En ce moment

    20/05/2010

    Le réalisateur a remonté Ghost Busters avec des images d'archive du cinéma américain

    Ivan Guerrero, inventeur des Premakes: «Je mets face à face films récents et vieux films comme devant un miroir»

    Par Benjamin Gans

    Sur StreetPress Ivan Guerrero inventeur des Premakes, explique sa démarche «d'hommage réflectif au cinéma» en remontant des blocksbuster à partir d'images d'archives. A son tableau de chasse: Ghost Busters, L'Empire contre-attaque ou Forrest Gump.

    Salut Ivan! Comment t’es venue cette idée de faire des Premakes ?

    L’année dernière, j’accueillais des cousins à la maison pour un marathon cinéma. Ils étaient d’accord pour regarder des classiques de ma vidéothèque mais à seulement deux conditions : un, que le film ne soit pas en noir et blanc et deux, qu’il ne soit pas antérieur aux années 1980. Ça m’a un peu saoulé. En fait, c’est un comportement très courant pour le jeune public. Ils ne sont pas ouverts à toutes ces grandes histoires parce qu’ils perçoivent ces films comme datés, lents et sans intérêts. Ces premakes, c’est ma manière de « repackager » ces magnifiques vieux films pour montrer aux gens à quel point le cinéma moderne a pu être influencé par le passé. Je dirai que c’est une sorte… « d’hommage réflectif au cinéma ».

    Les premakes – Kezaco ?

    Et si Star Wars, Forrest Gump, Indiana Jones ou Ghost Busters avait été créés dans les années 1950? C’est l’idée géniale d’un jeune directeur artistique phillipino-américain nommé Ivan Guerrero . Depuis un an déjà, il s’attaque aux standards du cinéma américain en les remontant sous forme de trailers à partir d’images d’archives de très vieux films. Sur YouTube, ça buzz à fond et ses films ont été vus plus d’un million de fois. Ça s’appelle des Premakes, et grâce à ça, vous découvrirez que George Lucas n’a pas tout inventé.

    Tu travailles de quelle manière ?

    Le processus commence d’habitude quand je capte dans un vieux film quelque chose qui me rappelle un film plus récent. Pour mon premake de “Forrest Gump” par exemple, j’étais en train de regarder, La vie est belle de Franck Capra (1946) et j’ai été frappé par la similitude de certaines scènes notamment celle où James Stewart jette une pierre sur une maison. Et c’est à partir de là que tout s’est mis en place presque naturellement pour créer mon premake de Forrest Gump.

    En combien de temps réalises-tu un premake ?

    Je consacre environ trois semaines pour mes recherches et deux autres pour le montage. Mais pour Star Wars par exemple il m’a fallu quasiment cinq mois de recherches. Il ne s’agit pas juste de regarder tout un tas de vieux films mais d’étudier les influences originales qui ont façonné le style des réalisateurs actuels.

    Tu mets en ligne la liste des films que tu as utilisés et tu parles de « recette ». Tu nous expliques pourquoi ?

    Je poste ma recette parce que je voudrais vraiment que les gens redécouvrent, ou plutôt découvrent, tous ces vieux films et qu’ils prennent le temps de les regarder.

    Quel est le premake préféré parmi ceux que tu as réalisés ?

    Sans aucun doute celui de Ghost Busters. C’était mon premier et c’est toujours celui que je préfère car le concept original était si simple et élégant dans son design. C’est aussi un de mes films favoris.

    Le premake de Star Wars, l’Empire contre-attaque:

    Quelques ingrédients de la recette: Flash Gordon (Deadline at Noon, Conquers the Universe), The Phantom Planet, Buck Rogers in the 25th Century, Invasion of the Animal People, Man Beast, Lunar Walker, Golden Bat (Ogon Batto), The Mysterians …

    Tu définis ton travail comme un simple exercice de style ou c’est un peu plus que cela?

    Effectivement, j’ai aussi mis beaucoup d’amour et de soin dans ces bandes-annonces. La nostalgie et l’hommage prennent une grande part dans le choix des films que j’utilise. Pour moi, ces trailers sont une forme de « metacinéma », j’essaie de déconstruire les éléments et les thèmes en mettant face à face films récents et vieux films comme devant un miroir.

    Quel est ton premier souvenir de cinema ?

    Mon premier souvenir, c’est le Retour du Jedi. Je me rappelle juste de cette image terrifiante de Jabba the Hutt !

    Quelles sont tes références ?

    J’essaie de voir un maximum de films et de réalisateurs possibles. Il y en tellement… Terry Gilliam, Jean-Pierre Jeunet, Wes Anderson, Edgar Wright, Tim Burton… Et la liste est longue…

    Tes films commencent à faire le buzz sur la toile. Ca t’a apporté des contacts ?

    J’ai eu quelques contacts, rien de très concluant pour l’instant mais je reste optimiste !

    Et tu aimes le cinéma français ?

    J’adore le cinéma français ! J’essaie de voir autant de films français que je peux. Je suis un vrai fan de Jacques Tati et toute sa série avec Monsieur Hulot. Je suis impatient de voir le prochain film de Sylvain Chomet (L’illusioniste , ndlr).

    Le premake d’Indiana Jones, les aventuriers de l’Arche perdue

    Quelques ingrédients de la recette: The 10 Commandments, Prince Valiant, Naked Jungle, Secret of the Incas, Jungle Queen, Zulu, Look to Lockheed for Leadership, Casablanca, The City of Brass, Mr. Moto takes a Vacation, Star in My Crown, A Pain in the Pullman, On Dangerous Ground, Patton, King Solomons Mines …

    Source: Benjamin Gans | StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER