En ce moment

    18/02/2016

    Chaque mois, StreetPress passe une journée aux comparutions immédiates

    Mohammed et Hicham, les pieds nickelés du cambriolage

    Par Tomas Statius

    Hicham et Mohammed se sont fait pincer en plein cambriolage. Dans le portable du 1er, la police découvre une vidéo de lui devant un coffre-fort volé. Le second a laissé trainer son ADN sur les lieux d'un autre vol... sur une chaussette.

    TGI de Paris, 23e chambre correctionnelle – Dans le box des prévenus, Mohammed et Hicham se tiennent côte à côte, mains dans le dos. Le premier, élancé, arbore un sweatshirt de sport sur le dos et une queue de cheval. Le second, petit trapus, a l’air grave.

    Le 10 janvier dernier, les 2 loustics se sont mis dans une sacrée galère. Après avoir sifflé une bouteille de vodka et 6 canettes de bières, ils escaladent la façade d’un immeuble cossu du 18e. Puis, pénètrent par effraction, à l’aide d’un burin, dans les bureaux d’une petite entreprise. La présidente raconte :

    « La police a été prévenue par un voisin qui a vu de la lumière dans l’immeuble. Elle a retrouvé les 2 hommes cachés sous un bureau. »

    Mohammed et Hicham sont immédiatement placés en garde à vue avant d’être déférés devant le parquet. Motif ? Tentative de cambriolage.

    Ils nient le cambriolage

    Pendant l’audience, les 2 hommes contestent la version des enquêteurs. Ils sont entrés par effraction, certes. Mais ils n’ont pas voulu cambrioler les bureaux de l’entreprise. « On n’a pas fouillé Madame la Présidente », lance Hicham. Et encore moins mis le bureau sans dessus dessous :

    « Quand le policier est arrivé, il était en panique. Il a jeté une poubelle à travers la pièce. »

    Et Mohammed d’ajouter :

    « Hicham avait repéré un local qu’il voulait squatter, au même étage. On ne voulait pas voler Madame La Présidente… Mais on a été tenté. »

    Sur les faits, rien d’extraordinaire : une dégradation estimée à 1000 euros que les prévenus s’engagent à rembourser et aucun bien dérobé. « Je ne me souviens de rien, j’avais trop bu », avoue Hicham.

    Mohammed oublie sa chaussette

    Rapidement, le tribunal évoque le pedigree des 2 hommes. A ma gauche, Mohammed, 13 ans sur le territoire pour ce jeune sans-papiers au sérieux bagou, 4 fausses identités et 18 condamnations au compteur, en majorité pour vol. A la suite de l’affaire, l’ADN du grand dadais a été retrouvé dans 2 autres cambriolages.

    Dans l’un d’eux, celui d’un magasin de sport du 3e arrondissement, l’homme a été confondu par une de ses chaussettes, noire, qu’il a laissé trainer dans le shop. Il aurait embarqué pour 25.000 euros de chaussettes, caleçons, maillots de foot et survêtements.

    Quand la présidente l’interroge sur l’affaire, Mohammed ne nie pas les faits… Mais n’avoue pas pour autant :

    « Je ne vais pas dire que ce n’est pas moi parce qu’il y a mon ADN. Mais la vérité, c’est que je ne me souviens pas de cette histoire
    – Comment ça se fait ?
    – Ça date… Et puis des fois, je perds la tête. »

    Hicham fait un selfie devant un coffre-fort volé

    A ma droite, Hicham, 2 condamnations et une situation familiale complexe. SDF, sans-papiers, l’homme a une femme et un enfant qu’il visite parfois à Marseille.

    Pendant l’audience, Hicham semble accablé. Son avocate l’interroge. « Monsieur, avez-vous déjà été condamné à de la prison ? » Hicham nie de la tête. Au vu de son casier, la zonzon n’est pas une solution pour le petit homme, assure son avocate : « Du sursis et un suivi pour ses problèmes d’alcool, ce serait mieux. »

    Pendant l’audience, la procureure s’interroge :

    « Monsieur, dans une vidéo sur votre portable, on vous voit devant un coffre-fort. Des hommes sont en train de le découper à la disqueuse. Pendant votre audition, vous avez dit que c’était pour un film. Vous maintenez cette version ? »

    A la barre, Hicham bafouille, bute sur les mots :

    « Je suis rentré à la cité, j’ai vu des petits en train d’ouvrir un coffre. Je suis curieux, j’ai juste passé ma tête. »

    Ils ont pris du ferme

    Du haut de son perchoir, la procureure prévient : elle ne croit pas un mot des explications des 2 pieds nickelés. « Ça ressemble quand même à une version qu’ils ont élaboré en garde à vue. » Mohammed et Hicham ne bronchent pas. Verdict : 30 et 6 mois de prison ferme.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Nous avons besoin de 80 000 euros avant le 2 décembre pour finir l'année. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER