En ce moment

    12/05/2010

    Commémorations de l'abolition de l'esclavage: Le collectif Diverscités demande des réparations

    Par Manuella Anckaert

    Le 10 Mai, c'est le jour des commémorations de l'abolition de la traite des noirs. Un devoir purement symbolique pour l'association Diverscités qui milite pour les pays oppresseurs versent des réparation. « Car la morale y'en a marre !»

    Lundi à 16h30, l’association Diverscités organisait une conférence de presse au Sénat pour lancer sa campagne afin que le Portugal, la Hollande, l’Espagne, le Danemark et l’Angleterre reconnaissent la traite des noirs comme crime contre l’Humanité. Un peu trop ambitieux pour le coup – la salle du Sénat n’avait jamais été réservée – la conférence s’est finalement tenue dans un café à proximité du Luxembourg. Devant 5 personnes. Glop.

    La peur des réparations effraie les pays

    Karfa Diallo, le président de l’association, n’est pas découragé pour autant et explique les moyens mis en œuvre pour mettre la pression sur lesdits pays. « Nous sommes en contact avec les ONG des principaux pays, pour faire du lobbying pour que ces états là puissent adhérer à cette déclaration ».

    D’ailleurs pourquoi l’Espagne ou l’Angleterre par exemple, n’ont-ils jamais reconnu la traite des noirs comme un crime contre l’Humanité? Pour Karfa, c’est parce que «  nous sommes dans une Humanité qui a complétement oubliée la traite des noirs et l’esclavage. C’est une histoire banalisée que l’Europe ne reconnait pas suffisamment ». Il ajoute: « Les blocages tiennent de ces pays qui ont peur de la question des réparations».

    Le 10 mai: Journée de commémoration de la traite des noirs

    En 2006, l’Etat français fait du 10 mai la date nationale de la Commémoration de la Déportation des Africains. Mais déjà depuis 2001, beaucoup d’associations comme Diverscités ou le Collectif des Filles et Fils d’Africains Déportés (COFFAD) organisent des marches parrallèles, exigeant « une réparation de ce crime ».
     

    Inscrire la condamnation de la traite dans le droit et non dans la morale

    La réparation, c’est l’autre priorité de l’association. Elle doit aller de paire avec la reconnaissance de la traite. Louis Sala-Molins, auteur du livre Code noir ou le calvaire de Canaan, pense même qu’elle doit se matérialiser dans «une indemnisation».

    Il reproche à la loi Taubira – qui reconnaît l’esclavage comme crime contre l’Humanité – d’être cantonnée à un aspect purement moral. « Mais il y en a marre de la morale, s’énerve Louis. Ce n’est pas l’affaire du Parlement la morale. L’affaire du parlement, du sénat, de la Nation, c’est le droit. Le thème des suites de l’esclavage ce sont donc les réparations, la morale n’a rien à faire!».

    La question qui se pose, c’est sur la forme que doit prendre de cette indemnisation. Le collectif Diverscité propose par exemple la restitution à Haïti des 90 millions or réclamés par la France en dédommagement des négriers. Mais pour Louis Sala-Molins une chose est sûre: se cacher derrière le prétexte de la complexité du problème des réparations serait un aveu de faiblesse de la part d’une démocratie.

    La loi Taubira

    La loi Taubira est une loi française proposée par Christiane Taubira, députée de la Guyanne en 2001. La loi reconnait la traite et l’esclavage des noirs comme crime contre l’humanité. Découpée en 5 articles, elle énonce la reconnaissance de l’esclavagisme en tant que crime contre l’humanité (article 1er), l’insertion de ces faits dans les cours d’histoire (article 2), et le devoir de mémoire.

    Source: Manuella Ancklaert | StreetPress

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER