En ce moment

    10 / 06 / 2014

    Le projet crowdfunding à faire tourner

    Pour quelques dollars de plus : être une femme et pisser debout

    Par Martin d'Aboville

    L'enfer des toilettes sales ou l'attente interminable pour aller aux commodités sont désormais derrière vous grâce au Lady-Pee. Un petit objet en silicone pour que les femmes puissent pisser debout. Et en plus ça se glisse dans le sac à main !

    1 Que veut-il financer ?

    Un urinoir féminin portable.

    2 Combien ça coûte ?

    Pisser comme un homme, ça a un prix : 5000€

    3 A quoi ça sert ?

    A pisser debout et partout.

    4 Notre contrepartie préférée ?

    Pour 20€ vous avez votre Lady Pee perso.

    5 Le papa, c’est ?

    Lionel, entrepreneur et grand voyageur d’origine bretonne de 33 ans. Après avoir travaillé dans l’hôtellerie et dans la banque, il suit une formation dans le but de créer à terme sa propre entreprise. Lady Pee est son premier projet et la première étape de son grand rêve : créer une marque de produits féminins.


    Un Lady Pee

    Bientôt un Lady-Pee dans le sac de toutes les femmes ?

    Je pense que ça va être comme l’utilisation du tampon : il faudra un temps d’adaptation. C’est sûr dans un premier temps ça va faire bizarre d’aller pisser avec un mec contre le même arbre. Mais ça va grandement faciliter les choses ; par exemple, situation toute simple, lors d’un festival : alors que bien souvent le mec doit attendre et garder les bières pendant que sa nana va faire la queue une demi-heure aux toilettes, grâce au Lady Pee ils pourront prendre le même chemin. Et tout ira bien !

    Comment vous est venue l’idée ?

    En fait, je voyageais avec une amie belge, on était dans un pub, on avait bu quelques pintes, on avait plutôt bien fait la fête, et les toilettes du pub étaient totalement dégueulasses. Du coup on s’est dit que ça serait sympa que les femmes puissent faire pipi confortablement même dans des toilettes sales. Et petit à petit l’idée est venue en rigolant, en discutant autour d’une bière.

    Mais ça existe déjà, non ?

    Oui mais le Lady-Pee est beaucoup plus pratique : c’est en silicone médical, ce qui fait qu’il est très malléable, flexible, on peut le plier dans tous les sens et le ranger dans une petite boîte très discrète. L’autre spécificité, c’est que le liquide ne reste pas dessus : il glisse le long des parois, il y a une ligne directrice qui le fluidifie. Et puis on peut le laver très facilement. D’une manière générale, par rapport aux autres sociétés du même secteur, j’ai l’impression qu’elles sont plus du côté médical ; moi j’essaie de jouer plus sur le côté pratique.

    Tu vas couvrir le monde de Lady-Pee ?

    Le but à terme est de commercialiser l’accessoire à grande échelle, puis de développer la gamme. J’espère pouvoir vendre la première année entre 15 000 et 20 000 produits, ce serait un bon début. Sinon, J’ai d’autres projets précis en tête, toujours destinés au public féminin. Là je vais m’intéresser à la coupe menstruelle : c’est une alternative aux tampons et aux serviettes hygiéniques, qui a l’avantage d’être totalement réutilisable.

    Ca va faire bizarre d’aller pisser avec un mec contre le même arbre

    font color=grey>Cliquez sur l’image pour soutenir Lionel sur Kiss Kiss Bank Bank

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER