« J’ai 16 ans, je me suis fait tabasser par la police, alors que je n’avais rien fait »

22 Janvier 2017

par Maxen, 16 ans. Elève en 1ère ES.

8 jours d’ITT , 4 points de suture à l’arcade sourcilière, des injures racistes et une nuit glacée au commissariat. Vendredi, Maxen, en 1ère ES, rejoignait des amis après le lycée, au Raincy. Mais un contrôle de policiers de la BAC tourne mal. Il raconte.

Je m’appelle Maxen, j’ai 16 ans, je suis en 1ère ES. Vendredi soir, vers 18 heures, j’ai rejoint des amis de mon ancien lycée, au Raincy. Tous les vendredis on sort dans le quartier, et on va au bistrot à côté du lycée.

On marchait ensemble allée Gambetta. Et on a vu du monde, il y avait un attroupement à cause d’une rixe entre deux personnes. C’est à ce moment là que 3 policiers de la Bac sont arrivés. Deux d’entre eux ont arrêté les personnes qui se battaient, et nous ont demandé de nous disperser. A ce moment là, j’étais assez loin.

Le policier de la Bac était super stressé

Le 3e policier de la Bac, un grand chauve, nous a dit de revenir et de nous aligner, pour nous contrôler. Il était super stressé. Je suis revenu assez lentement, parce que j’étais un peu perdu.

Et c’est là que le policier me pousse par derrière. Là je lui mets un tchip. J’étais assez surpris, je savais pas que c’était lui. Et là, il me dit : « c’est moi que tu tchipes là ? » Et il me pousse deux fois avant de me prendre en étranglement.

Une golden en pleine arcade

Et quand il m’a étranglé, j’ai essayé d’attraper un peu son bras, pour réduire la douleur. Et là il me dit « tu veux jouer du pieds-poings ? », comme si je voulais vraiment me taper avec lui. Et il m’a mis une golden [un gros coup de poing, ndlr] en pleine arcade, en plus il portait une bague au poing.

J’ai tout de suite commencé à saigner, et le policier a balancé en parlant de moi : « Jackie Chan, il fait le chaud ». Oui, je suis d’origine asiatique.


« Pendant que je saignais le policier de la BAC a balancé “Jackie Chan, il fait le chaud”. Oui je suis d’origine asiatique. »

Maxen, agressé par la BAC @maxenhng

Menottes et 17 heures en garde à vue… pour un tchip

On m’a passé les menottes, j’ai été emmené au commissariat du Raincy avec les 2 personnes de l’altercation, et un autre jeune.

Là, dans la cellule, je continuais à saigner. Quand j’ai demandé un mouchoir pour m’essuyer, les policiers voulaient d’abord que j’essuie le sang qui avait coulé par terre avant de me donner le mouchoir.

4 points de sutures

J’ai attendu longtemps, ensuite un policier m’a emmené aux urgences du Raincy. Les médecins ont constaté les lésions au niveau des cervicales, et dans le dos. A ce moment-là mon œil gauche ne pouvait plus s’ouvrir du tout.

J’ai été opéré à 23h30 de 4 points de sutures, et on m’a diagnostiqué 8 jours d’ITT.

Une nuit la cellule glacée du commissariat, sans manger ni boire

Après l’opération, le policier m’a ramené dans ma cellule. Surtout, il faisait super froid, on n’a pas voulu me donner une autre couverture. Impossible de m’endormir, j’ai du fermer l’œil à peine deux heures pendant toute la nuit.

En plus, j’avais faim et soif, on ne m’avait rien donné à manger ou à boire de la soirée ou de la nuit. A part le verre d’eau pour avaler le médicament aux urgences.

« Le policier de la BAC qui m’a agressé et m’a envoyé aux urgences… a porté plainte contre moi ! »

Maxen, agressé par la BAC @maxenhng

Vers 9 heures du matin, un avocat commis d’office arrive et c’est là que j’apprends que… le policier a porté plainte contre moi, pour violences volontaires sur agent ! On me dit que j’ai agressé l’agent, et que ses 2 collègues sont témoins.

Mais dans ma déposition je raconte les faits. J’ai listé les noms de 12 personnes qui étaient là et peuvent témoigner.

Finalement, je suis sorti vers 13 heures samedi, après 17 heures de garde à vue. Juste après, j’ai twitté ça :

bavure raincy teet
En sortant du commissariat du Raincy, Maxen tweete sa photo, qui entraîne des milliers de réactions de twittos. / Crédits : @maxenhng

Ce qui me choque ce sont les réactions des internautes qui trouvent normal qu’un léger manque de respect, un tchip (mais je ne savais pas que c’était le policier derrière moi), donne le droit au policier de me tabasser. »

Note de la rédaction de StreetVox

StreetVox a pu consulter le certificat médical de Maxen délivré par les urgences du Raincy pendant sa garde à vue, ainsi que divers éléments du dossier. La rédaction a également joint plusieurs témoins de l’altercation, qui confirment la version que livre ici Maxen. Le commissariat du Raincy n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Propos recueillis par Johan Weisz