En ce moment

    19 / 12 / 2013

    Le rasta nous parle de la paix dans le monde, dieu, sa grand-mère et l'Union Africaine

    Alpha Blondy : « La majorité qui veut se faire des bisous, elle est souvent silencieuse »

    Par Etienne Gin

    Alpha Blondy, le chanteur de reggae Ivoirien. Depuis 40 piges l'artiste porte la voix de la paix sur le continent Africain et selon lui, elle passera par Dieu. Rencontre politico-mystique avec un mec qui a vendu plus de 20 millions d'albums.

    D’après toi, que faut-il retenir du combat de Nelson Mandela ?

    Je retiens ce monsieur qui a subi les humiliations et la séquestration pendant 27 ans. En sortant, il dit qu’il voulait “une personne = un vote”. Il a demandé l’abolition de l’apartheid qui est un système néo-nazi. En Afrique du Sud, comme Dieu l’a voulu, les noirs et les blancs sont condamnés à conjuguer ce destin commun et à bâtir une nation arc-en-ciel. Cela a donné une leçon à tous les racistes de la terre. La peur de l’autre est la preuve de notre incapacité à faire face à nous-mêmes dans notre miroir. Les racistes sont prisonniers eux-mêmes des chaînes qu’ils portent à leur cerveau.

    Penses-tu que le monde actuel a encore des icônes fortes ?

    Bien sur ! Les icônes fortes sont souvent des incompris. Il y a dans tous les pays des hommes qui ont une façon de raisonner que leurs contemporains ont du mal à comprendre. Le monde est tellement habitué à des idées compliquées que quand tu viens avec des idées simples, il a du mal à saisir. Il faut avoir la patience et la philosophie, tout en posant des actes. Cela sans rien attendre en récompense. Heureusement que les négatifs ne l’emportent pas dans ce monde, ils sont minoritaires. C’est une minorité très bruyante, très envahissante. La majorité qui veut se faire des bisous, elle est souvent silencieuse.

    Soutiens-tu les actions militaires françaises en Centrafrique ?

    J’ai toujours été un anti coup d’état. Ce qui est en train de se passer est la suite logique… La Centrafrique a vécu des coups d’états récurrents. Un coup d’état n’est pas un acte démocratique, bien au contraire. Dans le même élan, je voudrais ramener le débat à l’Union Africaine. Qu’est-ce que cette Union Africaine a fait ? Il y a des présidents, des caporaux, des généraux arrivés au pouvoir de façon anti-démocratique. Dans ces conditions, les Africains auront toujours besoin de l’aide de la France, ou de l’Angleterre. 80% de ceux qui sont supposés décider de la destinée de nos pays africains sont politiquement analphabètes. Comment voulez-vous que quelqu’un qui soit arrivé au pouvoir de façon anti-démocratique, parle de démocratie ? Comment voulez-vous faire d’Ali Baba un shérif ? Si la France n’avait pas été là, en Côte d’Ivoire on aurait eu un génocide. Si la France n’avait pas été là, qu’est-ce qu’on aurait fait des Islamistes, qui sont tout sauf des musulmans… Ils ont pris l’Islam et l’ont appliqué à des fins politiques.

    Tu chantes « Jérusalem je l’aime ». Comment te positionnes-tu face à la Palestine ?

    Pour moi, les peuples d’Israël-Palestine sont deux peuples victimes de l’indifférence et du cynisme de la communauté internationale. Mais j’ai foi en Dieu, j’ai eu la chance de discuter avec des frères israéliens. Au fond d’eux, ils veulent la paix. J’ai également eu la chance de discuter avec des frères palestiniens. Eux aussi veulent la paix. Mais l’extrémisme entraîne l’extrémisme. Quand les extrémistes palestiniens et les extrémistes israéliens vont laisser la parole aux modérés, la paix sera une réalité et pas une utopie. Il est grand temps que l’on passe la parole aux rabbins et aux imams pour trouver une solution spirituelle aux problèmes israélo-palestiniens. Ce qui a commencé avec le nom de Dieu doit se terminer avec la gloire de Dieu.

    CLIP - My American Dream

    Il est grand temps que l’on passe la parole aux rabbins et aux imams pour trouver une solution spirituelle aux problèmes israélo-palestiniens

    La foi revient souvent dans ton discours, qu’est ce qu’elle t’apporte au quotidien ?

    Tous les jours que Dieu me donne à vivre sont un témoignage et une bénédiction. J’ai l’intime conviction que chacun de nous a une mission. Le monde n’est pas un hasard. Comme dirait Einstein, Dieu est subtil et pas vicieux. Il nous a tous équipés d’un cerveau. Chacun complète chacun. Tout est deux. Je ne pense pas que Dieu peut nous envoyer ici, et puis se barrer. Il nous renseigne en permanence. Ma grand-mère m’a toujours dit que si tu recherches Dieu et que tu dépasses l’être humain, tu n’auras plus jamais Dieu. Il suffit d’observer et d’écouter, ce que nous ne faisons pas.

    Pourquoi avoir choisi la musique pour défendre tes idées ?

    Je pense qu’avec la musique, il est plus agréable de dire les choses essentielles sans blesser quelqu’un. Ma stratégie à moi, c’est de faire des critiques positives. La musique est le moyen le plus inoffensif pour dire des choses importantes à des gens que l’on considère importants.

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress