En ce moment

    10/08/2011

    « On s'est dit qu'avec un préservatif on pourrait plus facilement attirer l'attention des jeunes »

    3 questions à Thomas, organisateur de la distribution de préservatifs des Jeunes Centristes

    Par Lola Palmier

    Après les vœux d'Hervé Morin dans sa cuisine, le Nouveau Centre organise demain une distribution de préservatifs sur la plage. Ça valait bien 3 questions à François-Xavier Priolo, conseiller de Morin et Thomas Elexhauser des Jeunes Centristes.

    Vous voulez protéger l’euro avec des capotes, comment vous est venue cette idée ?

    Thomas : Je pense que c’est un concours de circonstances, on réfléchissait à faire quelque chose cet été, quelque chose qui puisse un peu sensibiliser les jeunes… On dit souvent que les centristes sont attachés à l’euro et c’est important que les jeunes se préoccupent de ces questions là. On s’est dit qu’avec un préservatif on pourrait plus facilement attirer leur attention et leur véhiculer des messages.

    François-Xavier : L’idée est venue aussi bien du Nouveau Centre que des Jeunes Centristes. C’est Jérémie Coste le président des Jeunes Centristes qui avait prévu cette distribution de préservatifs sur les plages. De son coté au cours du mois d’août Hervé Morin effectue des déplacements qui visent notamment à lutter contre les idées du Front National et de Marine Le Pen sur la question de l’euro, puisque vous le savez le FN propose dans son programme la sortie de l’euro. L’idée c’est de marier les deux. On va distribuer des préservatifs en forme de pièce de un euro pour montrer que dans son domaine l’euro est une forme de protection. L’idée ce n’est pas de distribuer des préservatifs pour protéger l’euro, c’est de montrer que l’euro est une protection pour la France et notamment pour le pouvoir d’achat des français, de même qu’au cours de cette sensibilisation le préservatif est une forme de protection pour autre chose …

    On va distribuer des préservatifs en forme de pièce de un euro pour montrer que l’euro est une forme de protection

    Distribuer des préservatifs pour protéger l’euro ce n’est pas la preuve que l’euro va capoter ?

    Thomas : Ahahah, c’est bien tourné ! Justement non il faut pas qu’il capote l’euro et l’Europe faut pas qu’elle capote. Notamment parce que d’après nous si aujourd’hui la France s’en sort assez bien et si l’Europe a encore un avenir c’est grâce à l’euro. C’est un joli jeu de mot mais qui ne va pas avec notre vision.

    François-Xavier : On peut faire tous les jeux de mots qu’on veut c’est juste du buzz. La preuve aujourd’hui c’est que l’euro n’a pas capoté ! Si il n’y avait pas eu l’euro, il y aurait probablement eu des attaques spéculatives contre la monnaie nationale et donc la France aurait été obligée de dévaluer et donc de perdre en compétitivité. Ça aurait augmenté les taux d’intérêts et donc fait exploser la dette et le déficit budgétaire qu’on ne peux pas rembourser…

    Les vœux d’Hervé Morin dans sa cuisine

    Vous la jouez collectif avec cet événement, est ce que vous prévu assez de capotes ?

    Thomas : On en a prévu un certain nombre, on verra bien le moment venu. Je ne sais pas si les vacanciers auront entendu parler de notre opération. On verra si on est victime de notre succès et c’est le cas tant mieux. L’objectif c’est de toutes les écouler !

    François-Xavier : On en refera si c’est un succès ! On en a prévu pas mal mais c’est surtout les Jeunes Centristes après qui multiplieront ce genre d’opérations. L’idée c’est de marquer un peu les esprits mais ce n’est pas la finalité de l’évènement. Le fond du message c’est qu’on a besoin de plus d’Europe pour affronter la situation actuelle. La réalité c’est que l’euro est une réelle protection et il faut franchir un pas supplémentaire dans la construction de l’Europe économique et budgétaire.

    bqhidden. On en refera si c’est un succès !

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER