En ce moment

    02 / 02 / 2017

    Vidéo : des policiers enfilent des habits musulmans pour interpeller un dealer

    Par Tomas Statius

    À Marseille, les flics troquent le képi pour le qamis

    A la Police Nationale, on fait preuve d’ingéniosité. Ce mercredi 1er février, en milieu d’après-midi, deux policiers de la BST, la brigade spécialisée de terrain, ont interpellé un dealer à la cité de la Bricarde, dans le 15e arrondissement de Marseille.

    Sur lui, un kilo de cannabis et plusieurs centaines d’euros, précise la Direction Départemental de la Sûreté Publique. Les deux fonctionnaires étaient vêtus de qamis, de longues chemises traditionnels musulmanes. « Mediapart a dit que l’un d’entre eux portait un Jilbab, ce n’est pas vrai. C’était un qamis avec une capuche », tient à préciser le service presse quand StreetPress lui passe un coup de fil.

    L’interpellation tourne sur Snapchat

    La performance des deux agents n’est pas passée inaperçue. Un habitant de la cité a filmé les fonctionnaires en action. La petite séquence a d’abord été partagé sur SnapChat avant qu’un internaute, Salem, ne la partage sur son compte Twitter. Depuis elle a été partagée près de 2.000 fois. Sur le réseau, le jeune homme commente :

    « Normal que les banlieusards se sentent stigmatisés quand la police utilise ce genre de procédés qui en disent long sur l’état des cités. »


    La police se déguise

    A la DDSP, on ne comprend pas l’avalanche de commentaires indignés. « Je vous rappelle que c’est tout à fait légal », tient à préciser le service presse :

    « On fait ça pour réaliser des interpellations sans qu’il y ait d’incident. Ce que vous ne voyez pas c’est qu’on a aussi interpellé un client et le trésorier du point de deal. »

    Pour appréhender des suspects, les policiers de la BST, « une brigade particulièrement efficace dans le deal », font preuve de malice explique t-on à StreetPress :

    « En fonction du positionnement du point de deal, on change de déguisements. Si jamais les policiers planquent à la plage, ils se mettent en maillot. »

    Bleus de travail, tenues de sports… Les flics ne manquent pas d’inventivité pour s’approcher au plus près de l’infraction et faire un beau flag. Les déguisements sont achetés par les agents eux-mêmes ou récupérés auprès de proches. Pourquoi avoir choisi des qamis cette fois-ci ? Silence radio du côté de la DDSP. Contacté par StreetPress, un policier ironise :

    « C’est parce qu’ils avaient déjà utilisé tous les autres déguisements. »

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER