En ce moment

    07 / 07 / 2014

    Une alternative DIY à Christian Jeanpierre

    Sportdub, le site pour commenter le foot en direct de ton canapé

    Par Barbara Bourreau

    Sur Sportdub, retrouve les commentaires en direct de Guy Truite ou SlimaniBenta. La plate-forme propose à tous les Pierre Menez de salon de commenter, pour qui veut bien les écouter, tous les matchs de la Coupe du monde.

    « Oh nooon ! Il a tenté la technique du tournicoti-tounicota, regardez ! Le gardien en est tout déboussolé ! » Il est 22 heures 30, et ce commentaire n’a rien de conventionnel pour un match Allemagne-Algérie. Pas de panique, vous êtes sur Sportdub.

    kézako? Sportdub a été concocté au creux d’un canapé par Rodolphe Darves-Bornoz, ancien étudiant en droit passé par le groupe Lagardère, et Brice Durand, développeur. Deux potes d’enfance qui se targuaient d’être meilleurs que les commentateurs à la télé :

    « A force de le dire on a fini par y croire et on a monté le site Sportdub. »

    Le site, lancé il y a un peu plus d’un an, se présente comme la première plate-forme de commentaire sportif amateur en direct vidéo. Autrement dit, si vous en avez marre du commentaire plan plan de Lizarazu et Christian JeanPierre sur TF1, ce site vous propose de choisir entre plusieurs commentateurs sportifs, du plus pointu au plus déluré. Le tout en vous permettant d’interagir en direct avec eux via un chat, mis en place sur la plate-forme.

    Commentateur du dimanche Retour au match France-Allemagne. Au milieu du salon, Antoine et Maxime, aka SlimaniBenta, leur pseudo sur le site. Les deux étudiants, passionnés de foot, le maillot de la France sur le dos, se passent les chips pour se préparer au match. Concrètement, pour devenir commentateur depuis son canapé, il suffit d’adresser une demande au site, d’avoir un micro ou une webcam qui retransmet ce que vous avez à dire et c’est à vous de jouer, bien assis dans votre canapé face à votre télé.

    Pour Florian Giraud, aka Guy Truite, commenter sur Sportdub lui permet « concrètement de réaliser un rêve de gosse ». Le commentateur à l’accent marseillais très prononcé, « prend un pied monumental à chaque nouveau match ».

    Radio libre « Nous, on est pas un site sportif qui met des meufs à poil devant un écran pour faire venir du monde », nous dit Rodolphe, le créateur du site accoudé à une table en terrasse devant un milkshake cookies-beurre de cacahuètes. Les cheveux en bataille et le visage fin, il revendique des points de vue originaux sur chacun des matchs. C’est cette liberté qui a attiré Jade Loreleï, une journaliste freelance passionnée de foot :

    « J’ai des partis pris mais je peux le faire parce que c’est sportdub, alors que je ne me le permettrais pas avec un autre média. »

    Elle a découvert le plaisir de commenter au fil des matchs de la Coupe du monde. Avant de préciser, en se remettant une mèche de cheveux bruns derrière l’oreille :

    « On peut dire des trucs qu’on dit pas à la télé, ce que j’aime c’est que je peux dire n’importe quoi si j’ai envie et faire des vannes à la con qui ne passeraient pas auprès du CSA. »

    Du commentateur passionné super pointu au fou des pronostics en passant par le troll de service, on trouve tous les styles sur le site. De quoi faire la fierté de Rodolphe :

    « On couvre 250 % des matchs grâce à 3 ou 4 choix de commentaires par rencontre ! »

    Video - Sportdub, c’est bon!

    Je peux le faire parce que c’est SportDub
    je peux dire n’importe quoi si j’ai envie et faire des vannes à la con qui ne passeraient pas auprès du CSA

    Auditeurs libres « Hééééé ! Un nouvel auditeur ! Bienvenue à toi pour cette rencontre au sommet et…Et… Et voilà on a fait fuir notre seul auditeur… » Sur Sportdub, il n’est pas toujours facile d’attirer le chaland. Les deux compères SlimaniBenta totaliseront le mirifique total de deux auditeurs. Qu’importe ! Le kiff, lui, est bien au rendez-vous.

    Mais le site a déjà ses (micros) stars. Guy Truite, cheveux blancs et gouaille chantante, commente sur Sportdub « depuis l’état embryonnaire du projet ». C’est sur Twitter qu’il va chercher ses auditeurs. En moyenne une cinquantaine de personne regardent l’intégralité de la rencontre avec lui.

    « Au final, le public qui reste accroché à ton commentaire du début à la fin n’est pas forcément très nombreux mais il est fidèle. »

    No Pub Le site enregistre quand même des pointes à 2.000 spectateurs sur certains matchs. Au total, 150 commentateurs et 7.000 personnes sont inscrites sur le SportDub. Une audience qui augmente rapidement à la faveur de la Coupe du monde bien sûr, mais aussi grâce à sa bonne réputation :

    « Tout fonctionne par bouche à oreille, on n’a pas dépensé le moindre centime dans la com », sourit Rodolphe.

    « On a lancé l’aventure dans un microcosme de journalistes passionnés de foot qui se suivaient sur Twitter. Et depuis, la fine équipe de Sportdub s’est élargie » renchérit Loreleï, tellement fan qu’elle s’inclut dans le projet.


    Prêt pour un apéro foot?

    On n’a pas dépensé le moindre centime dans la com’

    Business Model Sportdub ne se limite pas au foot, si vous êtes fan de tennis, basket, ou encore de golf, vous pouvez commenter ou écouter sur le site. Et le site compte bien en proposer de plus en plus et toujours quasiment sans publicité. Le secret ?

    « On couvre des événements pour des marques comme L’Equipe ou SFR occasionnellement, ça nous permet de nous faire un petit peu de sous pour avancer la plate-forme », nous confie Rodolphe, sans nous dévoiler le montant du pactole.

    Mais Sportdub ne compte pas en rester là. Tout en gardant gratuites les fonctionnalités de la plate-forme intiale, Rodolphe et son équipe comptent bien développer une version premium – et donc payante – qui permettrait d’aller plus loin que ce que le site ne permet déjà, « mais je ne vous en dit pas plus pour l’instant, c’est secret ! »

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress