En ce moment

    14/10/2010

    Viré, flingué, humilié mais libéré

    Didier Porte: « Un bon coup de pied au cul ça peut stimuler »

    Par Benjamin Gans

    La rentrée de France Inter ? Didier Porte la juge avec ironie «encourageante pour la suite». L'humoriste estime que son renvoi était la meilleure chose qui pouvait lui arriver: il prépare aujourd'hui un spectacle pour le prochain festival d'Avignon.

    Comment ça va Monsieur Porte trois mois après votre éviction de France Inter ?

    Je suis au trente sixième dessous, j’erre dans les rues pour essayer de trouver ma subsistance. Je fais les pare-brises aux carrefours car il y a moins de Roms maintenant, ça a libéré un marché. Ça permet de mettre un peu de beurre dans ses épinards…

    Vous n’avez pas encore demandé l’asile politique à la Roumanie ?

    La Roumanie, non mais la Corée du Nord peut-être. J’ai vu des images très engageantes récemment : il y a un nouveau dirigeant jeune et dynamique et je pense qu’un humoriste officiel pourrait bien servir le régime.

    Justement vous avez été qualifié de « petit tyran » par Jean-Luc Hees: je peux vous appeler Kim Jong Porte ? Ou Pol Porte peut-être ?

    Pol Porte oui j’aime bien !

    Dans votre livre vous rappelez un commentaire qu’aurait tenu Jean-Luc Hees « Ils vont très vite se calmer, dans trois mois, ils auront tout oublié de cette histoire… », ben voilà : nous sommes trois mois plus tard et votre livre marche plutôt bien je crois ?

    Mon livre marche bien, oui. Mais il parlait surtout des auditeurs d’Inter – qui ont du apprécier qu’on leur attribue une mémoire de poisson rouge. Ça participe du mépris habituel avec lequel Jean Luc Hees s’exprime vis-à-vis des auditeurs de France Inter. D’ailleurs il a dit clairement « nous voulons faire une radio de l’offre, pas de la demande ». Ça veut bien dire ce que ça veut dire, la demande, c’est les auditeurs, on s’en tape…

    L’été a été sanglant pour les humoristes : Vous, Guillon, Domenech, Jean-Luc Delarue…

    (Rires) Oui, c’est vrai !

    Didier Porte – Bio Express

    29 janvier 1958: Naissance à Compiègne
    Anées 90: Journaliste pour la presse écrite Collabore à Culture Pub
    1998 – 2006: chroniqueur radio sur Ouï-FM
    1999 – 2010: chroniqueur à France Inter Fou du roi et La Matinale depuis 2008
    2010: chroniqueur sur Mediapart et Arrêt sur image

    «Je fais les pare-brises aux carrefours car il y a moins de Roms maintenant, ça a libéré un marché»

    « Val est très malheureux là où il est et rase les murs en permanence »

    Plus sérieusement, les départs de Radio France se font toujours avec fracas, le dernier en date étant celui de Florent Chatain, animateur à La Matinale de l’été, viré brutalement en août. Vous avez des contacts avec lui ?

    On s’est envoyé quelques mails de réconfort mutuel quand il a été viré. Bien sûr, je suis solidaire de ce garçon. Mais lui n’a pas écrit de bouquin, alors que moi oui et il est vachement bien !

    Si on continue cette liste : Fréderic Bonnaud en 2007, Yves Michaud de France Culture en 2009, Brigitte Benkemoun, les journalistes de la Rue des entrepreneurs et puis vous et Guillon. Pourquoi ça provoque toujours autant de remous dans les médias d’être viré de radio France ?

    Radio France est une radio avec laquelle les auditeurs ont une relation très fusionnelle, c’est la raison pour laquelle ça créé toujours beaucoup de bruit de la part des auditeurs, c’est bon signe d’ailleurs. Ils estiment que la radio leur appartient, ils ont un peu raison, c’est une radio publique. Notre cas à nous est plus symbolique car nous étions les deux humoristes – avec François Morel aussi mais un peu moins politiquement – qui attaquions le pouvoir et viré par une direction nommée par ce même pouvoir. De ce point de vue notre cas a attiré un peu plus l’attention mais de toute façon les auditeurs sont à cran quand on touche à leur radio.

    « Mes dernières chroniques, je me suis avancé dans des couloirs déserts pour arriver aux studios »

    L’intouchable, c’est Daniel Mermet avec son émission Là bas si j’y suis pourtant très orientée politiquement ?

    Daniel Mermet, c’est le Christ ! On l’a crucifié une fois, on ne peut pas le refaire une seconde fois. Je crois qu’il était vexé de ne pas avoir été viré d’ailleurs, mais on peut faire confiance à la direction pour lui serrer la vis, lui couper ses budgets et l’empêcher de travailler le plus possible.

    Apparemment, ça ne va pas en s’arrangeant : Mediapart vient de sortir un article sur l’ambiance pourrie qui règnerait à France Inter. Ça ne vous étonne qu’à moitié j’imagine ?

    Oui d’autant que le nouveau chef des informations [ndlr Jacques Monin] a indiqué qu’il ne fallait plus utiliser dans les flashs et les informations le terme d’expulsion mais « reconduite à la frontière »… Je trouve que c’est bien d’avoir des préoccupations sémantiques de cet ordre là et c’est très encourageant pour l’avenir de France Inter.

    « Mes dernières chroniques, je me suis avancé dans des couloirs déserts pour arriver aux studios »

    De tout ce qu’on lit, on dirait des méthodes de management dignes de France Télécom, ça donne envie de bosser à France Inter !

    Apparemment la Tour centrale est désactivée donc pour se jeter du haut ce n’est pas possible mais dès que les ascenseurs seront en marche, on risque d’avoir une vague de drames. Non, le plus exposé et je ne lui souhaite pas, c’est le directeur de France Inter, Philippe Val, qui est très malheureux là où il est et rase les murs en permanence et qui ne peut même plus sortir de la radio sans se faire insulter par les auditeurs.

    J’ai été effaré par le peu de solidarité des journalistes à votre égard pour un cas évident d’atteinte à la liberté d’expression qu’ils sont censés défendre : Ils vous en veulent personnellement ?

    Non mais les journalistes sont assez corporatistes on le sait. Il y en a quelques uns comme Yann Gallic qui ont été très courageux et se sont déclarés ouvertement en ma faveur. D’autres ont été plus discrets. Je ne demande à personne de se sacrifier pour moi ou de prendre des risques. Je comprends très bien, l’ambiance était à couper au couteau, ils n’ont pas envie de se faire saquer et ils n’allaient pas s’immoler pour moi. C’est vrai que pour mes dernières chroniques, je me suis avancé dans des couloirs déserts pour arriver aux studios.

    Interview: « Les gens de droite que j’aime bien »

    Un homme politique de droite: Pierre Mazeau
    Un écrivain de droite: Michel Houellebecq
    Un chanteur de droite: Daniel Guichard
    Une femme de président de droite: Carla Bruni
    Un journal de droite: Charlie Hebdo
    Un journaliste de droite: Eric Zemmour

    « Maintenant Voici est mon journal de référence »

    « C’est vous chers amis qui allez raquer pour mes indemnités de licenciement »

    On pense aussi à vos confrères de La Matinale surnommés les Dalton [ Demorand, Guetta, Legrand ]…

    Un des Dalton est parti sur Europe 1 (ndlr, Nicolas Demorand) et il a eu cette très belle phrase pour saluer « les auditeurs des radios publiques qui étaient grève ce jour là » sur Europe 1. C’est un garçon qui s’est très bien adapté là où il est maintenant.

    Il y a aussi toute la profession qui n’a pas hésité tirer une balle dans votre cadavre: Annick Cojean, Yves Tréhard, Ivan Levai qui vient pourtant applaudir votre spectacle…

    Ivan Levai, c’est extraordinaire. Un an auparavant il vient me voir en spectacle dans son patelin dans les Landes, il vient me saluer à la fin avec madame et une amie en me couvrant de lauriers. Le lendemain dans sa revue de presse, il dit « le grand Didier Porte a rempli une salle de 600 personnes en pleine campagne, c’est merveilleux, quel talent ! » Un an après, il signe dans Le Monde une chronique signée par un journaliste tout court, pas de France Inter, en disant « Les malpolis dehors, c’est bien fait pour eux ! ». Le « grand » Didier Porte a apprécié.

    Le peu de confraternité des humoristes, ça c’est plus classique par contre… Je pense à Laurent Ruquier qui aurait déclaré que vous aviez presque mérité ce qui vous arrive…

    Ben voilà ça c’est Laurent Ruquier. Je ne suis pas en très bon termes avec lui. Il a eu l’occasion de me mettre un coup de pied de l’âne, il l’a mis. Cela dit je ne l’épargne pas non plus, je lui balance aussi des vacheries donc… voilà, c’est partagé.

    Ruquier devrait pourtant se méfier puisqu’il serait aussi sur la liste noire de L’Elysée d’après ce qu’on lit ici et là…

    Il dit que c’est un fantasme et que l’Elysée n’est pas interventionniste du tout. Tant mieux pour lui.

    Il pourrait être remplacé par Patrick Sabatier ou les Bogdanoff ?

    Qui sont déjà en place. Non mais il y a cette animatrice … Ah oui Daniela Lumbroso, mais surtout Pierre Sled, le grand éditorialiste politique Pierre Sled, qui est pressenti comme directeur des programmes d’une des chaînes publiques … J’adorerais !

    Insupportable, le livre réquisitoire de Didier Porte

    On aurait presque oublié que Didier Porte est journaliste. Aussi « Insupportable » sa chronique au vitriol de son éviction de France Inter est plus qu’une complainte creuse : c’est un véritable réquisitoire, argumenté, référencé et implacable d’un règlement de compte dont lui et Stéphane Guillon furent les victimes.  On peut ne pas apprécier l’homme, l’humour, son côté donneur de leçons; mais dépouillé de tous ses défauts, il lui reste un talent indéniable : une plume légère, drôle et sacrément efficace. Insupportable est sûrement la meilleure chronique de Didier Porte sur France Inter.

    Insupportable ! Chronique d’un licenciement bien mérité

    « C’est vous chers amis qui allez raquer pour mes indemnités de licenciement »

    Stéphane Guillon, très clairvoyant, déclarait en octobre 2009, « Sarkozy m’a rendu intouchable ! », vous y avez cru vous aussi ?

    Oui je pensais aussi, je pensais être plus exposé que lui et je pensais qu’il serait épargné à cause de sa popularité chez les journalistes. Et non il a sauté aussi. C’est pour ça que je pense clairement notre tête avait été demandée au plus haut niveau.

    Le soutien le plus inattendu a été celui la député Villepiniste Marie-Anne Montchamp, ça vous a étonné ?

    Oui, j’ai adoré son communiqué s’élevant contre cet attentat à la liberté de la presse et la liberté d’opinion.

    Inattendu aussi Frédéric Beigbeider qui déclarait « Le vrai martyr, Didier Porte! » suggérant que vous y avez plus perdu que Guillon qui avait Canal comme point de chute : vous confirmez ?

    Oui … C’est pas faux : je suis le martyr ! C’était sympa de la part de Beigbeider, maintenant Voici est mon journal de référence.

    Philippe Val est revenu sur cette décision en répondant en direct, vendredi 1er octobre, aux questions du médiateur, Jérôme Bouvier .« En étant pris à partie par les humoristes à 7h55, l’invité arrivait à 8h20 en étant mal à l’aise, et cela faussait l’interview. Les politiques rechignaient même à venir. »

    C’est une plaisanterie mais il est capable de dire n’importe quoi. Il a même dit dans une interview à Télérama récemment que lorsqu’il avait évoqué l’actionnaire maltraité il parlait des auditeurs qui paient la redevance, pas du tout de Nicolas Sarkozy donc voilà, plus personne ne prend au sérieux les propos de Philippe Val.

    Finalement, se faire virer c’est pas le signe qu’on a touché là où ça fait mal ?

    Bedos explique à qui veut l’entendre que pour un humoriste se faire virer, c’est notre légion d’honneur à nous. Je suis très content d’avoir obtenu ma légion d’honneur sans faire intervenir Monsieur Woerth ! Quand même…

    La longue valse des départs à Inter depuis mai 2010

    Avril: Didier Adès et Dominique Dambert de l’émission Rue des entrepreneurs supprimée
    Mai: Brigitte Benkemoun , chef des informations, licenciée
    Juin: éviction de Stéphane Guillon et Didier Porte.
    Juillet: départ de Nicolas Demorand pour Europe1
    Août: éviction de la grille de l’animateur Florent Chatain

    « Maintenant Voici est mon journal de référence »

    Vous avez l’impression d’entamer une traversée du désert ?

    Pas franchement, je suis un peu débordé, j’ai plein de boulot. Je travaille pour Mediapart et Arrêt sur Image. J’en suis très content, je m’amuse beaucoup à travailler avec eux. J’ai aussi mes spectacles qui tournaient déjà très bien avant et tournent encore mieux maintenant. Je prépare un spectacle pour Avignon l’été prochain. Tout va bien je ne suis pas trop à plaindre.

    Vous ne pensez pas qu’artistiquement, c’est la meilleure chose qui pouvait vous arriver ?

    Absolument, un type de cinquante piges comme moi, un bon coup de pied au cul, ça peut stimuler.

    Est-ce que le confort ronronnant n’est pas l’ennemi de l’auteur ?

    Tout à fait, j’étais peut-être un peu dans la routine et je crois aux vertus de la résilience, vous savez le coup de talon qu’on donne au fond de la piscine.

    Voici la réaction d’un ami, auditeur d’Inter, Nicolas, qui voulait vous faire passer le message suivant : « On vous regrette (plutôt que ces blaireaux à part François Morel), c’est dégueulasse et forcément politique ! On vous attend ! On vous écoute sur le Net ! » C’est le genre de commentaires qu’on vous fait régulièrement j’imagine ?

    Oui j’ai eu beaucoup de soutien de la part des auditeurs, ça a été super de ce point de vue là. On a eu une manif devant Radio France ce qui était sans précédent dans l’histoire de la radio. Donc salut Nicolas, merci aux auditeurs!

    Pour finir, un peu de science fiction : vous imaginez votre fils viré d’Inter par Jean Sarkozy dans vingt ans ?

    Euh… C’est possible mais pas par Jean Sarkozy, par le petit Louis. Il a l’air beaucoup plus redoutable encore.

    Qu’est ce qu’on peut vous souhaiter ?

    Ben bonne chance… mon papa !

    Interview: « Les gens de droite que j’aime bien »

    Un homme politique de droite: Pierre Mazeau
    Un écrivain de droite: Michel Houellebecq
    Un chanteur de droite: Daniel Guichard
    Une femme de président de droite: Carla Bruni
    Un journal de droite: Charlie Hebdo
    Un journaliste de droite: Eric Zemmour

    A lire aussir sur StreetPress :

    > Christophe Le Friant AKA Bob Sinclar: «J’ai créé un personnage sur lequel on peut faire du marketing»

    > Jérôme Kerviel: son compte Facebook nous raconte sa semaine en enfer

    > La fin programmée de Jean Sarkozy à Neuilly

    Source: Benjamin Gans – Maxime Jacquet | StreetPress
    Crédit photo de Une: Didier Porte par Dominique Vertie | Flick’r Creative Commons

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER