En ce moment

    07 / 06 / 2011

    Pas de t-shirt à l'effigie de Georges Tron en perspective

    Peter Cadorin, créateur des t-shirts Free DSK : « Il y a un bon retour sur investissement, c'est sûr »

    Par Maya-Anaïs Yataghène

    Sur StreetPress, Peter Cadorin, l'un des créateurs des t-shirts Free DSK, raconte comment est né le projet. La gloire pour les trois étudiants nancéiens? Plutôt une bonne idée marketing qui ne leur monte pas trop à la tête.

    Entre 14h15 et 16h15 vous n’étiez pas disponible. Où étiez-vous, que faisiez-vous ? Parce qu’à 14h25 c’était votre heure de gloire : la dépêche AFP mentionnant votre e-boutique est tombée !

    Oui j’ai vu cette dépêche AFP, ils m’ont appelé ce matin. Là j’étais à un rendez-vous privé, tout simplement. Rien à voir avec DSK

    Qui se cache derrière l’e-boutique de T-shirts “Free DSK” ?

    Nous sommes trois étudiants de Nancy. Moi, Peter, et puis mes deux amis, Yannick et Gwénaël. J’étudie l’économie, les deux autres les réseaux et les télécommunications.

    Comment vous est venue à l’esprit cette idée ?

    Et bien on avait envie de faire des T-shirts. Tout simplement. On cherchait quelque chose qui pouvait faire parler au moment où on a eu l’idée

    Votre démarche autour de l’affaire DSK, c’est donc une bonne affaire plus que du soutien…

    Oui, on peut dire ça. A la base on n’est pas des strauss-khaniens, mais on a un minimum suivi l’affaire. Personnellement, j’ai suivi ça parce que c’est l’ancien directeur du FMI et que ça touche des choses que j’apprends en cours. On a quand même un avis ! Comme le disent les T-shirts, il faut “free DSK”. Le laisser tranquille, ne pas le juger avant l’issue du procès.

    Est-ce que les bénéfices serviront à payer les frais d’avocat et/ou de logement de DSK ?

    Les bénéfices ? On a vendu près de 500 T-shirts. Disons que l’on est encore très très loin de pouvoir le faire. Ne serait-ce qu’une seule heure d’avocat probablement…

    Si l’idée est partie de Nancy, c’est parce que DSK y a mieux enseigné l’économie qu’à Paris X, Sciences Po, l’ENA, HEC, ou encore Stanford?

    Je ne l’ai jamais eu comme prof donc je ne sais pas du tout ! On est juste de Nancy. Moi je m’occupe de la communication, mes amis plus de la création. On a trouvé les idées ensemble, mais il faut avouer qu’on a été inspirés par les médias eux-mêmes !

    Est-ce qu’on vous a reproché votre idée de business ?

    Oui. Sur la victime, on a eu des remarques à propos de l’un des modèles : “I seduced her and she said : oui oui” . Mais quand on connaît l’histoire, on comprend tout de suite que c’est une référence à la Une du New York Post, une fausse citation de DSK. Il n’a jamais dit ça.

    Est-ce que vous pensez qu’une boutique “Help Nafissatou Diallo”, la femme de chambre, ça marcherait ?

    Bien sûr.

    Ça marche pour tout le monde ?!

    Vous savez, ça fait quelques décennies que les gens affichent pas mal d’images et de slogans sur des T-shirts…

    Une fois l’affaire passée, quels sont vos projets ? D’autres combats textilo-judiciaires ?

    Pas vraiment. On pense vendre des t-shirts le temps du procès… Après, retour aux études. J’ai validé mon année, mes amis aussi. Les t-shirts ça va pas dépasser les priorités. On a fait ça en peu de temps, et il n’a pas fallu grand chose pour se mettre en route. Il y a un bon retour sur investissement, c’est sûr.

    Et Georges Tron, vous n’allez donc rien faire pour lui ?

    Non… Ses initiales ne sont pas très bien. DSK, c’est plus esthétique !

    On cherchait quelque chose qui pouvait faire parler

    A la base on n’est pas des strauss-khaniens

    bqhidden. Georges Tron, ses initiales ne sont pas très bien. DSK, c’est plus esthétique !

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER