En ce moment

    31 / 01 / 2014

    On a demandé à Esther Benbassa (EELV) si elle avait déjà fumé un joint avec Manuel Valls...

    Légalisation du cannabis : « J'ai déposé une proposition de loi pour ouvrir le débat »

    Par Nima Kargar

    Confier la culture et la vente de cannabis à l'Etat plutôt qu'à l'économie parallèle? La sénatrice Esther Benbassa a déposé ce 28 janvier une proposition de loi pour «ouvrir le débat» explique-t-elle à StreetPress.

    La sénatrice Esther Benbassa (Europe Écologie – Les Verts) du Val-de-Marne a déposé ce mardi 28 janvier une proposition de loi visant à légaliser la consommation de cannabis à usage récréatif, et à confier le contrôle sur la production et la vente à l’État. Parmi les restrictions, figurent l’interdiction de la vente aux mineurs, le contrôle du taux de THC, ou une distance réglementaire à respecter entre un débit de cannabis et établissements scolaires ou sportifs… Mais le vote est loin d’être acquis.

    Pourquoi cette proposition aujourd’hui ?

    Il faut bien un jour ouvrir le débat, et pour ça il n’y a pas de bon moment : un coup c’est les élections, un coup c’est autre chose… Les Américains qui sont conservateurs mais pragmatiques ont ouvert le débat, avec les Etats de Washington et du Colorado. Il y a aussi la loi uruguayenne qui va arriver… J’ai trouvé que c’était le moment d’enfin discuter.

    Quand est-ce que vous espérez voir la proposition débattue ?

    Ça, je n’en sais rien, pour qu’une proposition de loi soit mise à l’ordre du jour ça prend du temps. En tout cas, l’objectif c’est de sensibiliser et que la presse en parle, ce serait déjà très bien ! C’est aussi quasiment un acte de courage, d’ouvrir ce débat tabou en France, où les gens ne comprennent pas exactement les mots, que ce soit légaliser, ou dépénaliser. On pense tout de suite que tout le monde va pouvoir vendre et fumer… Non, c’est pas vrai ! On demande une gestion rationnelle, une culture rationnelle, une distribution rationnelle, une vente rationnelle dans des débits de cannabis, tout en protégeant les mineurs de façon très stricte et en formant les enseignants aux campagnes de prévention dans les écoles. Notre but, c’est aussi de combattre et d’endiguer les mafias.

    C’est quelque part un moyen de leur couper l’herbe sous le pied ? [roulement de tambour]

    Couper l’herbe ou pas, le problème n’est pas là. On ne peut pas continuer à avoir une économie alternative qui doit en arranger certains, je suppose, puisqu’il y a des centaines et des centaines de personnes qui vivent de la vente de drogue. Il est plutôt question de prémunir les jeunes contre la délinquance et la criminalité, que provoque la prohibition. La France est l’un des pays les plus répressifs en matière de consommation de cannabis et c’est le pays qui connaît la plus forte croissance du nombre de fumeurs. Il y a quand même un problème…

    C’est quasiment un acte de courage, d’ouvrir ce débat tabou en France
    Il s’agit de prémunir les jeunes contre la délinquance et la criminalité

    Aujourd’hui à droite tout le monde est d’accord contre, mais à gauche pas tout le monde n’est pour. Est-ce que ce n’est pas une question qui embête plus la gauche que la droite, finalement ?

    Ça je ne saurais pas vous dire, c’est une question qui embête tout le monde…

    On a quand même vu les passes d’armes entre Cécile Duflot et Manuel Valls…

    Cécile Duflot a pris position, mais elle s’est fait taper sur les doigts… Et Manuel Valls, il a été dire qu’il a fumé un pétard, bon, d’accord… c’est quand même de l’affichage.

    Et vous, vous avez déjà fumé un joint avec Manuel Valls ?

    Écoutez, moi, Manuel Valls je ne le vois pas en situation récréative… Et en plus, ça relève du privé, donc je ne peux pas vous répondre.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress