En ce moment

    24/11/2011

    Les technocrates VS la rue

    Quelles sont vos solutions pour combler la dette ?

    Par Jacques Torrance

    «Imprimer des billets», «taxer ceux qui jettent dans la rue» ou même «greffer une datte et une châtaigne»: Devant le Crédit Municipal de Paris - un prêteur sur gage – c'est un feu d'artifice d'idées pour combler la dette.

    Il suffirait d’imprimer des billets

    Du côté des politiques

    1 Réduire les dépenses publiques

    Olivier Carré, député UMP du Loiret, membre de la commission des finances à l’Assemblée:

    « Il faut continuer les réformes comme celle des retraites !»

    Ils adorent: L’UMP et la droite en général, ceux qui sont déjà à la retraite, les habitants du 9-2 (forcement), les ultra-libéraux, Florent Pagny.

    2 Taxer les riches

    Jean-Claude Sandrier, député PCF du Cher et membre de la commission des finances à l’Assemblée:

    « La dette ce n’est pas un problème de dépense mais de défaut de recette. En cherchant du coté des niches fiscales, on peut trouver 50 milliards. L’évasion fiscale est évaluée à 40 – 50 milliards, on peut espérer encore 20 milliards ! »

    Ils adorent: La gauche anticapitaliste, les habitants du Nord-Pas-de-Calais, les chômeurs, Bernard Lavillier.

    3 Taxer les pollueurs

    Eva Joly, dans son projet de budget pour 2012 :

    « Une grande réforme fiscale écologique devra dès 2012 comprendre notamment une taxe sur les énergies non renouvelables, fixant le prix du carbone à 36 euros la tonne de CO2 »

    Ils adorent: Les Verts, Tryo, les usines qui travaillent à l’éolien.

    4 Taxer les transactions financières

    Frédéric Lemaire de Attac:

    « Tout est une question d’échelle. Les flux financiers pourraient éviter la France. Il est essentiel que cela se fasse au niveau européen »

    Ils adorent: Attac, la gauche en général, ceux qui ne font pas de transaction financières, Jacques Chirac et … Nicolas Sarkzoy ?

    5 Envoyer chier les banques et ne pas rembourser

    Johan Weisz, directeur de la rédaction de StreetPress:

    « Mon banquier me fait appeler régulièrement. La dernière fois je lui ai envoyé un fax expliquant que j’avais demandé ma nana en mariage, ça m’avait couté une blinde et que je resterai en dessous du découvert autorisé pendant au moins deux mois. »

    Ils adorent: Les Blackblocks, les Grecs, les Indignés, les Argentins.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER