En ce moment

    14 / 04 / 2014

    Où faire la fête en Europe sans croiser ton voisin ?

    Skopje - capitale du rock indé

    Par Côme Bastin

    On nous rabâche les oreilles avec Berlin et Barcelone, mais savais tu qu'à Skopje il y a des pures clubs de rock indé ? Ou que c'est à Glasgow qu'on trouve les meilleurs afters électros ?

    Pourquoi c’est cool ? : Parce qu’à Skopje même les kebabs – où les brochettes sont par ailleurs excellentes – sont branchées sur des radios rock vraiment cool. La nuit, les clubs les plus hype de la capitale sont ceux qui diffusent Arcade Fire, Black Keys and co. En plus les gin tonic sont à 1 euros 50 et on peut fumer dans les bars. What else ?

    Cours de la pinte : 1,50 euros.

    Mathieu y était : « Un soir au Ballet, on voit débarquer deux ou trois mecs de plus de deux mètres. Personne ne semble surpris. On nous explique que “c’est les gars de l’équipe national de basket qui viennent boire une bière. C’est des habitués !” – Les mecs ont quand même fait demi-finalistes de l’euro 2011… »

    Les 3 hot spots :

    1 Le Ballet : Ouvert jusqu’à 5 heures du matin, c’est LE bar pour écouter Days Offs – un groupe qui joue au même bar et à la même heure depuis 15 ans – faire des reprises des Stones Roses ou de Blur.

    2 Menada : C’est ici que Mirko Popov, DJ, documentariste, manager de groupes et donc vedette de l’underground macédonien, vient passer des disques quand il s’ennuie. En plus il y a un graff’ de Mère Térésa, née à Skopje, sur le dancefloor.

    3 Café Ljubov : Avec sa terrasse, son bar extérieur et ses transats, c’est l’endroit chill pour un apéro tout en écoutant les Black Keys. Mention spéciale pour les jeudi whisky où le prix du Jack Daniel’s défie toute concurrence.

    Le saviez-vous ? Un des ingénieurs du son de Manu Chao vit à Skopje. Il se dit même que le prochain album du “Clandestino” sera enregistré par ici.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements