En ce moment

    20 / 04 / 2016

    Les syndicalistes du site de Guyancourt ont fait visiter les lieux à une centaine de militants

    Nuit Debout en excursion à Renault

    Par Tomas Statius

    Ce mardi 19 avril une centaine de militants de Nuit Debout ont tracté devant le Technocentre de Renault à Guyancourt (78). Chômeurs, étudiants, intermittents ou travailleurs, ils rêvent de conquérir le monde ouvrier et les syndicats.

    Guyancourt (78) – Devant l’entrée du Technocentre Renault ce mardi 19 avril, un jeune militant de Nuit Debout, prend la parole. Cheveux ébouriffés, veste en jean sur le dos, il lit le tract distribué aux salariés, de façon théâtrale :

    « Il faut bloquer leur économie ! Leurs transports, leurs usines, leurs enseignes, toutes leurs entreprises ! Elles sont entre nos mains, en notre pouvoir. »

    Puis un salarié de Renault, tout sourire, prend le mégaphone :

    « Je vous remercie au nom de Sud et de tous les salariés de ce que avez fait pour réveiller Renault »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/dsc_2874_0.jpg

    Un bon paquet de tract sous le bras / Crédits : Tomas Statius

    La Story

    Mardi au petit matin, une centaine de militants est venue rendre visite aux salariés de Renault, tracts et banderoles bariolées sous le bras. S’ils sont là, c’est qu’au Technocentrede Guyancourt un prestataire de Renault a été mis à pied début avril pour avoir voulu organiser une projection de Merci Patron. Nuit Debout est venue faire un peu de grabuge sous les fenêtres de la direction.

    « Quand on a entendu l’histoire de ce mec on s’est dit qu’il fallait faire quelque chose » , commente Thomas, un deboutiste de 30 ans. Devant l’une des entrées du Technocentre, le jeune mec aux petites lunettes rondes balance la chanson Merci Patron, le tube des Charlots, sur une mini-sono tout en distribuant des tracts. « C’est de circonstance », rigole t-il.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/dsc_2897.jpg

    Vous reprendrez bien un peu de Nuit Debout ? / Crédits : Tomas Statius

    Convergence des luttes

    Cela fait 2 semaines que Thomas et la commission Grève Générale préparent l’action. Le jeune metteur en scène rembobine :

    « Dès la création du comité Grève Générale, l’idée de cette action a été évoquée. On a contacté plusieurs syndicalistes. Des membres de Sud et des retraités sont finalement venus nous rencontrer à République. »

    Pour l’occasion, les Deboutistes ont ratissé large. L’action a même été présentée lors de l’AG des intermittents du spectacle au théâtre du Châtelet, lundi 18 avril. Hier matin à République, l’orga’ était bien rôdée. Un rendez-vous à 6h sur la place, puis une rencontre avec les syndicalistes de Sud, venus les attendre à la gare de Versailles-Chantiers. Sur le chemin retour, l’optimisme est de mise et on planifie déjà les prochaines actions. Le but : conquérir le monde ouvrier. Ce jeune étudiant en socio s’extasie même : « Quand t’y penses, c’est un truc de ouf qu’on est en train de faire. » Certains militants, plus aguerris, ronchonnent tout de même :

    « Ce matin on a quand même beaucoup vu de cols blancs »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/dsc_2935.jpg

    La jeune fille à la pancarte / Crédits : Tomas Statius

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/dsc_2929.jpg

    On est heureux comme des fous ! / Crédits : Tomas Statius

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER