidden. Nous voulons que ce soient des professeurs qui surveillent les épreuves.

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. A titre d’exemple, nous avons calculé les moyens engagés pour une enquête écrite et vidéo consacrée aux soutiens armés d’Eric Zemmour.

    campagne 2021 Je soutiens StreetPress  
    mode payements