Boris, tube de l'été 1996: « Le tube est important à toutes les saisons »

Boris, tube de l'été 1996: « Le tube est important à toutes les saisons »

Ça va chauffer dans les bermudas !

Il fait chaud ! | Interviews | par | 4 Août 2011

Boris, tube de l'été 1996: « Le tube est important à toutes les saisons »

Sur StreetPress Philippe Dhondt alias Boris n'a pas la nostalgie de l'été 1996 où il squattait le haut de charts avec Soirée Disco. «J'ai retrouvé ça les week-end avec la tournée des années 90».


Comment devient-on le chanteur d’un tube de l’été ?

Je crois qu’on le devient par hasard. Ce n’est pas en cherchant qu’on finalise un tube de l’été ou en tout cas qu’on enregistre un tube. Beaucoup de gens qui ont enregistré un tube l’ont fait sans vouloir devenir une star ou gagner de l’argent, ils l’ont fait par amusement.
Peut être que dans les années 90/2000 on a commencé à essayer de faire le tube de l’été et souvent c’était des gens de France 2 ou de TF1 qui s’en occupaient à coup de grands renforts médiatiques ! Mais pour ma part c’était plus du second degrés ou de l’amusette qu’autre chose.

Il y a t-il encore des tubes de l’été aujourd’hui?

Je pense que ceux qui font le tube de l’été ce ne sont pas ceux qui le décident. Ce ne sont pas ceux qui sont programmés au niveau marketing, ce sont des gens qu’on n’attend pas ! Mais il y a quand même une recette : il faut un rythme festif, un rythme qui vient des îles ou un rythme africain ou brésilien. C’est rarement un gros groupe techno européen. Je crois que les gens achètent moins et n’aiment plus qu’on les guide comme avant. Le coup de la lambada pas deux fois !

«Pour un tube de l’été il faut un rythme festif, qui vient des îles, ou africain ou brésilien» Boris

Et être le tube de l’été 2011 ça te dirait ?

Non. Les gens qui me programmaient à l’époque y pensent peut-être mais en tant qu’artiste je ne cherche pas ça. Si j’ai vraiment une idée je veux juste qu’elle sorte, qu’elle soit entendue, passe en radio … mais je ne cherche pas le tube de l’été.
Et puis il ne faut pas oublier qu’il y a le tube de l’automne tout aussi important et le tube de l’hiver qui se vend aussi. Le tube de l’été marque plus : l’été il y a plus de fêtes, il y a le 14 juillet, le 15 aout donc il y a plus de relâchement, plus de possibilités de danser et plus de souvenirs parce qu’on se souvient toujours de ses vacances mais le tube est important à toutes les saisons.

Tu fais quand même un come-back avec la tournée des années 90 …

Bah écoute c’est génial ! C’est vraiment quelque chose que je ne pensais pas parce que moi je fais un autre métier, je suis comédien voix-off, je fais des voix pour des publicités … Ça fait 4/5 ans qu’on m’appelait pour faire des chansons sur scène, que se soit pour des discothèques ou dans des salles mais ca ne m’intéressait plus. Mais là on m’a appelé pour un projet qui tenait la route. Je crois que ça ne se refuse pas des zéniths. Moi quand j’étais au top 50, je ne crois pas avoir fait des belles salles comme ça. La tournée des années 90 est souvent comparée à la tournée des « has been » mais moi je n’avais pas d’aussi belles conditions quand j’étais numéro 1 ! Là c’est des zéniths, c’est remplit tous les week-end, les gens ont payé pour venir nous voir … C’est très festif, très gai, sans prise de tête !

Vidéo - Boris et ses danseurs en costume fluo

Pas trop nostalgique quand même ?

Non, notamment parce que j’ai retrouvé ça les week-end avec la soirée 90 et c’est même plus fort qu’à l’époque. Et non, parce que je suis bien dans ma peau, je fais ce que j’ai toujours voulu faire. Je n’étais pas programmé pour être chanteur moi ! D’ailleurs je ne chante pas dans mes disques, je parle. J’ai connu le succès, j’étais content. La notoriété c’est amusant mais il n’en faut pas trop. Si je suis nostalgique, c’est une nostalgie sympa. C’est presque maintenant que je découvre que j’ai vraiment fait un succès. La preuve tu m’appelles 15 ans après ! Mais quand on est dans le truc on ne s’en rend pas compte. Miss camping était je crois numéro 2, soirée disco numéro 1.

Tu conseilles quoi comme playlist au DJ du camping Lou P’tit Poun de Bayonne ?

Collectif métissé, c’est un groupe de bordelais sympa. Ils ne sont pas programmés médiatiquement pour être un tube de l’été mais finalement c’est sur eux qu’on danse !


L'actu