En ce moment

    14/05/2010

    Psychose chez les politiques: Pire que Ben Laden « l'apéro géant Facebook »

    Par François Nazon

    Après le voile, la burqa, le jeu du foulard, les raves, la violence dans les films, la pédophilie sur Internet, Zahia D., et les Pitbulls, le nouvel objet du scandale ce sont les apéros Facebook. Et depuis hier les hommes politiques se lâchent.

    Après le décès jeudi d’un jeune de 21 ans, tombé accidentellement d’un pont en marge de l’apéro Facebook de Nantes, les politiques, de droite comme de gauche, n’ont pas manqué de réagir. A se demander si un concours Facebook n’a pas été organisé pour savoir qui en ferait le plus.

    Le gouvernement prépare des réunions de travail sur les apéros géants

    C’est Jean-François Copé qui a ouvert le bal ce matin estimant que « la gestion de ce nouveau phénomène, apparu sur les réseaux sociaux, était un sujet national ». Le ministre de l’intérieur Brice Hortefeux lui a rapidement emboîté le pas en annonçant la tenue pour la semaine prochaine d’une “réunion de travail sur ces apéros géants”, comme on en a connues pour la burqa, le terrorisme ou les nanotechnologies.

    Pour la gauche, l’apéro géant ne véhicule pas de bonnes valeurs

    Pour la gauche aussi, « l’apéro géant Facebook » est une menace à l’ordre public. Le maire PS de Nantes – ville où le jeune homme est mort – Jean-Marc Ayrault le qualifie de « problème national », et rejoint la position du gouvernement en appelant  à « une table ronde afin de traiter ce phénomène raisonnablement ». Puis, il s’envole à la manière d’un Philippe De Villiers déclarant « qu’un apéro géant, ce n’est pas une fête. C’est glauque et lamentable ! Les jeunes y viennent pour se défoncer ». Un jugement de valeur que partage visiblement Claude Bartolone pour qui « boire un coup à 10.000, n’est pas tout à fait une réunion entre copains”.

    « L’apéro géant Facebook », la rave des années 2010

    Nathalie Kosciusko-Morizet, bien connue pour avoir arpenté tout au long des 90’s les teknivals de la Bretagne à la Slovaquie, franchit le pas en comparant « les apéros Facebook à des raves party ». Un équation que n’a pas hésité à reprendre Xavier Ronsin, le procureur de la République.

    Jusqu’ici aucune preuve de consommation de drogues dures n’a été recensée aux apéros géants Facebook.

    Source: François Nazon | StreetPress

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER