En ce moment

    12 / 02 / 2013

    La salle qui devait accueillir le 15e « Forum de la Nation » a été incendiée

    A Lyon, un incendie met les fachos à la rue

    Par Robin D'Angelo

    La fine-fleur de l'extrême droite pétainiste et antisémite devait se retrouver samedi à Lyon. Pas de bol, la salle qui devait accueillir le meeting a été incendiée.

    Mais qui a mis le feu à la salle qui devait accueillir samedi 16 janvier, dans les environs de Lyon, la grande sauterie « nationaliste » organisée par Jeune Nation ? C’est bien vers la piste criminelle que s’oriente la police lyonnaise après l’incendie qui a ravagé le « Yatch Espace Saint-Germain » dimanche matin à Saint-Germain-au-Mont-d’Or (69). Un charmant complexe locatif sur les bords de Saône où devait se réunir la fine-fleur de l’extrême droite pétainiste et antisémite à l’occasion du 15e « Forum de la Nation » et qui est désormais inutilisable pour plusieurs semaines. Kein Glück.

    Trou du cul Joint par StreetPress lundi soir, l’organisateur du « Forum de la Nation » Yvan Benedetti, était très remonté au téléphone : « Vous êtes comique ou journaliste ? Evidemment que cet incendie est lié à notre événement ! » Celui qui est aussi boss du groupuscule pétainiste l’Oeuvre Française de rappeler que les locaux lyonnais de son organisation avaient déjà été victimes d’une tentative d’incendie en décembre. « Je ne crois pas aux choses spontanées. » Avant de s’en prendre à ceux qu’il accuse d’avoir commis l’incendie :

    « Ce sont les trous du cul et les crasseux qui sont les petites mains du Comité Vigilance 69 et de la Licra. D’ailleurs eux, je les tiens pour responsables politiques de ce qui nous arrive. Car ce sont eux qui ont allumé la mèche en orchestrant une campagne médiatique ! »

    Victimes Depuis le début du mois de février en effet, la Licra s’était mobilisée pour demander l’interdiction du « Forum de la Nation », « une atteinte à la mémoire et aux valeurs de la Résistance à Lyon ». « Mais foutre le feu, ce n’est pas dans nos méthodes ! », s’offusque joint par StreetPress, son représentant lyonnais Patrick Kahn qui « condamne bien évidemment » l’incendie dont il craint que les retombées ne soient contre-productives:

    « Ça va encore leur permettre de se faire passer pour des victimes ! »

    C’est qu’Yvan Benedetti et son mini-moi Alexandre Gabriac se sont fait des spécialistes du genre. Après qu’une de leurs manifestations a été interdite en juin 2012, Gabriac, qui est président des Jeunesses Nationalistes, avait occupé un toit de la gare Lyon-Part-Dieu où il avait déployé une banderole : « Interdictions, rafles, stop ! Maîtres chez nous ! » Un coup d’éclat qui avait mobilisé le GIPN pour la plus grande fierté de son auteur. Et en octobre dernier à Paris, ses vidéos où des CRS l’embarquaient contre son gré dans un panier à salade avaient suscité l’émoi chez les nationalistes. Un résistant à l’oppression qu’on vous dit !

    Meeting de rue « Vous vous imaginez que je vais renoncer ?! Ils peuvent brûler nos locaux mais tant qu’ils ne nous tuent pas, on continuera ! », s’emballe Benedetti qui confirme à StreetPress que « le Forum de la Nation » aura bel-et-bien lieu samedi. « C’est la meilleure des vengeances face à ces intolérants ! S’il le faut, nous le feront place des Terreaux [dans le centre-ville de Lyon, ndlr], à 15 heures ! »

    Parmi la liste des invités-vedettes : on trouve l’écrivain antisémite Hervé Ryssen, l’écrivain négationniste Vincent Reynouard, des membres de la phalange espagnole ou du parti néo-nazi allemand NPD. En 2011, ils avaient été plus de 400 à venir assister au « Forum de la Nation », organisé dans un restaurant lyonnais. Mais « vu la situation », Benedetti ne croit pas qu’ils seront autant cette année.


    C’était où le Forum de la Nation ?

    «Vous êtes comique ou journaliste ?»

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress