En ce moment

    15/11/2016

    Rappeur, et bientôt acteur…

    Sur le tournage de Rubrique Necro, le dernier clip de Seth Gueko

    Par Edouard Richard

    Fini le Professeur Punchline, Seth Gueko joue le « barlou ». Un nouveau personnage inventé, comme à chaque sortie d’album. StreetPress s’est glissé dans les coulisses de son dernier clip.

    A deux pas de la gare Epinay-Villetaneuse, Seth Gueko tourne le clip de Rubrique Necro. Un blouson bombardier masque ses épaules musclées. En quelques années, il a pris vingt kilos de muscles et mène une vie de moine :

    « Ça me donne un cadre, je suis réglé en fonction de mes cinq repas par jour et du sport que j’ai à faire. Je suis devenu addict de ouf. J’avais plein de vices, j’en ai plus qu’un maintenant. »

    Dans le studio, il supervise tout, du scénario jusqu’aux mouvements de caméra :

    « Tourner un clip c’est une torture, je suis un putain de control freak. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/dsc06294-2.jpg

    Noir c'est noir / Crédits : Edouard Richard

    Seth Gueko refuse de laisser une maison de disque fouiner sur ses tournages. C’est un coup à avoir « un clip de gladiateur avec des mecs habillés en survêtement slim orange et les cheveux défrisés plaqués en arrière », tacle le rappeur.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/dsc06271-2.jpg

    Seth Gueko et Lino dans le moniteur / Crédits : Edouard Richard

    Sur le plateau l’ambiance est studieuse :

    « Je ne veux pas qu’il y ait trop de gens qui me regardent. Quand les mecs chuchotent entre eux, j’ai l’impression qu’ils parlent de moi, ça me rend ouf. »

    Une habitude qu’il va devoir perdre. Le rappeur sera prochainement à l’affiche du prochain film de Xavier Durringer. Le pitch : un mec sort de taule et va retrouver son compère qui a un bar en Thaïlande « pour avoir sa part du gâteau mais le gâteau a été mangé » commente Seth. En ce moment, le rappeur apprend son texte mais le naturel reprend vite le dessus :

    « Je commence à retoucher les dialogues. Les mecs sont comme des dingues, mais ça va le faire. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/seth_gueko_x_lino_rubrique_necro_hameddjelou_springbok_24_sur_34.jpg

    Seth Gueko, une fille avec un grand tatouage dans le dos, Lino et son chapeau. / Crédits : Hameddjelou Springbok

    Ambiance rap français des 90’s pour le clip de Rubrique Nécro. Le rappeur de citer en vrac ses références : Arsënik, Time Bomb, Lunatic… Avec une touche plus moderne. L’artiste compare son rap à la dernière série Netflix :

    « C’est Back in a days comme Stranger things. C’est exactement ce que je fais dans le rap. Je mélange des éléments du passé avec ceux d’aujourd’hui. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/0033_31a-2.jpg

    L'homme au bob / Crédits : Edouard Richard

    Comme pour chacun de ses albums, il s’est créé un nouveau personnage : « le barlou ». La meilleure définition de ce dernier avatar c’est son pote Bardiss qui la donne :

    « Le barlou c’est nous, les mecs qui se bagarrent dans les bistrots, un peu hors la loi, qui pètent, qui rotent…»

    Et le public kiffe, assure Seth :

    « Ça influence les fans, ça donne du bon taf au tatoueur ! Barlou c’est déjà 277 personnes tatouées, c’est dingue ! Les gens adhèrent à un lifestyle ! »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/0031_29a-2.jpg

    Poutous avec le D.A de Believe et Lino / Crédits : Edouard Richard

    Sa fan base grossit d’album en album :

    « Je suis constamment en train de progresser. Chaque CD se vend mieux que le précédent. Quand ça s’arrêtera, je vais prendre un coup sur le casque. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/0035_33a-2.jpg

    Barlou Mécanique / Crédits : Edouard Richard

    Barlou, dans les bacs le 18 novembre. Il enchaîne avec une tournée.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER