Assises contre l'islamisation : les islamophobes ratent la jonction avec l'UMP

Assises contre l'islamisation : les islamophobes ratent la jonction avec l'UMP

1.000 personnes, une rock-star suisse mais aucun élu du parti majoritaire

Islam | Contre enquête | par | 20 Décembre 2010

Assises contre l'islamisation : les islamophobes ratent la jonction avec l'UMP

Pour contrer ces musulmans qui «avancent sur la carte leurs petits drapeaux verts », les militants réunis aux Assises contre l'islamisation comptent sur une alliance avec la droite classique. Problème : tous les élus UMP pressentis se sont débinés.

« C’est un succès absolu, incontestable, sans aucune limite ! » Christine Tasin, présidente de l’association Résistance Républicaine , balaie d’un revers de main de Fatma les doutes de StreetPress concernant la réussite de ses Assises contre l’islamisation de l’Europe.

« Plus de 1.000 personnes » selon les organisateurs étaient réunies samedi à l’espace Charenton – dont un iman infiltré par un journaliste – pour écouter le Bloc Identitaire prédire « le génocide culturel de notre socle civilisationnel » ou l’ex-présentateur télé devenu « islamologue » René Marchand partir en pleine parano: « Chaque fois qu’une mosquée est construite en Europe, ils avancent sur la carte leurs petits drapeaux verts comme autant de territoires conquis ! »

Et Riposte Laïque de renchérir sur le succès de l’événement: « Près de 300.000 personnes ont aussi regardé les Assises en direct sur Internet et des centaines n’ont pas pu rentrer pour des raisons de sécurité ! »

Les organisateurs s’en prennent « aux députés collabos » et au Monde

L’euphorie des organisateurs contraste pourtant avec leur hystérie de la veille, lorsqu’ils ont appris l’annulation par des députés UMP de leur venue aux Assises contre l’islamisation. Dans un billet du 17 décembre posté sur le site de Riposte Laïque , Christine Tasin s’en prend violemment au député Christian Vanneste qui aurait décliné son invitation – après avoir donné son accord – à cause de prétendues pressions de son parti :

« Décidément, le 18 décembre fait sortir du bois tous les dhimmis , les collabos et les froussards ! »

«C'est une déception. On aurait aimé que des élus soient là» Pierre Cassen

A la tribune des Assises contre l’islamisation, Pierre Cassen en rajoute une couche, mais en direction des journalistes du Monde qui avaient assuré dans un article que Xavier Lemoine, député UMP de Montfermeil, serait « l’invité surprise » annoncé sur le flyer. « Soit Xavier Lemoine n’a pas eu envie de venir à cause de pressions, soit les ‘éminents’ journalistes du Monde sont des incompétents ! » Le président de Riposte Laïque a moqué le discours des élus incapables d’assumer leurs idées islamophobes : « “Si nous venons chez vous, nous sommes politiquement morts” nous disent-ils ! », avant de les taxer de « collabos ».

L’invité surprise en lieu et place d’un élu UMP fait plouf !

Les organisateurs des Assises contre l’islamisation avaient fait de la venue d’élus de la majorité une des conditions du succès de leur raout. Dans une interview à StreetPress donnée le 15 décembre , Bruno Vendoire, cadre du Bloc Identitaire et rédacteur en chef de l’hebdo d’extrême-droite Minute , clamait haut-et-fort :

« Il est annoncé des invités surprises dans le programme : ce sera un ou plusieurs élus de la majorité. »

Patatatra ! A 16h15, heure annoncée sur le programme de l’arrivée dudit invité surprise, c’est « l’islamologue » septuagénaire Anne-Marie Delcambre qui monte sur la scène dans la relative indifférence du public. « On n’avait jamais prétendu vous amener le père Noël ! », s’énerve Christine Tasin, quand StreetPress lui rappelle que la présence de l’écrivain – auteure de la préface du roman Mosquée Notre-Dame de Paris 2048 de la russe  Elena Tchoudinova , elle aussi intervenante pendant les Assises – n’était vraiment pas une surprise.

Alpagué par StreetPress à la fin de la journée, alors qu’il est entouré de son service de sécurité très Bowling For Colombine, Pierre Cassen de Riposte Laïque joue franc-jeu: « Absolument, c’est une déception. On aurait aimé que des élus soient là. » Il ajoute :

« L’UMP a encore perdu une occasion et va aggraver la coupure avec ses militants. »

Guéguerre entre FN et Bloc Identitaire : « Et vlan ! »

«On n'avait jamais prétendu vous amener le père Noël !»

Les organisateurs des Assises contre l’islamisation ne comptent plus sur le Front National depuis que le Bloc Identitaire a décidé de présenter un candidat en 2012, Arnaud Gouillon président de l’association Solidarité Kosovo . « Il [sera] un concurrent et [jouera] un rôle d’empêcher le candidat national d’avoir les parrainages » a déclaré à son sujet Marine Le Pen, rapporte le blog Droite(s) Extrême(s) (s). Ce à quoi Gouillon répond: « Pour un parti qui se dit serein, je ne les trouve pas très sereins!»

Surtout Riposte Laïque accuse le Front National de diaboliser la fronde anti-Islam et de ralentir la progression de ses idées. « Malgré les efforts de Marine Le Pen, le FN a encore une mauvaise image dans l’opinion et il suscite une phénomène de rejet », regrette Pierre Cassen au micro de StreetPress :

« Moi j’ai envie de dire aux autres personnes de la classe politique, ne laissez pas à la seule Marine Le Pen ce combat et emparez-vous en ! »

Arnaud Gouillon du Bloc Identitaire est encore plus incisif à l’encontre du parti :

« Le FN est fermé sur lui-même, sectaire et dans une vision idéologique du combat politique. »

Le baby-candidat ajoute :

« “Celui qui n’est pas avec moi est contre moi et fait le jeu de l’UMPS” … ce n’est pas comme ça que le monde politique du XXIème va fonctionner ! Ça va être au contraire par des alliances ponctuelles de différentes forces qui feront avancer le débat. »

« Et vlan ! », rigole un collaborateurs assis derrière lui, imitant le “cassé” de Brice de Nice.

« Faire pression sur les élus » et « peser sur 2012 »

«Le FN est fermé sur lui-même, sectaire et dans une vision idéologique du combat politique» Arnaud Gouillon

Leur modèle à tous, c’est le parti suisse UDC – à l’origine du référendum pour l’interdiction des minarets – qui a travaillé avec les partis de gouvernement. Acclamé comme une rock-star (voir la vidéo ci-contre), son représentant Oskar Freysinger – le « Astérix Helvète » – a fait la promo de la proportionnelle et des alliances politiques dans son discours :

« En Suisse tous les partis comptent au gouvernement. Tout le monde doit s’arranger et ne pas trop s’engueuler ! ».

Jean Robin, journaliste qui a réalisé un DVD sur le modèle suisse de « démocratie directe », estime que l’UMP telle qu’elle est n’est pas prête pour une alliance :

« Le problème de Copé, c’est qu’il participe indirectement à un gouvernement qui islamise la France. Mais il y aura un nouveau courant qui va émerger (…) qui sera clairement anti-islam et les gens le rallieront. Parce que la pression de l’Islam est trop forte ».

Ce n’est pas encore gagné. L’absence d’élus aux Assises contre l’islamisation « est incontestablement une pièce manquante à la réussite de la journée », analyse le spécialiste de l’extrême-droite Jean-Yves Camus, venu en observateur. Mais il met en garde :

« On ne peut pas prendre à la légère une salle de 1.000 personnes, avec un public très divers et normal, très différent du ghetto-militant de l’extrême droite qu’on voit d’habitude. »

Christine Tasin de prévenir dans son discours de clôture: « Nous avons un an et demi pour faire pression sur les élus (…) et peser sur 2012 !». Jean-François Copé a lui déjà annoncé qu’il souhaitait ré-ouvrir le débat sur « l’identité nationale » et sur « l’échec de l’intégration ».

Edit : modification du passage avec les citations de Jean Robin qui n’est pas sympathisant UDC . Voir aussi : Jean Robin écrit à StreetPress


L'actu