En ce moment

    14 / 04 / 2014

    Où faire la fête en Europe sans croiser ton voisin ?

    Glasgow - la pépite post-industrielle

    Par Côme Bastin

    On nous rabâche les oreilles avec Berlin et Barcelone, mais savais tu qu'à Skopje il y a des pures clubs de rock indé ? Ou que c'est à Glasgow qu'on trouve les meilleurs afters électros ?

    Pourquoi c’est cool ? : Parce que les fêtards de la capitale écossaise ont de quoi faire mentir sa triste réputation de ville post-industrielle ! Rendez-vous dans les bars et clubs de West End pour le constater. Et même si, comme souvent au Royaume-Uni, les boites ont tendance à fermer sur les coups de 3 heures du mat’, il vous suffira de tendre l’oreille pour terminer dans une des nombreuses after techno qui pullulent chaque weekend.

    Cours de la pinte : Entre 3 et 4 euros.

    Sébastien y était : « Ici les teuffeurs sont adorables et pas snobs pour un sou. Un soir j’ai demandé une cigarette à un inconnu et on a fini à boire ensemble jusqu’au petit matin. »

    Les 3 hot spots :

    1 Curler’s rest : Vieux de 600 ans, ce pub est une institution pour les étudiants de Glasgow, qui viennent y boire leur première bière ou savourer un whisky des Highlands. Idéal pour commencer la soirée dans une ambiance 100% écossaise.

    2 The Arches : Avec son décor post-industriel à couper le souffle – The Arches est installé dans un ancien hangar ferroviaire – l’endroit rassemble très bon resto, salle de concert et boite de nuit à la programmation exigeante. En plus, il est au cœur de la ville. What else ?

    3 Subclub : Un des rares clubs européens à avoir ses basses sous le plancher, puissance du kick garantie. Il a été parmi les premiers à ouvrir à l’époque de l’Acid house, et rassemble tous les vrais amateurs d’électro de Glasgow.

    Le saviez-vous ? C’est ici que Daft Punk est venu enregistrer son album mythique « Homework » auprès du label Soma.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress