En ce moment

    03 / 08 / 2010

    Entre deux propos sur Skyrock et Nicolas Sarkozy, la rappeuse du Blanc-Mesnil nous régale de ses bonnes formules

    Casey: « Je ne suis pas en train de me branler dans la poésie »

    Par Samba Doucouré

    "Pas d'interview vidéo. Je ne veux pas me voir dire des conneries dans 40 ans quand j'aurai arrêté le rap!" Avant de monter sur la scène du festival Fnac Indétendances, la rappeuse Casey nous offre un quart d'heure de conversation débridée.

    Casey, on a pu t’entendre dans les réputées compilations L432 en 1997 ou Première Classe en 1999. Pourquoi avoir pris autant de temps avant de sortir ton 1er album?

    Je peux p’tet te répondre ‘pourquoi pas l’inverse’ ? Pourquoi j’ai fait L432 ou PC ? J’aurais pu ne pas le faire et attendre plus tard de sortir un album. Enfin je dis ça … c’est une connerie juste pour te dire qu’il n’y a pas de règles, c’est pas une obligation. Il n’y a pas un cahier des charges avec un ordre du jour. C’est pas parce que tu as fait une apparition qu’il faut faire un disque.

    Quand on est artiste on a tous envie de sortir un album…

    Je ne suis pas une artiste ! Je ne suis pas en train de me branler dans la poésie … Ça c’est des questions pour les mecs de la variété tu vois… Je fais du rap t’as vu c’est tout, c’est aussi simple que ça. Cela m’a toujours assez perturbé les gens « en tant qu’artiste je me dois de heu… » Pfiou ! Je ne sais même pas ce que je suis ! Je ne me suis jamais dit je vais sortir un disque. T’es avec tes potes, tu rigoles, tu sèches les cours, tu bois des bières, t’écris des textes à la con… Tu resèches les cours, tu rebois des bières, tu écris des textes à la con… T’es avec tes potes, tu rames. C’est assez récent que le rap me prenne beaucoup de temps, ça n’a jamais été toute ma vie. J’ai commencé j’étais au collège, t’imagines ? A part faire du foot, aller à la piscine, voler des cerises, j’en avais rien à foutre du rap. Pour moi c’était pareil que faire du BMX ou une partie de tennis. C’était au même niveau voilà, même si ça demande un travail intellectuel plus important.

    Quand est-ce que tu décides alors de faire cet album?

    C’est avec le temps voilà … Un jour tu enchaines les scènes, les morceaux, tu prends confiance. Puis tu t’essayes. Moi j’ai essayé avec un maxi, un 6 titres parce que je ne me sentais pas légitime de sortir un album. Je voyais pleins de gens faire un disque tout pourri, je me suis dit que je ne voudrais jamais faire un truc pareil. T’es là, t’es nulle, tu ressembles à rien et t’as l’arrogance de sortir un disque? Pour moi sortir un disque c’est quelque chose quoi! C’est comme un concours: faut y aller bien habillé .

    Casey – Bio Express

    Dans le monde du rap français, Casey est un personnage vraiment à part. Elle est aujourd’hui l’une des représentantes les plus importantes du rap underground. Très loin de l’image de la “biatch” type Lil Kim ou de la “demoiselle recherche un mec mortel” façon Diam’s, Casey pratique un rap radical, cru et engagé. Elle n’a pas le temps de jouer la minette, elle préfère dégueuler sa rage contre la société.  Les médisants dénonceront son attitude de “bonhomme” et un univers bien trop sombre mais il est inutile de rappeler ce qu’elle pense de ces gens-là.

    1997: Apparition sur la compilation L432
    1999: Apparition sur la compilation Première Classe
    2006: Album Tragédie d’une trajectoire
    2010: Album Libérez la bête

    Le MySpace de Casey

    Ma musique n’est pas à vendre au festival Fnac Indétendances

    ;hl=fr_FR&fs=1”>;hl=fr_FR&fs=1” type=“application/x-shockwave-flash” allowscriptaccess=“always” allowfullscreen=“true” width=“320” height=“244”>

    Pourquoi il n’y a plus de compils du genre de Première Classe ?

    C’est lié à l’industrie de la musique. Toutes ces compils, ça se décidaient entre grosses majors. Il n’y a plus l’argent aujourd’hui pour faire ce genre de choses.

    Est-ce que tu peux m’expliquer le concept de « rap de fils d’immigrés » qui est utilisé par toi et les rappeurs de ton entourage comme La Rumeur ou Sheryo?

    En France on classe les individus par morphotype et par degré d’immigration. La France c’est un des rares pays où on va dire ‘immigré de la 5e génération’. Ça ne se dissout jamais! Cela veut dire que ta famille peut être là depuis 2000 ans, si t’es noir ou arabe tu seras immigré de la 50e génération. C’est le doux euphémisme pour dire que t’es non-blanc. Vu qu’on avait que ça à foutre que de tordre les concepts et faire des jeux de mots, on a dit c’est pas du rap français alors c’est du rap de fils d’immigrés.

    Casey – Apprends à t’taire

    ;hl=fr_FR&fs=1”>;hl=fr_FR&fs=1” type=“application/x-shockwave-flash” allowscriptaccess=“always” allowfullscreen=“true” width=“320” height=“240”>

    Tu le ressens encore ce rejet d’appartenance à la Nation?

    Ben j’ai pas besoin de le ressentir, t’as pas vu là ? Dans 3 mois il n’y a plus un gitan en France. Alors on ne sait pas lesquels hein: s’ils sont Roumains, Bulgares ou chiffoniers d’Alsace… Les pickpockets, c’est terminé, les caravanes tirées par des berlines outrancières terminé aussi. T’imagines ? Là, c’est cette semaine. Dans deux semaines, c’est le ramadan: ce sera le tour des musulmans. Les moutons mal égorgés dans les baignoires insalubres. C’est une mode. Là le gitan n’a pas la cote.

    Tu penses que la situation s‘aggrave?

    Non. En France c’est comme ça, c’est par période. Là, on est dans un temps de décompléxation (sic) totale. Là, on est relâché du racisme, on est détendu, on est cool du racisme. Le racisme c’est cool, l’identité nationale c’est ça, on est raciste, on a le droit, c’est « attends, je peux dire ce que je veux quand même ! ». La France c’est plutôt un pays chauviniste (sic) et viscéralement raciste, il y a des périodes de détente, on tape, on y va. Et surtout pas de répondant.

    Peux-tu me parler du morceau « Chez moi »?

    C’était surtout un morceau pour montrer que, voilà, la Martinique c’est pas juste un lieu de villégiature. C’est pas juste pour aller se dorer la pilule et prendre des cocktails. Mais c’est bien, ils s’en sont rendus compte l’an dernier que, même au soleil, on peut être vénér. C’est comme ici, on ne va pas visiter la tour Eiffel toute l’année. Les gens, ils ne sont pas à la plage à la Martinique, tu vois, ils travaillent, ils se posent des questions, qu’est-ce qu’on va bouffer. « Ah la mer ? Ouais super et ça donne à bouffer ? Un peu de poisson ouais mais en dehors de ça ? » Si tu veux, il y a ici une image coloniale des Antilles qui est le bon vivre, toujours souriants, dansants. C’est l’image Banania des Antillais. Ils se sont rendus compte que là-bas aussi il y avait des yeucs (couilles en argot, ndlr).

    Tu te sens en marge dans le rap français?

    Ça voudrait dire qu’il existe un rap et puis une marge. Il y a plein de rap différents c’est tout.

    « A part faire du foot, aller à la piscine, voler des cerises j’en avais rien à foutre du rap. »


    (Photo: Michela Cuccagna ©)

    Tu as déjà reçu une invitation pour un Planète Rap par exemple?

    Planète Rap on n’est pas invité: ça s’achète un Planète Rap. J’ai pas d’argent à mettre là dedans, avec ce montant je peux faire 4 albums. C’est pas que Skyrock, c’est toutes les radios qui se font payer par les labels. A toi de choisir après si tu axes ta promo que là dessus ou si tu fais différemment. On n’est pas obligé d’être que dans les standards établis et les procédures récurrentes. On peut aussi faire des concerts etc…

    « Ta famille peut être là depuis 2000 ans, si t’es noir ou arabe tu seras immigré de la 50e génération. »

    Casey au festival Fnac Indétendances par Michela Cuccagna

    Source: Samba Doucoure et Edouard Dropsy | StreetPress
    Crédits photos: Michela Cuccagna | StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER