En ce moment

    22/07/2015

    Top 5 des happenings politiques de l’édition 2015

    Opé anti Cochonou et gardes à vue sur le Tour de France

    Par Tomas Statius

    Attaques de voitures Cochonou, manifs de policiers, drapeaux palestiniens et tags politiques. Comme chaque année, le tour de France 2015 est émaillé de happenings politiques.

    1 Les camionnettes Cochonou et Carrefour bloquées par des éleveurs enragés

    La cause : Sauver l’élevage français
    Efficacité : 10 / 10

    Blocage des camions Carrefour par des tracteurs à Lohéac (Île et Vilaine), attaque des deudeuches Cochonou dans la Somme par des éleveurs déguisés en cochon… Cette année le torchon brûle entre les agriculteurs et les enseignes de Grande Distribution. La raison de la colère ? Les prix d’achats des géants de l’agro-alimentaire qui mettent en péril l’élevage français. Par peur des risques, Cochonou s’est même éclipsé de la caravane à 3 reprises.

    Seul hic, un bon nombre de ces agriculteurs en colère sont membres de la FNSEA, le principal syndicat paysan. Et cette année, ce dernier a lancé une grande opé de com’ avec l’entreprise qui organise la Grande Boucle (ASO). Son nom ? « Les agriculteurs aiment le Tour »

    2 Pas de drapeaux palestiniens sur la route du Tour

    La cause : Solidarité avec la Palestine
    Efficacité : 2 / 10

    Pour la Troisième Etape du Tour de France, entre Seraing et Cambrai, Bernard et ses potes des Jeunesse Communistes du Nord voulaient monter une action coup de poing. Ils décident de se poster dans le centre-ville de Cambrai, non loin de la flamme rouge, drapeaux palestiniens au vent, un an après les derniers bombardements de Gaza par l’armée israëlienne.

    Manque de pot, sur la route qui les mène au rendez-vous, la petite troupe croise 2 policiers en civil qui voient rouge en apercevant les drapeaux palestiniens. Ils exigent les papiers de tout le monde et finissent par interpeller Bernard et quatre de ses potes qui finissent au comico. En cellule, un flic décrypte : « vos drapeaux pouvaient déclencher des réactions violentes de certains spectateurs » aurait-il expliqué aux militants. Les copains sortent du trou 4 heures plus tard

    3 Les flics de Rotterdam voulaient organiser un blocus

    La cause : Les policiers hollandais veulent être plus payés
    Taux d’efficacité : 6 / 10

    Les flics hollandais veulent bloquer le Tour. A 2 jours du grand départ de Rotterdam, NPB, le principal syndicat de police néerlandais appelle à la mobilisation. Pour obtenir de meilleures conditions de travail, les képis hollandais sont prêts à tout. Même l’impensable : bloquer les coureurs lors de la deuxième étape du Tour jusqu’à ce que les « télévisions auront montré dans plusieurs pays européens que les coureurs du Tour de France se sont arrêtés car des policiers ont mené des actions pour des meilleures conditions de travail » précise un syndicaliste interviewé par France Info.

    2 jours plus tard, le maire de Rotterdam et le ministre de la Justice montent au créneau pour désavouer les grévistes. Ils menacent même de faire interdire la manifestation devant un tribunal. Finalement, les deux partis trouvent un accord : Les manifestants se voient accordés une place de choix sur le bord de la route. Et le Tour passe sans encombre.

    4 La manif’ pour tous ne lâche rien

    La cause : NO GPA
    Efficacité : 0 / 10

    Cette année, les gentils cathos de la Manif Pour Tous sont à bloc. Sur leurs sites on retrouve des vidéos de leurs exploits militants sur la route du Tour et hashtag #OnNeLâcheRien à utiliser lors de toutes actions militantes. Pourtant, quand on y regarde de plus près, ils sont nombreux à avoir lâcher l’affaire.Ce qui leur vaut les railleries de quelques internautes médisants sur Twitter.

    En 2013, alors que leur hype était au plus haut, les copains de Frigide Bardot avaient eu l’idée de se poster à chaque arrivée d’étapes montrer leurs jolies drapeaux aux caméras de France Télé. Stratégie plutôt payante : les médias français s’empressaient de commenter cette omni-présence sur l’un des plus grands évènements sportifs de l’année. Et du côté de LMPT on faisait tout pour attiser le buzz : sites dédiés, pages facebook, post Twitter et même une vidéo, façon bande-annonce de sitcom.

    5 « Soral au Tour de France »

    La cause : Soral a raison
    Efficacité : 0,000001 / 10

    Dans l’ascension du Tourmalet, un tag de plusieurs dizaines de mètres à la peinture blanche apparaît sous le peloton maillot jaune. Difficile de lire l’inscription à demi-masquée par les spectateurs du tour et filmée à l’envers par les caméras de France Télé. Finalement, après plusieurs visionnage, au ralenti, on finit par déchiffer : S-O-R-A-L (espace) A (espace) R-A-I-S-O-N, soit la baseline du polémiste et de ses fans.

    Le lendemain de l’étape, un post, sobrement intitulé « Soral au Tour de France » est apparu en une d’Egalité & Réconciliation. L’an dernier d’autres copains du polémiste s’étaient lancés dans une opération similaire non loin de Marseille. Pour un résultat encore moins lisible.

    Bonus : Hinault au Dauphiné en 1977

    Lors de l’édition 1977 de Paris-Nice, des ouvriers navals de la Ciotat bloquent une échappée dans laquelle on retrouve Bernard Hinault aka. Le Blaireau. Ni une, ni deux, il envoie un crochet dans la tête de l’un de ses opposants avant de se faire calmer manu militari par une poignée de syndicalistes. Ca, c’est du happening.

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. A titre d’exemple, nous avons calculé les moyens engagés pour une enquête écrite et vidéo consacrée aux soutiens armés d’Eric Zemmour.

    campagne 2021 Je soutiens StreetPress  
    mode payements