En ce moment

    02 / 09 / 2015

    Avec son compère Baleine, il décore le trottoir depuis 15 piges

    Astérix, le dessinateur à la craie de Beaubourg

    Par Matthieu Bidan

    De 8 heures à 2 heures du mat’, Asterix dessine sur la dalle du Centre Pompidou. Son truc, attirer les enfants pour que les parents lâchent une pièce.

    Le mec

    Astérix, un surnom donné par ses potes au dessinateur de 32 ans. C’est d’ailleurs inscrit sur son bracelet aux couleurs de la Jamaïque. L’artiste en sarouel bordeaux n’est plus sûr de son origine :

    « Peut-être parce que je suis petit et un peu blond. »

    Au sol, son compère Baleine en T-shirt bleu fluo est en train d’affiner les traits d’un clown au pastel.

    La spécialité

    Astérix dessine surtout pour les gosses.

    « Le truc qui marche bien en ce moment, ce sont les Minions. Mais je fais aussi les classiques comme Mickey ou Minnie. »

    La technique est bien rôdée : attirer les enfants pour que les parents lâchent une pièce. Pour faire ses dessins, il utilise des craies, des pastels et du pigment.

    Le spot

    Avec le centre Georges Pompidou, il y a énormément de passage autour des dessinateurs. Les gens du quartier ont aussi pris l’habitude de jeter un œil aux œuvres de l’artiste de rue. Et parfois, ils apportent même à manger. Astérix et ceux qu’il appelle sa « petite famille », ses potes et sa chienne Izi, dorment dans la rue à quelques mètres à peine de l’endroit où ils dessinent. La seule petite galère de la dalle : le sol est plein de rainures.

    « On fait souvent tomber des craies, et si tu regardes bien, tu vas sûrement trouver un petit pactole. »

    La story

    Ca fait 6 ans qu’Astérix dessine ses œuvres éphémères sur le sol de Beaubourg. Lui n’est pas de Paris, mais d’Angers dans le Maine-et-Loire. Il a débarqué dans la capitale il y a 14 ans. Sans domicile fixe, Astérix s’installe du côté de la Fontaine des Innocents. Puis, il se met à dessiner pour gagner sa vie.

    « J’ai commencé avec un bon prof, un artiste qui avait fait une école d’art. J’ai appris sur le tas. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/asterix-peinture.jpg

    Astérix et Baleine dessinent une à deux fresques par jour. / Crédits : Matthieu Bidan

    Depuis, il enchaîne les dessins chaque jour avec son pote Baleine, originaire de Roumanie. « Dans mon pays, on se faisait dégager dès qu’on faisait ça. Alors qu’ici, on est des stars », rigole-t-il avant de foutre de la craie partout sur le visage de son pote. Les deux trentenaires se considèrent comme de vrais artistes. Pas comme cet « escroc » qui s’était installé un jour à quelques mètres d’eux.

    « Le gars traçait un cadre à la craie, il mettait une sorte d’énorme calque en plastique avec le dessin et n’avait plus qu’à passer par-dessus. Pour moi, ce n’est pas de l’art. »

    La thune

    Astérix et Baleine commencent leur journée vers 8h et terminent parfois à 2h du matin. « Le bar juste à côté ferme vers cette heure-là donc il y a du monde qui passe. » Les recettes sont variables, mais ça tourne aux alentours d’une centaine d’euros. Un après-midi, l’artiste a explosé tous les scores avec un dessin du célèbre gaulois breton en mode statue de la liberté :

    « Un groupe de Belges passait à ce moment-là. Comme Astérix vient de chez eux, ils ont été généreux. »

    200 euros sont déposés dans la petite gamelle grise. De quoi acheter un paquet de craies.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress