En ce moment

    15/12/2010

    Avec l’arrivée de leur « mentor » à la tête de l’UMP les baby Copé espèrent mettre sur la touche le président des Jeunes Pops

    UMP: Benjamin Lancar toujours dans ta télé en 2011 ?

    Par Robin D'Angelo

    Ça chauffe chez les Jeunes ZUMP. Depuis que Copé a pris la tête du parti, son think tank jeunesse ‘Génération France Jeune' menace les Jeunes Pops. Lancar pourrait faire les frais des militants qui veulent mieux répartir la parole.

    « La feuille de route je n’en ai pas parlé avec Copé. Je n’ai rien à vous dire là-dessus ». Benjamin Lancar est plutôt agacé quand StreetPress lui rend visite à sa réunion des Jeunes Populaires du 2 décembre pour lui demander s’il y aura des changements au sein de son mouvement. Car depuis la nomination de Jean-François Copé au poste de secrétaire général de l’UMP le 17 novembre dernier, le chef de file des jeunes UMP fait profil bas. Le nouveau boss de l’UMP n’a pas été tendre à l’égard des Jeunes Populaires et apporte dans ses valises son propre mouvement estampillé jeune : Génération France Jeune , les juniors de son think tank qui doit devenir la boite à idée du parti.

    Menacés par les baby Copé, les Jeunes Pops ? Si dans les deux camps on clame haut-et-fort qu’ « il n’y a pas de concurrence », en marge des réunions des deux mouvements les langues se délient. Quand les uns accusent Lancar d’avoir « fondé son propre fan club », les autres refusent que le think tank parle au nom du parti. Pourtant le combat s’annonce inégal: Avec Jean-François Copé à la tête de l’UMP Benjamin Lancar s’apprête à moins passer à la télé.

    Copé ne se reconnait pas dans la stratégie des Jeunes Pops

    Car rue de la Boétie, ce n’est un secret pour personne, le nouveau secrétaire général Jean-François Copé n’apprécie que moyennent la méthode Lancar chez les Jeunes Populaires. Un de ses proches et membre actif de son think thank Génération France décrypte : « Il ne se reconnaît pas du tout dans la stratégie de communication des Jeunes Pops depuis 2 ans », avant de prendre pour « signe plus ou moins éloquent » sa non-participation au lip-dub de l’UMP, une idée de Lancar.

    Joint par StreetPress Mike Borrowski, chef de section UMP dans le 93 et membre de Génération France « depuis la première réunion », y va de sa petite confidence : « La première déclaration sur le mouvement jeune de l’UMP de Jean François Copé a été de dire que les Jeunes Populaires ne parlaient qu’aux grandes écoles (…) Copé va apporter un nouveau souffle au mouvement ». Ambiance.

    Benjamin Lancar – Bio Express

    1985: Naissance à Paris dans le XIIème arrondissement
    2005: Intègre HEC
    2008: Intègre Science-Po Paris – Élu Président des Jeunes Populaires
    2010: Réélection à la tête des Jeunes Populaires avec 78,2% des voix – Élu conseiller régional d’Ile-de-France

    Benjamin Haddad, 25 ans et étudiant à HEC, le chouchou de Jean-François Copé

    Jean-François Copé a déjà son mouvement de jeunesse: Génération France Jeune, l’antenne jeune de son think tank présidée par Benjamin Haddad, 25 ans et étudiant à HEC. Dans une interview à Europe 1 du 27 novembre , le chef de l’UMP déclarait à l’égard du jeune militant invité de Michel Drucker: « Je serai toujours avec lui, parce que je n’oublie jamais les gens qui s’engagent pour moi ». Un soutien en mode poids-lourd qui ne doit pas rassurer le premier jeune de l’UMP Benjamin Lancar dont l’ancien boss Xavier Bertrand et ennemi intime de Copé a été évincé de la direction du parti. D’autant plus que le maire de Meaux a placé les think tanks au cœur de la nouvelle politique de l’UMP : Il considère Génération France comme « son bébé », dixit les militants.

    Du côté des Jeunes Pops comme de Génération France Jeune, on refuse pourtant l’idée d’une concurrence entre les deux groupes. « On n’est vraiment pas sur le même terrain », explique Haddad, le baby Copé. Chez les Jeunes Pops, Stéphane Tiki responsable des nouveaux adhérents, insiste sur la notion de « complémentarité » des deux mouvements: l’un « mobilise » pendant que l’autre est « un espace de proposition et de débat ».

    Benjamin Haddad – Bio Express

    1985 : Naissance à Paris
    2008 : Diplômé de Science-Po Paris
    2009 : Président de Génération France Jeune qu’il contribue à créer
    2011 : Sera diplômé d’HEC

    « Avec Benjamin, on n’a pas beaucoup de points communs hormis notre prénom » Benjamin Haddad

    Génération France Jeune organise sa réunion la veille de celle des Jeunes Pops

    Mais aux réunions des deux groupes, c’est un tout autre discours. Le 2 décembre rue de la Boétie, Pierre Lellouche vient de clore un débat organisé devant de très sages Jeunes Pops qui n’ont touché ni au Chipsters, ni aux bouteilles de Coca-Cola qui trônaient dans la salle. Un responsable de la section Paris entouré d’UMP-girls en tailleur rappelle à StreetPress que « l’UMP est forte de 230.000 membres » avant de chambrer le think tank : « Je ne pense pas qu’il y en ait autant à Génération France ». Un cadre du mouvement renchérit : « Il n’y a pas de discussion à avoir : la seule voix du parti c’est les Jeunes Populaires et Benjamin Lancar a été largement élu »

    Hasard du calendrier, Génération France Jeune organisait la veille de la réunion des Jeunes Pops son propre débat, identique à peu de choses près : Il se déroule dans un café et Charles Beigbeder et Christian Jacob ont remplacé Pierre Lellouche. Dans le public des jeunes copéistes envoient du lourd contre Lancar: Certains se réjouissent à l’avance de «sa mise à l’écart» depuis le remplacement de Xavier Bertrand par Jean-François Copé. D’autres le moquent : « Il a quand même dit que le lipdub était le plus beau cadeau de Noël que les Français pouvaient recevoir alors qu’on était en pleine crise ! rappelle un partisan. Benjamin tu ne peux pas faire ça ! » Le président du think tank Benjamin Haddad prend aussi ses distances: « Avec Benjamin, on n’a pas beaucoup de points communs hormis notre prénom ».


    Salle comble chez les Jeunes Pops pour le debat avec Pierre Lellouche

    « Les jeunes qui ne vont plus aux Jeunes Pops vont à Génération France Jeune » Mike Borrowski, adversaire de Benjamin Lancar

    Génération France Jeune veut « faire monter les talents dans le mouvement » quand Lancar est accusé d’avoir « fondé son fan club »

    Principal grief fait à Lancar par les sympathisants de Copé: avoir verrouillé le mouvement jeunesse de l’UMP pour se l’approprier. Un militant UMP: « les Jeunes Pops se sont transformés en ‘les Jeunes de Lancar’ ». Un autre : « Il a fondé son propre fan club. Jetez un œil sur le site, il est partout ! ». Certains pointent « l’absence de débat » et mettent en cause la patte de Bertrand, jugée de « stalinienne ».

    Benjamin Haddad croit se présenter comme une alternative avec Génération France Jeune: « Notre idée c’est de repérer les talents, de tout de suite les faire monter dans le mouvement comme des cadres à part entière, et pas du tout de les cloisonner en tant que jeunes. » Et Mike Borrowski – adversaire de Lancar à la présidence des Jeunes Pops et « très ami de Brice Rabaste », le directeur de cabinet de Copé – d’attaquer son rival: « Aujourd’hui les chaises sont vides chez les Jeunes Populaires alors qu’on début on étouffait (…) Les jeunes qui ne vont plus aux Jeunes Pops vont à Génération France Jeune ».

    Les think tanks et Jean-François Copé

    C’est une des principales innovations de Jean-François Copé à la tête de l’UMP: le nouveau rôle donné aux think tanks, les cercles de réflexion politique. Ils doivent être la boîte à idées de l’UMP pour la campagne de 2012 d’après le secrétaire général du parti, convaincu de la nécessité d’un débat entre tous les acteurs de la société pour faire émerger de nouvelles idées

    Jean-François Copé a pour cela mis en place « un conseil de clubs et des think tanks » dont la première réunion se tiendra le 18 janvier. Problème : Génération France son groupe de réflexion est de loin le plus important avec ses 5.000 membres. Certains accusent déjà le boss de l’UMP de renforcer sa mainmise sur le parti.

    StreetPress annonce avec tristesse la mort du buzz Lancar

    Stéphanie, qui a sa carte du mouvement jeunesse de l’UMP « refuse les logiques partisanes » mais attend de Jean-François Copé « qu’il offre aux Jeunes Pops ce qu’il fait avec Génération France Jeune. C’est à dire donner la parole aux militants ». Un jeune employé du parti pense que «des nouveaux profils de jeunes seront mis en avant».

    Pour Jonas Haddad (aucun lien de parenté avec le baby Copé), délégué national des Jeunes Pops et proche de Lancar: « On aurait pu voir une concurrence avec Génération France Jeune quand la tête du parti était différente … Mais maintenant les Jeunes Populaires doivent suivre l’inclinaison du parti. » Une manière de dire que Génération France a gagné? Il anticipe en tout cas une meilleure « répartition de la présence médiatique entre les jeunes du parti ». Et elle est déjà en route: « Moi aujourd’hui par exemple, on m’a envoyé faire un média ».

    La voie faite à Haddad et ses potes du think tank semble bel et bien royale. Un proche de Benjamin Haddad de déclarer: «Lancar a eu tout ce qu’il voulait: son renouvellement à la présidence et son siège au Conseil Régional. Il ne peut plus rien demander de plus, il ne fera pas chier ». Le président de Génération France Jeune met quand même en garde les Jeunes Pops en cas d’opposition: « C’est à eux de voir dans quelles mesures ils s’inscrivent dans les choix du Président de la République. »

    « Lancar a eu tout ce qu’il voulait, il ne fera pas chier » Un sympathisant de Haddad

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER