En ce moment

    24 / 11 / 2010

    Pour Marcus Noland – expert américain de la Corée du Nord – le régime essaie de "se réengager dans le jeu diplomatique mondial en tant que puissance nucléaire"

    Bombardement en Corée: « La Corée du Nord veut être traitée comme le Pakistan »

    Par Elsa Kissel

    Sur StreetPress Marcus Noland explique que l'attaque nord-coréenne de mardi vise avant tout à «établir la crédibilité du successeur de Kim-Jong-Il». Il rappelle aussi que Pyongyang veut renégocier avec l'ONU mais en tant que puissance nucléaire.

    Deux versions circulent à propos des tirs d’obus nord-coréens sur l’île sud-coréenne de Yeonpyeong, mardi 23 novembre: La Corée du Sud explique que la Corée du Nord a attaqué sans raison mais la Corée du Nord affirme avoir répondu à une provocation. Qu’en pensez-vous ?

    L’affirmation de la Corée du Nord, selon laquelle elle aurait répondu à une provocation sud-coréenne est une absurdité. La Corée du Sud menait des exercices militaires de routine à petite échelle sur l’île. La Corée du Nord a répondu par des tirs d’artillerie visant l’île sud-coréenne de Yeonpyeong, qui ont fait deux morts.

    Que cherche la Corée du Nord en envoyant des obus sur cette île sud-coréenne ?

    Je pense que cette action avait moins à voir avec la diplomatie qu’avec le processus de succession interne à la Corée du Nord. Elle viserait en effet plutôt à établir la crédibilité de Kim Jung-Un, désigné comme successeur de Kim Jong-Il, et à le présenter comme un homme fort, un bon dirigeant. C’est regrettable de devoir passer par ces actes de violences pour en arriver là. Ce n’est pas ainsi que sont censés fonctionner les pays civilisés. Kim Jong-Il a fait exploser un avion de ligne (en 1987 un avion sud-coréen explosait au-dessus de la Birmanie faisant 115 morts) ! Le fils se doit donc de faire des tirs d’obus. On dirait que c’est comme ça que ça marche.

    Marcus Noland est spécialiste des économies du Japon et de la Corée du Nord. Il est le directeur adjoint du Peterson Institute for International Economics – un think tank basé à Washington D.C – et a été conseiller économique au Bureau exécutif du Président des États-Unis, consultant pour la Banque Mondiale et pour le National Intelligence Council. Marcus Noland a aussi été professeur et chercheur notamment à Yale, à l’Université Johns Hopkins et au Korea Development Institute (Corée du Sud). Il est auteur de plusieurs livres, dont « Pacific Basin Developing Countries: Prospects for the Future and Korea After Kim Jong-il » et « Economic Integration of the Korean Peninsula ». Son livre « Avoiding the Apocalypse: the Future of the Two Koreas », a remporté le prestigieux Ohira Memorial Prize, remis à des travaux portant sur la région du bassin pacifique.

    Il est membre du réseau UN Global Expert

    Ces démarches nord-coréennes ne sont-elle pas une tentative pour amener les États-Unis à renégocier dans le cadre des pourparlers à six (Corées du Nord et du Sud, Japon, Chine, Russie, Etats-Unis) ?

    La Corée du Nord aspire à être considérée comme une puissance nucléaire. Elle ne souhaite donc ne pas revenir aux discussions à six sur la base de ses précédents engagements dans ces discussions sur la dénucléarisation. Je pense que la Corée du Nord cherche avant tout à être traitée comme le Pakistan. Elle veut être traitée comme une puissance nucléaire reconnue. L’invitation de l’expert américain Siegfried S. Hecker (qui avait témoigné “d’installations nucléaires nord-coréennes sophistiquées”, ndlr) souligne ce désir. La Corée du Nord veut se réengager dans le jeu diplomatique mondial en tant que puissance nucléaire, et non en tant qu’État proliférant. Si cette hypothèse est valide, je pense que les tirs d’obus sur l’île de Yeonpyeong sont une terrible erreur de calcul. Je pense qu’ils s’attendaient par ces tirs à ramener les États-Unis à la table des négociations à six, mais l’effet sur les États-Unis va être exactement l’inverse. Stephen Bosworth , l’émissaire des États-Unis pour la Corée du Nord, est actuellement en Asie. Mener ces actions alors que Bosworth est en Asie pour essayer de relancer les discussions risque d’être pris comme une insulte. De plus, depuis les législatives, les Républicains sont majoritaires à la Chambre des représentants. L’administration Obama va donc être extrêmement prudente dans la manière dont elle traite la Corée du Nord, car si elle est trop douce, elle sera sévèrement critiquée par le Congrès. Et ces tirs d’obus de la Corée du Nord sur la Corée du Sud compliquent encore la situation.

    Quelle est la marge de manœuvre du Conseil de Sécurité des Nations Unies, qui a prévu une réunion d’urgence ?

    Le problème avec le Conseil de Sécurité, c’est qu’il a la capacité d’émettre des résolutions sur la base du consensus mais que la Chine – partenaire commercial numéro 1 de la Corée du Nord – fait ce qu’elle veut. Il n’y a aucune preuve que la Chine ait bien mis en œuvre les sanctions décidées par le Conseil de Sécurité à l’égard de la Corée du Nord. Et quand les autres pays mettent en place les sanctions, la Chine a tendance à les compenser en augmentant son commerce avec la Corée du Nord. Tant que la Chine refuse d’appliquer les sanctions, je ne vois pas ce que le Conseil de Sécurité peut faire, à part apporter un soutien moral et une légitimité politique aux Coréens du Sud.

    2009/2010 deux années de tensions entre les deux Corées

    Avril 2009: la République populaire démocratique de Corée effectue des tests balistiques. Le missile Taepodong-2 tiré par Pyongyang s’abîme en mer après avoir survolé le Japon.
    25 mai 2009: essai nucléaire de la Corée du Nord (le deuxième après celui d’octobre 2006).
    10 novembre 2009 : échange de tirs entre la marine sud-coréenne et un bateau nord-coréen dans la zone frontalière disputée, à l’ouest de la péninsule coréenne. Séoul affirme que l’embarcation nord-coréenne a été gravement endommagée.
    27 janvier 2010 : manœuvres navales des armées nord et sud-coréennes : échangent des tirs dans la zone frontalière disputée en mer Jaune. Pas de blessés.
    26 mars 2010 : suite à une explosion, naufrage d’un navire sud-coréen, le Cheonan, près de la frontière maritime inter-coréenne. 46 morts.
    20 mai 2010 : selon une commission d’enquête internationale, c’est une torpille tirée par un sous-marin nord-coréen qui a coulé le Cheonan. Séoul interrompt les négociations reprises deux ans plus tôt.
    29 octobre 2010 : la Corée du Sud est la cible de tirs militaires nord-coréens. Les tirs ont lieu à Hwacheon, à la frontière entre les deux pays.
    23 novembre 2010 : tirs d’obus nord-coréens sur l’île sud-coréenne de Yeonpyeong en mer Jaune, dans la zone disputée entre les deux Corées. 2 morts et 18 blessés. Séoul a déclenché une riposte armée.

    Pensez-vous que le processus de succession en Corée du Nord pourrait provoquer une crise dans le pays et des départs massifs de Coréen du Nord vers l’étranger ?

    Je ne pense pas que la succession en elle-même provoquerait une telle situation. Je pense que sur le long terme, la succession risque de rendre encore plus difficile pour la Corée du Nord le règlement de ses problèmes sous-jacents. La Corée du Nord a une économie dysfonctionnelle, car l’État a peur de l’économie de marché. Mais il ne peut plus gérer une économie planifiée comme celle qui existait traditionnellement en Corée du Nord. Donc depuis une quinzaine d’années une économie de marché s’est dans une certaine mesure, mise en place, offrant un chemin alternatif vers l’enrichissement, le prestige, et potentiellement le pouvoir politique. Le marché se révèle également être une nouvelle zone de communication sociale, indépendante du pouvoir politique, où pourraient se créer et s’organiser des solidarités politiques. Le gouvernement mène d’ailleurs actuellement une politique très rétrograde : il essaye de rétablir l’ancien système communiste. Et comme le gouvernement n’est quasiment pas responsable devant le peuple, il a une capacité presque sans limite d’infliger aux Nord-coréens des mesures les défavorisant. Donc l’éventuelle faiblesse du gouvernement durant la phase de transition – jusqu’à ce que Kim Jong-Un ait réellement établi son pouvoir – pourrait empêcher le pays de régler ses problèmes économiques, ce qui provoquerait une détérioration des conditions de vie des Nord-coréens, obligeant certains d’entre eux à quitter le pays.

    Le processus de succession de Kim Jong-Il à Kim Jong-Un

    Kim Jong-Il a placé son fils cadet Kim Jong-Un en position de lui succéder au pouvoir en Corée du Nord. L’actuel dirigeant du régime nord-coréen a 68 ans et a été affaibli en 2008 par un accident vasculaire cérébral. Il s’attache donc à accélérer le processus de succession. Le 10 octobre 2010, il est pour la première fois présenté au public, lors d’une parade militaire à Pyongyang, organisée pour le 65e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs, le parti unique. N’occupant aucune fonction officielle auparavant, Kim Jong-Un a été dès septembre promu au grade de général et placé à la vice-présidence de la commission centrale militaire du Parti des travailleurs, aux côtés de son père. On a très peu d’informations sur Kim Jong-un, tant en Corée du Nord que dans le reste du monde.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER