En ce moment

    20/09/2010

    A Bankgkok hier, des milliers de Chemises Rouges dans la rue et l'état d'urgence qui perdure

    Par Cindy Cao

    Depuis Bangkok (Thaïlande), StreetPress raconte la journée de dimanche : Des milliers de Chemises Rouges, partisans de l'ancien premier ministre, se sont réunis, mettant au défi l'état d'urgence décrété par le gouvernement.

    Bangkok, 19 septembre 2010 – Les manifestants ont marqué le quatrième anniveraire du coup d’état qui a renversé Thaskin Shinawatra, le 19 septembre 2006 alors qu’il était à New-York pour l’Assemblée générale des Nations Unies. Une autre manifestation pacifique s’est également déroulée à Chiang Mai, la ville natale de Shinawatra.

    La manifestation d’hier à Bangkok s’est déroulée dans le calme et sans violence. Des bougies ont été allumées et des ballons rouges lâchés en souvenir des victimes des manifestations violemment réprimées en mai 2010 et au cours desquelles 90 personnes ont été tuées et plus de 2.000 blessées. Des dizaines de bâtiments autour de la ville avaient été incendiés par les Chemises Rouges les plus virulents.

    Les touristes invités à faire du tourisme plus loin

    Les autorités du Tourisme en Thaïlande ont invité les touristes à quitter Bangkok au plus vite. “Nous vous conseillons de quitter Bangkok demain pour vous diriger vers d’autres régions de Thaïlande” a expliqué un agent hier. “Les Chemises Rouges sont à Bangkok et des actes de violence ne sont pas à exclure cette semaine.”

    Depuis les dernières manifestations violemment réprimées en mai 2010, l’état d’urgence est visible par la présence de milliers de policiers et de troupes militaires déployés dans toute la ville. La manifestation d’hier montre que les clivages politiques persistent en Thaïlande.

    Source: Cindy Cao | StreetPress
    Photo: Des chemises rouges défilent à Bangkok le 23 mars dernier | K.rol 2007 Flickr Creative Commons

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER