En ce moment

    21/05/2010

    Les députés répondent à StreetPress

    Peut-on libérer les deux journalistes de France 3 enlevés en Afghanistan contre l'expulsion de deux afghans ?

    Par Marine Selles

    La libération de Vakili Rad, au même moment que celle de Clotilde Reiss, a été présentée officiellement comme une expulsion. Pourtant la France expulse des étrangers tous les jours et des otages on a en a partout. Alors qu'est ce qu'on attend?

    font color=“red”>1. Les faits:

    Vakili Rad, l’assassin de l’ex-premier ministre iranien Chapour Bakthiar, condamné en 1991, a été expulsé lundi de France vers l’Iran, deux jours après la libération de Clotilde Reiss.

    font color=“red”>2. Le contexte:

    L’arrêt d’expulsion, c’est ce qu’il manquait au dossier du meurtrier pour pouvoir être autorisé à sortir de prison et rentrer en Iran. Hommes politiques et médias ont largement utilisé le mot « expulsion », plutôt que « libération », comme pour montrer que la remise en liberté Vakili Rad était une condamnation.

    Pourtant difficile de mettre sur un plan « l’expulsion » de Vakili Rad avec celle des 30.000 immigrés clandestins renvoyés chaque année dans leur pays. Mais si cela était le cas, peut-être pourrions-nous récupérer les deux otages de France 3 prisonniers en Afghanistan contre l’expulsion de quelques Afghans.

    font color=“red”>3. La question de StreetPress:

    Si la libération de Ravili Rad est bien une expulsion, pourquoi ne pas proposer aux Talibans de récupérer les deux journalistes de France 3 enlevés en Afghanistan contre deux afghans ?

    font color=“red”>4. La réponse des députés:

    Lionnel Luca, député UMP des Alpes-Maritimes, n’aime pas beaucoup cette question: « Je suis fatigué de cette désinformation permanente ». Il conseille aux citoyens français « d’arrêter de commenter les commentaires » en faisant le « jeu d’abrutis ou de provocateurs ». Mais, dans un sourire, il nous confie faire « confiance aux vrais journalistes ».

    La question ne plait pas beaucoup non plus à François Goulard, député UMP du Morbihan: « Ça n’est pas en expulsant deux afghans qu’on a une chance de récupérer les deux journalistes qui sont détenus. » Il ajoute: « il s’agit aussi de se comporter en respectant le droit. »

    Maxime Gremetz, député PC de la Somme, refuse catégoriquement de s’abaisser à faire du «  troc entre des personnes ou du fric » parce que « la France est un pays suffisamment connu internationalement pour qu’on règle ça autrement. » Quant aux cas Clotidle Reiss, il préfère botter en touche: « Je n’ai pas la preuve de le dire donc je ne le dirai pas (…) mais il y a des coïncidences troublantes. »

    Des coïncidences troublantes, c’est aussi ce que sous-entend Marie-Anne Montchamp, député UMP du Val-de-Marne qui trouve « scandaleuses » ces pratiques de traite humaine : « On connaît bien les pratiques d’échanges, elles ont lieu tout le temps et encore une fois, on peut craindre d’en voir. » Mais à propos du cas plus précis de Clotilde Reiss, elle se fait bien plus diplomate : « Je m’en tiens au discours de l’exécutif sur le sujet. (…) Il faut beaucoup de confidentialité autour de ces affaires. On a vu deux libérations, est-ce qu’elles ont un lien, ou pas, avec la libération de notre otage ? Moi la seule chose que je vois c’est qu’aujourd’hui Clotilde Reiss est rentrée en France, tant mieux. »

    « Je n’ai pas la preuve de le dire donc je ne le dirai pas mais il y a des coïncidences troublantes » Maxime Gremetz

    Source: Marine Selles et Benjamin Farhat | StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpres

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER