En ce moment

    06 / 04 / 2016

    Le président de la région PACA l'attaquait pour diffamation

    Christian Estrosi perd son procès contre le rappeur Infinit'

    Par Tomas Statius

    Le rappeur Infinit' n'a « aucun diplôme comme Christian Estrosi », mais peut-être bientôt une condamnation pour diffamation et atteinte à la dignité pour son hit sur le Maire de Nice. Le procès ne devrait plus tarder, il a décidé de riposter sur le web.

    « J’ai aucun diplôme comme Christian Estrosi, Christian Estrosi, Christian Estrosi. Mais je veux devenir maire comme Christian Estrosi. » En juillet 2014, c’est avec le refrain de la chanson Christian Estrosi que le rappeur Infinit’ se fait remarquer. Sur 3’30 d’instru’ trap, le Niçois de 27 piges fait du maire de Nice une icône bling-bling. Il scande :

    « Rolex, 15.000, pétasse, moi c’est Christian. Costard, 20.000, pétasse, moi c’est Christian. Chauffeur, berline, pétasse, moi c’est Christian. »

    Si les fans apprécient le flow (aujourd’hui le titre a atteint les 170.000 vues), le maire de Nice, lui, part en vendetta. Christian Estrosi promet de faire interdire la chanson sur YouTube, sans succès. Le Maire aurait même empêché Infinit’ de monter sur scène lors d’un concert de Nekfeu, en juillet 2015, où ils devaient interpréter le titre ensemble. Il finit par attaquer le rappeur pour diffamation et atteinte à la dignité d’un haut-fonctionnaire.

    2 ans plus tard, la procédure suit son cours. Et sur les bords de la Méditerranée, le rappeur est toujours persona non grata. Il vient de lancer une pétition pour défendre la liberté d’expression mais surtout sa chanson. On a pris de ses nouvelles.

    Comment est venue l’idée de la pétition ?

    Il n’y a pas très longtemps. Quand les convocations chez le juge et par la police ont commencé, on s’est dit que c’était le bon moment. On voulait créer une plateforme où les gens pouvaient venir exprimer leur soutien facilement. Les premières 24h, on a recueilli plus de 1.000 signatures.

    Christian Estrosi t’a attaqué en justice. Où en est la procédure ?

    La procédure est toujours en cours et je devrais comparaître devant le tribunal dans les prochains mois. Christian Estrosi m’attaque pour diffamation et atteinte à la dignité d’un haut fonctionnaire. Je risque du sursis et/ou une amende. Ça commence à faire beaucoup pour toute cette histoire. Et puis c’était il y a 2 ans.

    Est-ce que tu regrettes d’avoir fait cette chanson ?

    Non ! D’abord parce que je trouve qu’artistiquement, c’est un de mes meilleurs morceaux. Puis surtout, parce que l’idée ce n’était pas d’attaquer Christian Estrosi. Je fais de la musique moi, je ne fais pas de la politique. Cette chanson, c’est un délire de pote ! Quand j’ai appris que Christian Estrosi n’avait pas de diplôme, je me suis dit que ce serait un bon personnage pour une chanson. J’avais envie de lui faire une sorte d’hommage ! On s’est retrouvé un après-midi avec un pote. Dès que j’ai entendu le beat de Weedim, je me suis dit que c’était le bon et je me suis mis à écrire.

    Tu sens une pression de la municipalité autour de toi à Nice ?

    Non et de toute façon, je n’habite pas à Nice même ! Récemment Nekfeu est repassé à Nice, et je suis monté sur scène avec lui pour une chanson [contrairement à 2015, où il n’avait pu monter sur scène, ndlr.]. Ça s’est bien passé mais c’était un producteur privé. Après pour tout ce qui est associatif, je ne suis pas le bienvenu.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER