En ce moment

    14 / 06 / 2011

    Vidéo: Pour Christian Vanneste l'homosexualité est une « aberration anthropologique »

    Par Robin D'Angelo

    Alors que les députés votaient une proposition de loi sur le mariage gay le député UMP Christian Vanneste s'est laissé aller devant la presse: "Je ne vois pas en quoi la représentation nationale doit s'intéresser à une aberration anthropologique."

    1Les faits:

    Mardi 14 juin était votée à l’Assemblée Nationale une proposition de loi socialiste visant à ouvrir le mariage au couple gay en France. La proposition a été rejetée par 293 voix contre 222.

    2Le contexte:

    A la sortie de l’hémicycle, le député UMP du Nord Christian Vanneste est interviewé par une cohorte de journaliste. Il s’était déjà fait remarqué en 2004 déclarant à La Voix du Nord que « l’homosexualité était inférieure à l’hétérosexualité. Si on la poussait à l’universel, ce serait dangereux pour l’humanité ». Des propos qui avaient entrainés des poursuites de SOS-Homophobie, Act-Up Paris et le Syndicat national des entreprises gays (Sneg)

    3La question:

    Allez vous voter pour ou contre le mariage entre personnes du même sexe?

    4La réponse de Christian Vanneste:

    « Je ne vois pas en quoi la représentation nationale doit s’intéresser à une aberration anthropologique. Dans l’humanité il n’y a que deux sexes, la société doit assurer sa pérennité par le mariage des hommes et des femmes le reste c’est une question de mode liée à quelques lobby qui ont manifestement beaucoup de pouvoir. (…)

    Simone de Beauvoir avait dit très justement on ne nait pas femme on le devient. Alors maintenant on arrive à cette aberration intellectuelle qui consiste à dire on ne nait pas femme on le devient mais en revanche on nait homosexuel et on a les mêmes droits que les hommes et les femmes ! L’égalité entre des gens qui ont des comportements sexuels pour le moins originaux je ne vois pas du tout l’intérêt. »

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress