En ce moment

    13 / 01 / 2015

    Il voulait manifester son soutien, il a fini au commissariat

    A Moscou, arrêté pour une pancarte « Je suis Charlie »

    Par Mathieu Molard

    Samedi, deux personnes ont été interpellées à Moscou pour avoir brandi une pancarte « Je suis Charlie ». Le lendemain, le ministre des Affaires étrangères russe défilait à Paris aux côtés de François Hollande.

    Moscou n’est pas très Charlie. Samedi, Vladimir Ionov, 75 ans, s’est fait interpeller par la police, sur la place du Manège, alors qu’il brandissait seul et en silence une pancarte sur laquelle était inscrit en français « Je suis Charlie ». « La loi Russe interdit les manifestations regroupant deux personnes ou plus », explique à StreetPress Cécile Vaissié, professeur en études russes et soviétiques à l’université Rennes 2. « Pour contourner cette loi, certains activistes organisent des piquets solitaires, qu’ils tiennent à tour de rôle. »

    La police aurait utilisé « un provocateur »

    Selon plusieurs médias russes reprenant cette information, la police aurait envoyé « un provocateur ». Ce dernier se serait placé à côté de l’activiste, justifiant l’intervention des autorités et leur arrestation pour participation à une manifestation publique en groupe « comprenant deux personnes », comme l’atteste le document rédigé par la police moscovite. Le comparse des fonctionnaires aurait quant à lui été relâché avant même l’arrivée au commissariat. Le militant des droits de l’homme Marc Galperine, qui relayait Vladimir Ionov à intervalles réguliers – tout en se tenant à une distance respectable le reste du temps – se serait également fait pincer par la police, un peu plus tard.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/moscou-doc.jpg

    Un des PV de l'arrestation / Crédits : Marc Galperine

    La veille déjà, plusieurs personnes s’étaient rendues devant l’ambassade de France à Moscou pour marquer leur solidarité à l’égard des victimes françaises des attentats. Pas de mise en cabane, mais selon les réseaux sociaux, les identités des participants auraient été contrôlées. « Une manière d’effrayer les manifestants qui peuvent craindre de se retrouver fichés », détaille Cécile Vaissié.

    Au même moment, des manifs contre le blasphème

    En Russie, les manifestants n’étaient pas tous très Charlie. Une poignée d’orthodoxes radicaux s’est rassemblée après l’attentat pour… dénoncer les caricatures « blasphématoires ». « Ceux qui manifestent pour dire que les journalistes l’avaient bien cherché n’ont pas été inquiétés par la police. Ça montre bien l’arbitraire du pouvoir », s’indigne Alexis Prokopiev, de l’ONG de défense des droits de l’homme Russie Libertés. Ironie de la politique russe : au lendemain des arrestations, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov défilait à Paris au côté de François Hollande. Alexis a bien tenté de l’interpeller sur Twitter :


    « M. Lavrov, demain à Paris vous allez marcher pour « la démocratie, la liberté et le pluralisme », mais comptez-vous défendre les mêmes valeurs en Russie ? »

    Un tweet demeuré sans réponse.

    Edit le 16/01/15 : Marc Galperine a été condamné à huit jours de détention.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER