Ecologie : Les islamophobes récupèrent la mobilisation contre la ferme des 1.000 veaux

Ecologie : Les islamophobes récupèrent la mobilisation contre la ferme des 1.000 veaux

Les anti-viande manifestent, mais l'extrême droite squatte déjà la cause

Junk food | Contre enquête | par | 16 Janvier 2015

Ecologie : Les islamophobes récupèrent la mobilisation contre la ferme des 1.000 veaux

C’est une usine géante d’engraissement de bovins dénoncée par les écologistes de tous poils. Mais à la ferme des 1.000 veaux (Creuse), les islamophobes hackent la mobilisation en dénonçant le hallal.

Bienvenue dans la Creuse (23), ses pâturages, sa diagonale du vide et… sa ferme des 1.000 veaux. C’est ici que doit ouvrir début 2015 une usine géante d’engraissement pour bovins, dans le petit village de Saint-Martial-le-Vieux, 130 habitants.

Le projet suscite la colère de la Confédération Paysanne, des Verts, des associations pour le bien-être animal… en fait, de tout ce que la France compte comme écolos. Mais samedi 17 janvier devant la mairie de Saint-Martial-Le-Vieux, c’est bien l’extrême-droite radicale qui appelle à la mobilisation, via l’association Vigilance Halal. Au programme : des élus FN, des slogans anti-hallal et sur le flyer de la manif’ une photo de… Brigitte Bardot. « La pauvre marche avec des béquilles et elle a un souci à la hanche. Mais je l’ai eue au téléphone et elle sera avec nous par l’esprit », assure à StreetPress Alain de Peretti, l’organisateur du rassemblement.

Brigite Bardot halal
Le flyer de la manif avec le soutien de BB. / Crédits : Vigilance Hallal

De l’élevage industriel destiné au marché du Maghreb

Objet du délit : L’usine d’engraissement de Saint-Martial-Le-Vieux. Dans cette ferme, 1.400 veaux âgés de 8 à 10 mois avaleront 1,5 kilo de nourriture par jour pendant 7 mois jusqu’à atteindre les 700 kilos. « Une aberration écologique » pour Muriel Padovani, secrétaire régionale d’Europe-Ecologie limousin. Jointe par StreetPress, elle dénonce en vrac : les conditions d’engraissement de veaux à base d’antibiotiques, l’installation de l’usine dans un parc naturel ou le fait que la viande ne soit pas destinée au marché local.

« L’engraissement des veaux, c’est bien mais quand c’est fait sur de petites unités bio et en vente directe via des coopératives. »

Joint par StreetPress, Alain de Peretti, reprend ces arguments. Mais il attaque aussi sur le hallal. Car les animaux engraissés à Saint-Martial-Le-Vieux seront abattus sans étourdissement préalable dans l’abattoir voisin d’Ussel. L’usine est exclusivement exploitée par le groupe Intermarché qui va vendre cette viande hallal dans les pays du Maghreb. De Peretti est furax :

« On abandonne notre identité par pur mercantilisme. Dans les abattoirs hallal, les bêtes vivent une agonie insupportable. Tout ça pour faire fortune. On vend notre âme au diable. »

Une asso « islamo-critique » proche du Bloc Identitaire

On ne nous dit pas tout…

taxe_halal.jpg

Fondée en 2012 par l’ex-vétérinaire Alain de Peretti, Vigilance Halal s’est fait remarquer par l’organisation des « Etats généraux du bien-être animal » en mai 2013 où divers intervenants anti-Islam ont exposé leurs vues. M. de Peretti est aussi chroniqueur pour les islamophobes de Riposte Laïque. Il a été élu régional du FN en Gironde jusqu’en 1998 avant de rejoindre le MNR de Bruno Megret. Aujourd’hui, il est coordinateur du Bloc Identitaire Aquitaine.

A StreetPress, il prétend que son association « apolitique » fédère 8.000 membres. Parmi leurs activités, dénoncer leurs voisins. De Peretti explique :

« Quand nos membres voient un mouton rentrer dans un immeuble au moment de l’Aïd, ils nous le signalent. Et nous on prévient la police parce que c’est illégal. »

Il estime aussi que les merguez hallal servent à financer le terrorisme mondial :

« Pour être certifié hallal, il faut payer une taxe. Les sommes sont importantes et redistribuées à des mosquées. Et ça se pourrait bien qu’ils alimentent aussi des groupes terroristes. »

Mais rassurez-vous, Alain de Peretti n’est pas islamophobe. Il se définit comme « islamo-critique ». Ouf !

Vigilance hallal
Pierre Cassen, co-fondateur de Riposte Laïque (à gauche) se fend la poire avec Alain de Peretti (à droite). / Crédits : Vigilance Hallal

OPA sur des groupes qui ont du mal à se positionner

Pour la mobilisation du 17 janvier, Vigilance Halal espère réunir de « Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen » :

« J’appelle tous ceux qui se sentent concernés par le bien-être animal, comme les Verts, à nous rejoindre. Ces querelles de chapelles sont ridicules et elles doivent cesser. »

Alain de Peretti compte aussi sur les conséquences de la tuerie de Charlie Hebdo pour attirer de nouveaux visages « apolitiques »:

« La mobilisation va être importante à cause des attentats. J’ai reçu beaucoup de mails de gens qui se disaient hésitants mais qui maintenant sont prêts à venir. »

Pour le moment, seuls des responsables locaux du FN feront le déplacement. La manifestation a été déposée en préfecture, confirme-t-on à Guéret.

Du côté des Verts, on assure qu’aucun militant n’ira manifester contre la ferme des 1.000 veaux aux côtés de Vigilance Halal. Mais Muriel Padavoni craint que « des militants sincères de la cause animale se fassent récupérer. » D’autant plus que certains ont du mal à se positionner. Joint par StreetPress, la Fondation Bardot regrette le choix de sa fondatrice d’être aux côtés de « ceux qui dénoncent l’Islam ». « Mais en même temps, on soutient tous types d’actions qui vise à dénoncer l’exploitation animale », bafouille un porte-parole.

Pour damer le pion à l’extrême droite, le collectif « Oui à l’Etourdissement Dans les Abattoirs » organise une autre manifestation le 31 janvier. Avec ses dreadlocks, sa fondatrice Aurore Lenoir, déjà fortement impliquée dans la ZAD de Guéret, est peu suspecte de connivence avec l’extrême droite. Mais cette végétarienne reconnait avoir un souci de positionnement :

« Vigilance Halal brouille notre message et c’est un réel frein. A cause d’eux, les politiques ne veulent pas parler avec nous car ils croient que nous sommes aussi d’extrême droite. »

Pour sauver la mobilisation, elle espère réunir 3 fois plus de monde que les islamophobes. La Fondation Bardot y sera représentée par un de ses cadres Christophe Marie.


L'actu