En ce moment

    24 / 06 / 2016

    Le parquet réclamait de la prison, il a eu une amende

    Marcus de la Brigade Anti-Négrophobie condamné après une manif interdite

    Par Tomas Statius

    Le 22 novembre, Marcus participait à un rassemblement de soutien aux réfugiés. Etat d’urgence oblige, la manif de la place de la Bastille est interdite. L’homme est identifié comme un des leaders du mouvement. Six mois plus tard, il passe en jugement.

    24e chambre du TGI « Monsieur, avez-vous un souci avec les forces de l’ordre ? » interroge la Présidente. A la barre, ce vendredi 24 juin, Marcus, droit comme un i, se frotte les pognes. Il esquisse un sourire. Avant de prendre la parole, il fronce les sourcils :

    « Je n’ai pas de souci avec la police. En manif, je passe le message, je parle. Je suis souvent en première ligne. On me considère comme un leader mais ce n’est pas mon statut »

    Au lendemain des attentats, le gaillard à la coupe afro soignée participe à un rassemblement de soutien aux réfugiés, interdit par la préfecture de Paris. Suite à la manif, 58 personnes ont été convoquées par la police. Six mois plus tard, Marcus, 34 ans, membre de la Brigade Anti-Negrophobie, est le seul à passer devant le tribunal. « Je me pose des questions. Ses épaules ne peuvent pas supporter toute la culpabilité des manifestants », souligne son avocate Maitre Irène Terrel.

    Manif interdite

    Le 22 novembre dernier, Marcus, comme plusieurs centaines de manifestants, se pointe place de la Bastille. De nombreuses organisations politiques ont appelé à ce rassemblement pour soutenir les réfugiés. Malgré les attentats et l’état d’urgence, l’évènement est maintenu. « Après les attentats, on a dit que certains terroristes s’étaient mêlés à eux pour rentrer en France. On trouvait ça important de soutenir une population stigmatisée » explique Marcus.

    La présidente l’interrompt :

    « – Je comprends votre émotion mais j’aimerais qu’on en revienne aux faits. Vous étiez au courant que la manifestation était interdite ?
    – Oui, mais elle était aussi tolérée. »

    A Bastille, pendant une heure, le rassemblement se déroule sans heurts. Jusqu’au moment où certains manifestants décident de forcer le cordon de police qui enserre la place. « C’est là que ça dégénère » intervient la procureure. Une « vingtaine de militants masqués » se place en tête de cortège, ainsi qu’un homme « de type africain, coupe afro et lunettes de soleil » selon un PV de Police.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/marcus-team.jpg

    Que des numéros 10 dans ma team. / Crédits : Tomas Statius

    Entre ce groupe et les forces de l’ordre, la température grimpe. Les bleus se plaignent de crachats, de menaces de la part de certains manifestants et de coups de pieds. Sans qu’aucun élément ne permette d’incriminer directement Marcus. Et Maitre Terrel de rappeler :

    « Ce rassemblement n’a généré aucune dégradation massive contrairement à ce qu’on a vu les dernières semaines. »

    Souriez, vous êtes filmés

    Pendant de longues minutes, la présidente feuillette le dossier de l’instruction. Elle finit par tomber sur des photos du rassemblement qu’elle montre au tribunal. On y voit Marcus, le poing levé, à la manière d’un militant des Black Panthers. « Vous avez l’air un peu vindicatif sur cette photo », commente cette dernière. Marcus, goguenard :

    « Je me suis permis de m’exprimer à la fin de la manif. A ce moment là, je disais que ce n’est pas parce que nous sommes sous l’état d’urgence que l’on a plus de droits. »

    Deux semaines après la manif, le jeune homme est convoqué au commissariat. Plusieurs policiers l’ont identifié comme étant l’un des meneurs. Dès son arrivée, il est placé en garde à vue. « C’est un choc pour lui. Lorsqu’il s’est présenté, il ne pensait pas qu’on le maintiendrait en GAV », confie Irène Terrel.

    Au comico’, Marcus refuse de répondre aux questions des enquêteurs puis de se soumettre aux prélèvements ADN, ce qu’on lui reproche aujourd’hui. « Monsieur G. a une difficulté à se soumettre à l’autorité et aux règles », sermonne l’avocat général. Le militant reste de marbre :

    « Si j’ai refusé le prélèvement, c’est parce que je ne pensais pas que c’était nécessaire. »

    Sévère désaveu pour le parquet

    Deux fois condamné pour outrage à agent, Marcus est connu comme le loup blanc par les hommes en bleus. « Mon client n’est pas violent mais il exprime ses convictions de manière risquée » complète Maitre Terrel. La proc’, elle, le dépeint presque en gourou. Elle requiert huit mois d’emprisonnement dont quatre avec sursis :

    « Monsieur G. est un grand idéologue. Aujourd’hui, il profite de l’audience pour faire passer son discours. »

    Quand il n’est pas à la barre, Marcus, polo noir sur le dos parfaitement assorti à son pantalon blanc et à ces boots noirs, a l’air un peu perdu. « Pourquoi lui ? Il n’avait pas d’intention d’en découdre. C’est une injustice et cela peut être perçu comme une discrimination », s’insurge son avocate. Après suspension de séance, le tribunal le condamne à 500€ d’amende pour participation à une manif interdite et 140€ de frais de justice. C’est un sévère désaveu pour le parquet.

    La lutte continue pour Marcus. Le 4 juin, il manifestait devant la Tour Bolloré pour dénoncer l’achat massif de terres en Afrique par le boss de Canal +. A cette occasion il avait été interpellé puis condamné en premier instance pour outrage et rébellion. Il a fait appel.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER